Femslash Franco
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon : où commander le coffret Pokémon Go Collection ...
64.99 €
Voir le deal

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:53

Conséquences – L’Arbre de Vie
Aftermath – The Tree of Life

Auteur : XWP Fanatic
Traduction : Athena
Courriel : xwpfanatic@earthlink.net
Date de création : Juillet 1998


NOTA BENE: Voici le lien pour ceux et celles qui désireraient la lire en V.O.: Aftermath: The Tree of Life

NOTA BENE: Voici le lien pour lire cette fanfic (revue et corrigée) sur le site de LS. Stories - merci à cette team pour leurs généreuse contribution. Conséquences: L'arbre de vie

COPYRIGHT: Xena et Gabrielle appartiennent à beaucoup de gens autres que moi. Ce travail a entièrement été écrit pour le plaisir et parce que j'avais trop de temps libre.

VIOLENCE ET AVERTISSEMENT: Xena, les Seigneurs de Guerre et les Dieux de la mythologie sont rarement des pacifistes. Si vous cherchez une histoire où personne n’est blessé impunément, ce n’est pas le cas ici.

SUBTEXT : Xena et Gabrielle sont mature (la plupart du temps), des adultes consentantes (tout le temps) et impliqués - entre elles - dans une sorte de relation romantique. Si vous n'aimez pas les histoires où nos héroïnes sont par conséquent des objets mutuelle de désir, vous passer votre chemin.

XENAVERSE APPROXIMATION : L'action de cette histoire se déroule à la suite d’Armageddon, l’épisode présenté par HTLJ. Cela signifie qu'il n'y avait aucun Hercule, donc Xena ne s’est pas réformé et elle et Gabrielle ne sont pas des amies… du moins pas encore.


Chapitre 1


La Conquérante aux cheveux ailes de corbeau se recala dans les confortables coussins de velours de son trône, écoutant à demi les rapports de ses vassaux Macédoniens, Thraciens et Illyriens. La lumière éclatante du soleil entrait par les fenêtres et cette tâche mortellement ennuyeuse la faisait dodeliner de la tête. Une brise pénétra apportant avec elle un doux parfum printanier, ce qui lui rappela les saisons qu'elle avait passées à conquérir la Grèce; Conquérir était la partie amusante, régner ne l'était pas.

"…et, bien sûr, toute cette partie de la Grèce vous reste loyale Majesté, la prospérité …"

Xena étouffa un bâillement, elle aurait pu prédire chacun des mots qui sortaient de leurs bouches. Bien sûr, ils lui déclarèrent que tout allait rondement dans les territoires qui avaient été placés sous leur tutelle. Le contraire aurait de toute façon signé leur arrêt de mort. Mais ce n'était pas ce qui la dérangeait.

Fronçant les sourcils elle changea de position, croisant une longue jambe par-dessus l'autre, elle savoura la douce caresse de la soie contre sa peau. La Maîtresse de la Garde-robe Royale avait été chargée de la conception de chaque vêtement stylisé à l'orientale selon les préférences de la Conquérante. Sa robe bleue nuit - d'une teinte un peu plus sombre que ses yeux - avait des manches bouffantes, une taille ajustée et une jupe à longue fente. Son insigne, une épée transperçant un chakram, était brodé de fil d'or sur son cœur.

Les trois vassaux regardèrent la robe bouger sur sa forme lisse avec des yeux avides. Chacun d'entre eux manifestant intérieurement bon nombre de pensées à ce que ce serait que de conquérir une telle femme.

Cela n'échappa pas à Xena, qui roula les yeux au plafond, souhaitant mentalement qu'ils soient aussi assidus sur leurs fiefs qu'ils ne l'étaient sur son corps. Elle leva son index en direction d'Orpheus, le vassal de Thrace, "Parle-moi d’Amphipolis."

Ce dernier sentit des perles de sueur se former sur son front. Maudit soit ma chance d'avoir hérité de la ville natale de la Conquérante. Pensa-t-il en son for intérieur. Quand on la lui avait assignée, il avait pris cela comme un gage d'honneur, s'attendant à de fréquentes visites et à des faveurs royales. C'était une idée ridicule maintenant qu'il y repensait, puisque pas une seule fois durant ses cinq années de règne, elle n'avait daignée visiter Amphipolis. Pas qu'elle y aurait été la bienvenue… Dieux, qu'ils la détestent là-bas, tout spécialement la tenancière de l’auberge qui se plaît à la surnommer 'La Démone En Rut'. Se dit-il encore à lui-même. "Tout va bien Conquérante. La ville prospère sous l'égide du commerce que vous avez instauré entre elle et Troie."

Un sourcil se souleva légèrement. "Aucune dissension de la paix ?"

"Aucune, Majesté." Orpheus résista tout juste à l'envie d'essuyer son front avec le travers de sa main, cela ne ferait qu’attirer l'attention sur son mensonge. Il savait qu'il ne serait pas prudent de mentionner l'effigie de la Conquérante qui avait été brûlée à l'extérieur de l'auberge dernièrement. "C'est une ville calme, qui aime la prospérité que lui prodigue votre règne. Comme toute la Thrace et la Grèce à vrai dire."

Elle soupira et tambourina le bras de son trône de ses doigts. Il y avait cinq printemps elle avait établi trois règles fondamentales pour maintenir l'ordre à l'extérieur de Corinthe. Les vassaux qu'elle avait assujettit, n'avaient pas été ses premiers choix, mais elle s’était laissée convaincre sur les conseils de Menticlès… Son précédent Secrétaire Royale qui servait aujourd’hui d’engrais à jardin et de nourriture aux vers. Elle aurait dû prendre des dispositions supplémentaires et nommé à ces postes des hommes de sa propre armée quand son règne s'était affirmé. Elle passa une main oisive dans ses longs cheveux et réarrangea distraitement quelques mèches tandis qu'une idée lui vint. Mais je peux changer cela, pas vrai.

Ces trois hommes avaient volontairement adoubé son règne, malgré la richesse et les honneurs que leur avait octroyés son prédécesseur. Une fois que sa puissante armée avait renversé la couronne, ils avaient capitulés. Leurs seuls désirs dans la vie étaient de protéger leur richesse au même titre que leur statut. Cela faisait d'eux des hommes dangereux. S'ils pouvaient l'accepter comme souveraine, ils en accepteraient un autre tout aussi facilement. Ils croyaient ne rien lui devoir.

Elle avait besoin de vassaux qui lui seraient redevables. On l’avait déjà trahit par le passé. Cela devint évident pour elle et tandis que ses yeux se rétrécissaient, elle entrevit clairement l'avenir: Orpheus s'allierait avec quiconque lui promettait un titre plus glorieux. Les deux autres en feraient autant, ils étaient encore plus ambitieux que lui. Aucun d'eux n'avait la vision d'une Grèce unifiée. Une Grèce qui pourrait gouverner le monde, avec elle à sa tête.

Ces hommes représentaient une menace tout compte fait.

Un sourire joua sur ses lèvres, aucun d’eux ne la connaissaient assez bien pour prendre note que ce sourire n'avait pas atteint ses yeux. "Vous m'avez bien servi… Et je veux vous récompenser pour cela." Elle claqua des doigts et fit un geste vers le scribe qui quitta sa position contre le mur et se précipita vers son trône.

"Écris ça : la Conquérante s'entretiendra avec ses vassaux à la prochaine pleine lune. Eux et tous les membres de leurs familles sont conviés à Corinthe pour le bon plaisir de la Conquérante et pour ainsi être présenté à toute la Grèce. Les trois hommes tressaillirent à la perspective d'un tel honneur.


Dernière édition par Alyss le Ven 27 Mai - 7:50, édité 2 fois
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:53

Chapitre 2

"Je ne peux pas le croire! Orpheus. Timmon. Titus. Crucifiés! Tous les trois! Ainsi que leurs femmes, et leurs enfants… même les bébés! J'en ai vu un qui n'avait même pas trois étés. Et cette sorcière était là, debout, montant la garde pour s'assurer que personne ne tenterait de les sauver." La voix d’Arrol trembla de colère, s’il avait pu faire quelque chose… N'importe quoi.

Ses yeux s'agrandirent de stupeur tandis qu'il décrivait cette scène, qui, il en était certain, lui donnerait des cauchemars pour des années à venir. Plus de cinquante croix avaient été plantées sur la colline de Corinthe ce matin là, tandis que le soleil entreprenait sa course à travers le ciel.

Il était en ville pour affaires quand il avait entendu un tumulte surréaliste. Cela l'avait attiré vers cette colline à l'extérieur des portes de la ville. D'autres l'avaient entendu, aussi, et pour cette raison il y avait eu bon nombre de personne à parcourir le même chemin que lui. Une fois qu'il avait été assez près, il avait entendu ce que c'était vraiment - les cris d’horreur et les supplications des vassaux, de leurs familles et de leurs domestiques.

Se rappelant la scène, l’affliction d’Arrol redoubla.

Une grande foule s'était réunie pour observer le macabre spectacle, un fait qui effraya le jeune marchand, presqu’autant que les exécutions elles-mêmes.

Cette acceptation passive de la barbarie et du règne de la Conquérante était au cœur des problèmes de la Grèce. Personne n'avait osé protester, ni même tenter de leur porter secours. Sans doute les spectateurs se lavaient-ils les mains du sang de ces pauvres victimes sans se rendre compte qu'elles seraient à jamais souillées.

Et la Conquérante…

Dès la première fois où il avait vu cette femme il l'avait détesté au-delà de toute mesure. Elle devait toujours être là, assise là au milieu des croix. Elle avait revêtu sa tenue de combat, la même qu'elle portait le jour de son entrée triomphale dans Corinthe - cuirs noirs, armure noire, cape noire. Le vent qui soulevait ses cheveux et sa cape d'une manière extravagante, la faisait paraître encore plus spectrale qu'elle ne l'était déjà.

C’était ce même vent qui avait porté l’écho funeste des cris aux oreilles d’Arrol.

"Ce n'était pas pour ça qu'elle était là, Arrol." Dit doucement Gabrielle en posant la main sur son épaule pour le calmer.

Il fit une pause, ses yeux toujours brillants de hargne face aux dernières atrocités du royaume. "Non? Pourquoi était-elle là alors?"

La jeune femme ferma les yeux aux souvenirs de sa propre expérience sur la croix. Ces souvenirs provoquèrent une onde de douleur dans ses membres inférieurs malgré les quatre lunes qui s'étaient écoulé depuis. En effet, la Conquérante l'avait fait crucifiée pour s'être soulevé contre le royaume, cette harpie lui avait fait briser les jambes sans même sourciller. "Personne ne serait assez idiot pour tenter de les secourir et elle le sait. Elle était là pour s'assurer que personne ne soulage prématurément leurs souffrances."

"Quoi? Comment?"

À son regard confus, elle expliqua. "Il y a des soldats charitables… enfin je crois… qui se promènent parmi les crucifiés et mettent fin à la souffrance de ceux qui le demandent. J'ai vu plusieurs d'entre eux transpercer de leur lance le cœur des condamnés. J'ai considéré le demander moi aussi... mais j'étais trop proche des gardes."

"J’en remercie les Dieux!" Arrol tomba à genoux et prit ses petites mains dans les siennes. Lui et quelques autres avaient soudoyé un garde, qui croyait qu’elle était déjà morte, pour qu'il la décroche de la croix. Ils l'avaient porté chez lui dans l'espoir de guérir ses blessures et ses jambes cassées, miraculeusement, elle avait survécue… malgré les marques que la Conquérante avait à jamais imprégné sur elle.

"Je sais, qu'il ne faut jamais renoncer à l'espoir. C'est ce qui nous garde en vie." Un sourire ironique apparut sur son visage et elle continua. "Ça, et la faveur de la Conquérante."

"Tu as de nouveau écouté sa propagande."

Elle haussa les épaules. "Comme si j'avais le choix." Chaque midi la ville faisait une pause pour écouter le message que la Conquérante faisait délivrer dans les divers quartiers de la cité par les Crieurs Royaux. Ceux qui se faisaient prendre à ne pas écouter étaient battus… ou pire… "Mais il est toujours bon de connaître les états d'âme de sa Majesté. Je regrette de ne pas comprendre les raisons qui ont motivées la mort de ces trois hommes. Était-ce du mécontentement? Ou bien une autre lubie?"

Une idée se formait sur la façon de le découvrir, quand elle repensa au message d'hier, mais elle n'osa pas la révéler à Arrol. Il essaierait seulement de l'arrêter.

Il se remit sur ses pieds et commença frénétiquement à marcher à grands pas. "Ça va, je sais. C'est une sorcière, une harpie folle à liée, une gorgone..."

Gabrielle rit, malgré le sérieux de la situation. "Gorgone? Même les enfants savent que les Gorgones ont des ailes."

Il fronça les sourcils, ne voulant pas être soumit à sa bonne humeur, mais au lieu de ça il fut capturé par la brume de ses yeux verts. Son cœur avait été sien depuis qu’ils s'étaient rencontrés la première fois où elle était arrivée à Corinthe. Elle était toujours comme un baume sur n'importe laquelle de ses plaies, physiques ou émotionnelles. "Qui sait ce qu'elle cache sous cette cape?" Murmura t-il avec un effort en tentant de rester fâché.

"C'est une bonne chose que tu sois un marchand et non un barde, Arrol. Tu déformerais tout les récits." Elle pu constater que sa tentative pour le distraire avait fonctionné puisqu’il ralentit le pas et la regarda droit dans les yeux. "Eh bien, viens t’asseoir un peu et je te raconte tout ce qu'il y a à savoir sur les gorgones et sur la façon de les reconnaître." À contrecœur il prit place à ses côtés en se penchant un peu vers elle. Il en profita pour inhaler le parfum d'eau de pluie qui émanait de ses cheveux. "Comme tu sais, le monde a été affublé d'une malédiction, ce qui engendra trois gorgones. Deux d'entre elles sont immortelles. La troisième..."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:54

Chapitre 3

La première fois, les visiteurs étaient toujours étonnés et effarouchés à la vue de cette immense salle. Située derrière un hall en pierre, deux énormes portes s’ouvraient sur ce qui aurait pu être une prairie dénudée d'herbes et d'arbres. Plus de la moitié d'un furlong (201 mètres) en longueur et deux chaînes (20 mètres) de larges, la pièce était assez grande pour accueillir des joutes. Cette salle possédait quatre entrées: l’entrée principale, placée dans le centre Est, donnait sur le hall; l'entrée cavaliers, dans le mur nord-ouest, où on avait taillé une voûte pour permettre aux jouteurs montés sur leurs chevaux d'entrer; l'entrée de la petite salle située dans le coin opposé menait quant à elle à une pièce employée pour les entretiens privées avec la Conquérante; et dernièrement l'entrée des quartiers privés de cette dernière, située juste en face de l’entrée principale, celle-là était toujours lourdement gardé.

La pièce formait un rectangle parfait à part un recoupement au centre du mur nord - là le trône de la Conquérante était encastré pour la protéger contre d’éventuelles et - irraisonnés - attentats à l’arme de jet. Le recoupement était de marbre, tandis que le reste du mur alternait entre des sections de pierres et de fenêtres. Ces dernières faisaient la hauteur de la salle et fournissaient suffisamment d’éclairage pour les activités qui s’y tenaient.

Partout sur les murs on pouvait apercevoir des drapées de soie vivement colorée ainsi que des tapisseries, tous des cadeaux de l’Impératrice de Chine. Le sol était de planches en bois incrustées sur la pierre, usée par le passage du temps, des pieds et des sabots. En ce moment, la pièce sentait la sueur et les seuls sons audibles étaient ceux de lourdes respirations.

Deux formes, épées tirées, tournaient lentement l’une autour de l'autre au centre de la grande salle. Comme c’était l’habitude de Xena, Palaemon, le Capitaine de la Garde Royale, l'avait rejoint pour leurs exercices quotidiens. Elle ne voulait pas que lui ou aucuns autres n’oublient qu'elle régnait parce qu'elle en avait gagné le droit. Les officiers de diverses cours étaient debout sur les côtés de la salle, silencieux, observant et attendant que l’événement diurnal ait lieu. Personne n'oserait partir durant l’affrontement car un tel manque de respect n’était pas toléré.

La Conquérante balança son épée en un cercle paresseux autour d'elle, "Allez, Palaemon, montres-moi quels parades tu as en réserve."

Palaemon avala difficilement, il n’aimait pas le sourire qu’elle venait de lui jeter; ses sourires pendant le combat étaient primitifs, barbares et surtout un signe avant coureur de danger. La dernière fois qu’elle l'avait regardée de cette façon, elle lui avait donnée cette balafre qui courait du centre de son front à travers l’arête de son nez pour se terminer au bas de sa joue gauche. C'était quelque chose qu'il n’avait pas l’intention de revivre.

N'obtenant aucune réponse elle arrêta de se déplacer, laissa tomber la pointe de son arme et balança ses hanches de façon suggestive. "Tu me montres la tienne, et je te montre la mienne na na nère..."

Il savait qu’il était préférable de répondre autrement que par un frivole commentaire. Le dernier homme qui l’avait fait avait été décapité. Assez d’idiotie; ne la laisse pas se lasser de toi. Et elle en est presque à ce point, ses yeux sont à demi clos, on dirait presque qu’elle a sommeil. Se tança-t-il. Avec un cri, il plongea, en pointant son épée sur sa poitrine.

Elle fit facilement dévier le coup. "Tu peux faire mieux que ça." Elle lui montra les dents tel un chien sauvage qui grogne.

Il inclina la tête et essaya à nouveau. Cette fois il feinta à droite, enchaîna par un tournoiement rapide et fit un brusque mouvement vers l’avant gauche.

La Conquérante écarta l'épée de Palaemon comme si celle-ci avait été un insecte. Cette fois ses yeux se rétrécirent. "Palaemon, étais-tu dehors à boire avec les autres soldats la nuit dernière? Je ne tolère pas ce genre de comportement de la part du Capitaine de la Garde Royale. Mais ça tu le sais déjà." Elle secoua la tête imperceptiblement.

"Non, bien sûr que non, Majesté." Mais cette protestation un peu hésitante fut accompagnée par une série prévisible de mouvements qui jamais ne furent même près d’atteindre leurs buts. Maintenant irritée, Xena commença sa propre attaque, prête à lui donner une leçon. Elle trouva son épée bloquée, maintes et maintes fois. Elle rit, un peu déçue, mais fière de lui. "Essaierais-tu de ruser? De me rendre trop confiante?"

"Ça ... n’a jamais ... rien coûté ... d’essayer que d'obtenir ... un petit avantage ...." Haleta Palaemon en effectuant une série de mouvements offensifs. Agréablement étonné, il se retrouva dans une position favorable et elle recula vers le mur sud. Peut-être sa stratégie allait-elle portée fruit. Il redoubla d’ardeur, employant chaque once d'habileté qu'il possédait. Bourrade, poussée, parade, mouvement brusque en avant, tournoiement, poussée.

La Conquérante jeta un coup d'œil par-dessus son épaule et vit le mur qui approchait. Avec quelques pas rapides elle mit une distance complémentaire entre elle et son Capitaine. Comme elle l’avait espéré, Palaemon interpréta ses mouvements comme une ouverture et se précipita vers elle. En hurlant son cri de guerre, elle s'élança contre le mur et courut sur celui-ci, employant son élan pour se propulser puis sauta par-dessus sa tête. Elle atterrit proprement derrière lui, lui tapota l’épaule par espièglerie, puis plaça son épée contre sa gorge. Palaemon laissa tomber la sienne en guise de reddition.

"Les femmes sont toujours plus dangereuses quand elles semblent effectuer une retraite, Palaemon. N'oublis jamais ça." Chuchota-t-elle à son oreille.

La chaleur de son souffle envoya une onde de choc ricocher jusqu’en bas de sa colonne vertébrale. Malgré sa position, Palaemon sourit. "Une autre leçon apprise de votre main, Majesté." Comme il aimerait qu’elle lui montre une toute autre sorte de leçon… plus intime… mais il était assez sage pour savoir que le demander le raccourcirait d’une tête.

Xena abaissa son arme et s’éloigna. Elle marcha vers la serviette que lui tendait un de ses valets. Négligemment, elle essuya les gouttelettes de sueur sur son front et sa nuque. "Quelle est notre programme aujourd'hui, Nestor? Quelles nouvelles distractions sont prévues pour me délasser?" Avec la grâce des félins, Xena prit place sur son trône.

Nestor, le Secrétaire Royal, un grand homme mince qui ressemblait à un épouvantail, avec en plus des cheveux qui avaient la texture et la couleur des pousses de maïs, consulta son parchemin. "Le Concours de Vérité, Majesté." Sa voix était nasillarde et sonnait comme si quelqu'un lui avait pincé le nez tandis qu'il parlait.

De sa main gauche, Xena balaya ses longs cheveux, les brossant grossièrement vers l’arrière pour les remettre en place. "Ahh … j'avais presque oublié." En réalité, elle avait oublié. Elle n'était toujours pas certaine de se souvenir pourquoi elle avait annoncé ce concours hier, seulement que cela lui avait semblé une idée amusante à ce moment. "Rappelles-moi les règles de ce concours, Nestor."

L'homme regarda au-delà de la longueur de son nez, qui en vérité était vraiment pointu et lu le parchemin, "Chaque concurrent donnera une définition de la vérité. Un juré de trois philosophes décidera quelle est la meilleure... et si vous êtes en accord avec leur décision... le gagnant sera récompensé comme il vous conviendra."

"Et les perdants?"

Nestor passa en revue le parchemin et nota qu'aucune disposition n’avait été prise en ce sens. "Majesté, j'attends votre ordonnance."

Xena retroussa les lèvres en réfléchissant. "Il me semble que la vérité, si elle existe, ne devrait pas être laissé en liberté. Pas plus que le processus qui amène à la vérité ne devrait se faire sans… heurte… Tous les philosophes ne se plaignent-ils pas de l'angoisse qu’ils endurent pour venir à bout de leurs savantes pensées?" La Conquérante rit ne feignant pas de cacher son mépris pour de tels hommes. N'importe quel homme bien constitué qui ne choisissait pas les plaisirs de la guerre avant toutes autres choses était un lâche.

"Ils le font, Majesté." Le Secrétaire attendit avec inquiétude pour découvrir de quelle sentence les perdants se verraient affligés. La Conquérante pouvait être si... si... créative… parfois.

"Que vaut la vérité? Une main? Un pied? Une jambe? Une vie?" Une pensée soudaine lui vint. "Nestor, cet oracle qui m'a rendu visite l'année dernière, celui qui m'a avisé de ne pas faire confiance à mes… anciens… vassaux. Te souviens-tu pourquoi il avait avoué qu'il pouvait concevoir la vérité de ce qui serait?"

Nestor inclina lentement la tête, un sourire joua aux bords de ses minces lèvres, "Oui, Majesté, c’était parce qu'il ne pouvait pas concevoir la vérité du moment présent."

Ce serait la sentence réalisa-t-elle en se recalant confortablement dans son trône. "Ce sera alors mon présent à ceux qui seront incapables de voir la vérité du moment présent : je ne leur permettrai pas de voir la vérité des moments à venir." Elle claqua ses doigts. "Écris ça, tous ceux qui ne disent pas la vérité seront énucléé." En aparté elle murmura. "Peut-être cela diminuera-t-il le nombre d'imbéciles qu’il me faudra entendre aujourd'hui."

Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:54

Chapitre 4

Quand la Conquérante revint de son bain elle portait des vêtements frais. Nestor ordonna alors qu’on apporte de la nourriture qui fût placée sur la table à ses côtés. Mitrus, son goûteur s’avança pour déguster un échantillon du repas constitué de cailles rôties, de légumes bouillis et de fines pâtisseries tandis qu'elle l’observait.

Les philosophes de l’Académie de Corinthe furent amenés de force par les membres de la Garde Royale et poussés sans vergogne dans des sièges à la gauche de la Conquérante. Rougeauds par l’effort de cette cadence forcé, les trois hommes haletèrent avant de reprendre leurs souffles.

Xena inclina la tête et rapidement Nestor fut à ses côtés pour attendre ses instructions. "Je ne veux pas voir ces 'hommes'... La lumière éblouissante de leurs peaux claires et de leurs têtes brillantes me fait déjà souffrir." Elle se passa la main devant les yeux comme pour faire dévier une lumière trop vive. "Hors de ma vue."

"Oui, Majesté." Nestor fit signe à Palaemon, qui fit signe aux trois gardes qui venaient d'amener les hommes dans la grande salle. Immédiatement, les philosophes furent traînés hors de sa vue.

Xena, la Conquérante de la Grèce, serait l'arbitre de l’essence même de la vérité.

Elle aimait ça : un Autre ajout dans sa liste d'accomplissements. Mais le titre qu'elle désirait le plus, celui dont elle rêvait jour après jour, celui qu’elle convoitait plus que tout autres était toujours hors de sa portée : Conquérante de Rome et Bourreau de César.

César, l'homme qui l'avait défait, qui l'avait utilisée d’une façon dont elle avait elle-même utilisé d’innombrables ennemis. L'homme qui lui avait brisé les jambes et qui avait presque voler son âme. L'homme qui gouvernait Rome et son empire. Celui qui connaissait quelle était sa seule faiblesse.

"Un jour, César. Je te soumettrai."

"Majesté?"

Xena ne s'était pas rendu compte qu'elle avait parlé à voix haute. Elle fronça les sourcils vers son Secrétaire qui était planté là et l'écarta d'un geste. Elle jeta un coup d'œil à Mitrus qui était toujours vivant et prit une des fines pâtisseries à ses côtés. Elle se demanda oisivement pourquoi tous les goûteurs ressemblaient à des rats.

"Faites lire la proclamation et faites-nous savoir si nous avons des braves qui osent instruire le trône sur ce qu’est la vérité."

Palaemon, avait observé la scène qui se déroulait avec un intérêt masqué, doutant sérieusement que quelqu’un se présente. Encore que la promesse d'une récompense soit très tentante pour certains. Je me demande ce qu'elle donnera au gagnant. Vaut-il la peine de risquer ses yeux? Et lui faire connaître son nom par la même occasion. Bien sûr, chaque jour je joue ma vie, j’espère qu'elle ne se lassera pas de moi. Si je vis assez longtemps, je sais qu’un jour mon destin m’octroiera la gloire. Je serai le Capitaine le plus décoré de sa Garde Royale. Peut-être même aurais-je l'honneur de la sauver lors d’une bataille contre les forces romaines. Ou même lui livré son César sur un plateau d’argent. Ou tuer la dernière de ces brutes de Centaures si inhumains. Dieux, tout ce que je rêve de faire et ça depuis que je suis en âge de tenir une épée. Être couvert du sang de ses ennemis dans une bataille que je livrerai à ses côtés. Et peut-être juste une fois voir quelque chose pour moi dans ces yeux aux quels je rêve nuit après nuit.

Son attention revint au présent quand le premier concurrent marcha d’un pas assuré dans la grande salle. Voici un futur aveugle. Se dit Palaemon. L'homme, un plus âgé que vingt étés, s'approcha de la Conquérante, la tête haute sans jamais baisser les yeux. Il ne fit pas de révérence, ne se mit pas à genoux et n'inclina même pas la tête. Palaemon avait vu des chiens avec cette espèce de regard fou juste avant qu'ils ne soient abattus.

En l'observant approcher, la Conquérante s'amusa elle-même en essayant de déterminer la façon dont elle allait l’énucléé. Avec un tisonnier? Un couteau? Une cuillère? Je pari que ça ferait un bruit intéressant. Pensa-t-elle.

"Je suis Sitacles d’Agara."

Les yeux de Xena se rétrécirent et elle s'avança sur son trône en étudiant l'homme attentivement. Il lui avait adressé la parole avant qu'on lui en donne la permission. Aucune prosternation devant le trône. Son manque d'éthique et son manque de frayeur en sa présence était remarquable. "Ainsi quelle est la vérité?" Demanda-t-elle doucement, paraissant faire fit de chacune de ces disgrâces.

L'homme parla durement, il aboya chaque mot pareil à un chien enragé.

Palaemon fut certain qu’il l'était.

"La Vérité était sur les lèvres d'un homme à l’agonie. Je l'ai entendu de mon frère, Telos, pendant qu'il rendait l'âme sur votre champ de bataille." Encouragé par sa propre voix, il cria, "la vérité est que vous êtes une malédiction sur notre terre! La vérité est que vous avez détruit tout ce qui faisait que la vie valait la peine d'être vécu! La vérité est que vous méritez de mourir !" d'un mouvement rapide, il tira un poignard de sa manche et le projeta vers son cœur.

Malédictions! Malédictions! Malédictions! Palaemon rompit sa position près de la Conquérante et plongea sur l'homme. Il était trop tard pour bloquer le tir, mais il réussit à frapper l’homme. Avec un bruit sourd d’os brisé, il fit basculer Sitacles et le maintint de force sur le sol, son avant-bras juste en travers de sa gorge lui écrasait la trachée.

La Conquérante étendit rapidement le bras et stoppa net le couteau avant qu'il n'ait trouvé sa cible dans le corps de Mitrus. Le goûteur regarda le bout de la lame à un cheveu de sa gorge et perdit conscience. "Je ne peux pas me permettre de te perdre Mitrus," lui dit-elle comme il défaillait.

En silence, Xena se souleva de son trône, ressemblant farouchement à un grand chat qui traque sa proie. Elle s'accroupit sur l'homme. "Tu me défi? Tu viens dans mon Palais et ose m'attaquer? Évidemment que la vérité se tient sur les lèvres de ceux qui agonisent." Sûr ce elle plongea son poignard dans les intestins de l’homme et le gratifia d’une longue entaille. La chair se découpa facilement et le sang coula librement sur le sol. Elle observa impartialement pendant qu'il se tordait de douleur, il se tenait le ventre et essayait de tout retenir en dedans. "Dis-moi, Sitacles, est-ce que tu agonise?"

"Vous… savez… oui." Pour quelque raison il fut incapable mentir et aussi incapable de détacher ses yeux de cet hypnotique regard bleu glacier qui était fixé sur lui.

"Et est-ce que je meurs?" Elle fit glisser la lame sanglante tout au long de son corps, indéniablement fort et vigoureux. Même ses vêtements avaient échappés à l'attentat - pas même une goutte de sang ne les souillaient.

Un spasme sortit de son corps en convulsion. "Non".

Xena mit ses lèvres près de son oreille, imitant railleusement le chuchotement d'une amante, "Alors tu as échoué. Ta vie toute entière a été un échec, n'est-ce pas? Tu as laissé la mémoire de ton frère se perdre. Un homme qui était meilleur que toi. Ce n'est pas vrai? Ne trouves-tu pas ça … ne trouves-tu pas ça… pathétique?"

L'esprit rebelle et combatif de Sitacles se résigna. "Oui". Et ensuite son corps suivit.

Xena essuya la lame sanglante sur la chemise de sa victime et l’a laissa tomber sur le sol. "La Vérité se trouve sur les lèvres des mourants."

Nestor avança pour superviser les activités de nettoyage. C'était une procédure à laquelle il était bien familier.

La Conquérante, reprit place sur son trône et fit signe à Palaemon pour qu'il vienne à ses côtés. "Fais décapiter le garde qui a fait entrer cet homme sans le fouiller."

"Oui, Majesté." Il avait horreur de perdre un membre de sa garde, mais il aurait encore plus eu horreur de perdre sa propre vie. Tournant brusquement les talons, il partit pour faire appliquer les ordres de la Conquérante.

Comme il disparaissait dans le hall une paire de servantes entraient en portant des seaux de sels, d'eau, et de produits spéciaux pour nettoyer le plancher souillé. Les deux filles semblaient peser seulement un peu plus que les fardeaux qu'elles transportaient. S'agenouillant, elles aspergèrent de sel le sang et commencèrent à nettoyer à fond avec des éponges de mer. Cela leur prit plusieurs tentatives avant que le nettoyage ne soit complété.

Xena nota avec un intérêt mitigé que tout ce qui restait de Sitacles était une petite tache humide sur son plancher. Idiot.

Pendant ce temps, Nestor passa une espèce de pastille odorante sous le nez de Mitrus. Ses yeux bruns foncés, louchèrent et se rétrécirent tandis qu'il essayait de revenir à lui. "Lèves-toi maintenant, Mitrus, c’est fini."

Xena tapa son talon et déplia un doigt vers son Secrétaire Royal. "Que se poursuivre le concours. Je veux en avoir fini avant la tombée du jour."

"Oui, Majesté." Le Secrétaire marcha rapidement vers le hall et disparut pendant un moment. Quand il revint, il affichait un demi-sourire. "Majesté, il ne reste seulement que deux concurrents."

Beaucoup mieux, pensa Xena. "Qu’on envoi le suivant."

Un vaillant jeune homme entra et se dirigea rapidement dans le cercle des pétitionnaires devant le trône. Là il se mit un genou en terre et porta son front contre ce dernier, il prit soin de garder les yeux baissés et attendit ses instructions.

Beaucoup, beaucoup mieux; il connaît son rang. Maintenant s'il peut seulement user d'une langue civilisée et des mots perspicaces…

"Lèves-toi et répond."

Le visage qui la salua était bronzé par bien des heures passées à travailler sous le soleil, il avait aussi de grandes mains, parfaites pour le maniement des animaux et des outils. D'un seul regard, Xena conclu qu'il était fermier.

"Majesté, la vérité n'est pas celle qui est vraiment, mais ce que chaque homme persuade un autre de croire. Un mensonge, répété assez souvent, devient une vérité." Il baissa de nouveau les yeux, n'oubliant pas qu’il les risquait pour avoir l'occasion de parler devant elle.

Il est plutôt bon. Se dit Xena. Reconnaitrait-il un mensonge considéré comme une vérité, soit celle qui veut que César ne puisse être défait par exemple. Par Hadès, même ma propre armée croit cette ineptie et craint d’affronter César et ses légions. Mais sa Rome sera mienne. Bientôt. C'est la vérité, et ça je le jure sur la tombe de Lycéus.

Nestor sentit que la Conquérante était sur le point de déclarer ce jeune homme vainqueur. Prudemment il s'approcha et lui parla. "Admettrais-je le dernier concurrent?"

Impatiente d'en finir avec cet ennuyeux concours elle fit un petit geste de la main. Tandis qu'elle attendait, elle se pencha sur le confortable accoudoir de son trône et attrapa une grappe de raisin. Ses longs doigts les retiraient agilement de la tige, et un à un elle jetait les petits fruits dans sa bouche. Elle aimait l'éclaboussure qu’ils provoquaient quand de ses étincelantes dents blanches elle les croquait avidement. Elle aimait leur saveur, leur texture et adorait sentir leur pulpe contre sa langue.

En levant les yeux, Xena vit la femme qui traversait la salle. Elle portait un manteau sombre fait de laine brute, avec un capuchon redressé sur sa tête, ce qui obscurcissait les traits de son visage. Dans sa main droite elle portait un bâton sur lequel elle s'appuyait lourdement tandis qu'elle progressait. Elle l'utilisa pour se remettre sur ses pieds après s'être agenouillé devant le trône. Sa posture la faisait ressembler à une vieille dame. Quand elle entendit la voix d'une jeune femme, la Conquérante en fut étonnée. "Majesté, ce n'est pas avec la raison que nous reconnaissons la vérité, mais avec notre cœur."

La Conquérante roula les yeux au plafond, encore une pleine de notions romanesque. Expulsant un profond soupir, elle répondit, d'un ton amèrement soyeux. "Tu as échoué, le débat est sur ce qu’est la vérité et non sur les affaires de cœur."

Au lieu d'être effrayé par la réponse de Xena, la femme se tint debout plus droite, ce qui fit glisser un peu sa capuche et révéla une mèche de cheveux blonds roux. "Toute vérité est dangereuse," répondit-elle d'un ton égal.

Alors je suis la vérité, pensa la Conquérante. "Pour qui? Pour ceux qui la prodigue? Parce qu’ils pourraient se faire couper la langue?" Siffla-t-elle sarcastiquement.

Gabrielle décida d'ignorer la menace impliquée. Ce n'est pas le moment de perdre le contrôle. Elle secoua la tête partiellement pour chasser sa peur. "Non, à ceux qui la dénie."

Xena pouvait voir où cette conversation allait la mener et elle ressentit un regain de respect pour cette femme. Peu de gens osaient lui dire ce genre de chose, lui dire qu'elle niait la vérité et se voir condamné à perdre ainsi leur vie. Intrigué, elle décida de poser la question, "Y a-t-il une vérité que je réfute?"

Gabrielle avala difficilement pendant qu'elle préparait sa réponse. Du moment où je suis venu ici je savais que la sentence à priori pouvait être la mort. Et cette fois, je ne pense pas qu’Arrol sera capable de soudoyé qui que ce soit pour reprendre mon corps. Finalement, elle retrouva sa voix et répondit. "Que vous avez peur."

La Conquérante se leva de son trône et se tint debout sur la plate-forme, imposant son ombre sur Gabrielle. "De toi?" Sa voix s'était abaissée jusqu'à son registre le plus bas, là où elle était plus sentie qu'entendu. Elle entendit rire ses sujets face à cette réplique. Personne n'aurait peur du débris femelle qui se tenait devant la Conquérante. Apparemment, cette femme pensa aussi que c'était drôle. Xena l'entendit rire, elle aussi et reconnut quelque chose de familier dans ce rire.

"Pas de moi. Mais de cette même vérité dont vous aurez toujours peur."

Lycéus. Son rire sonne comme celui de Lycéus. Elle sentit tressaillir ses genoux au souvenir de son petit frère. Forgé par des années de bataille, Xena stabilisa ses jambes et sa voix. "Nous verrons… Donc, tu es du genre à prétendre dire toujours la vérité?" Un plan prit forme dans son esprit pour qu'enfin elle trouve quelque chose d'amusant à ce satané concours.

"J'essais."

Xena s'approcha de la jeune femme et retira la capuche qui lui couvrait la tête. Oui, c'était le visage de cet insurgé qu'elle avait condamné, il n'y avait pas si longtemps. Elle avait été très bavarde lors de son procès. "Alors tu admets que j'ai ordonné que tu sois crucifié voilà moins de cinq lunes?"

Gabrielle haleta, elle ne s'était pas attendue à avoir fait si grande impression auprès de la Conquérante. N'en a-t-elle pas envoyé des centaines à la croix avant et après moi? "Je l'admets."

Xena passa ses doigts dans les cheveux qui reposaient maintenant sur l'épaule de la jeune femme. "Tu dois être plus rusé que la mort, puisque tu es là."

La tête de Gabrielle s'abaissa. "Je le suis." J'étais stupide de penser que je pourrais gagner ce concours et arriver à discuter avec la Conquérante. Qui suis-je pour faire entendre raison à la Souveraine de la Grèce ?

La Conquérante saisit son menton et l'a força à effectuer un contact visuel. Pendant un instant des yeux bleus et verts se regardèrent.

Xena ouvrit la bouche pour parler, puis hésita un moment. "Voici mon verdict... je vais te laisser vivre tant que tu me diras la vérité. Nous pourrons ainsi voir si j’ai peur de quoi que ce soit." Sa main laissa tomber le menton de la jeune femme, mais leurs yeux restèrent en contact. "Mais écoutes-moi bien, si je t'attrape à mentir, ne serait-ce qu'une fois, une seule fois, une seule dissimulation et tu retournes sur la croix… et je te promets que ce sera un arrangement plus permanent cette fois." Elle fit signe à Nestor. "Qu’on la baigne et qu’on la fasse voir par les guérisseurs pour ses jambes. Elle dînera en ma présence. Voyons combien de temps, notre oracle de vérité, vivra."

"Oui, Majesté." Il prit une Gabrielle effrayée par le bras et la mena aux salles de bains du palais. Le bruit de son bâton qui frappait le plancher de bois à chacun de ses pas se répercuta dans toute la salle tandis qu’ils prenaient congé.

Vivante... pensa Gabrielle étonnée, comme tous ceux présents dans la salle d’ailleurs... vivante et capable de dire ce qu'elle pensait. Tant qu'elle ne se compromettrait pas, elle resterait vivante.

"Toi." Xena s'adressa à l'homme qui avait failli gagner le concours. "Ta récompense est que tu me serviras d'orateur. Fais-nous voir quelles vérités me concernant tu peux répandre."

Avec un sourire Xena se retira, avide de visiter son armée avant de rejoindre son invitée pour le dîner de ce soir. Elle doutait que la jeune femme ne se rende jusqu'au dessert. Il lui semblait que tout le monde finissait par lui mentir à un moment ou à un autre. Pourquoi cette femme ferait-elle exception?
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:55

Chapitre 5

Gabrielle était sans voix face à l'opulence des quartiers privés de la Conquérante. Elle pensait que les tapisseries dans la Grande Salle étaient impressionnantes, mais elles n'étaient rien comparées avec celles qui étaient accroché ici. En les regardants de plus près Gabrielle se rendit compte que plusieurs d'entre elles dépeignaient les événements significatifs de la vie de la Conquérante - l'une d'elle, la plus près de l'embrasure, représentait clairement son entrée triomphale dans Corinthe voilà cinq ans, celle juste à côté représentait la bataille d'Athènes, et encore à côté, celle de la bataille contre les Centaures. Elle vit que d'autres représentaient aussi des moments de la vie de la Conquérante, mais elle ne reconnut pas les événements.

Le plancher était couvert de tapis Persans. Cette surface matelassé n'avait pas aidé à son équilibre et elle s'était tordu le genou deux fois déjà; pire encore, elle avait presque cassé une des possessions de la Conquérante. Son bâton lui avait été confisqué, l'équipe de sécurité de la Conquérante croyait évidemment que c'était une arme. Gabrielle émit un rire sombre, comme si elle avait pu lui en donner un seul coup

Ses yeux s'attardèrent sur les trophées des diverses victoires de Xena. Les plus exquis étaient les pièces de porcelaine provenant de Chine. Chacune d'entre elles était délicate et peinte à la main. Comment des choses si délicates peuvent-elles partager la même pièce qu'elle ?

Nerveusement, Gabrielle lissa la soie de la robe qu'une des servantes de corps de la Reine lui avait fait revêtir en insistant. Avec tristesse, elle nota que les fentes de la robe dévoilaient ses jambes blessées. La servante, quant à elle remarqua comment le vert profond du tissu faisait ressortir la couleur des yeux de Gabrielle. Personne n'avait jamais remarqué ses yeux auparavant … sauf Arrol... Qui, pensa-t-elle, devait être mort d'inquiétude pour elle depuis le moment où il avait découvert la note qu'elle lui avait laissée.

Dis la vérité. Ne la laisse pas t'usurper.

Après avoir obtenu congé de la Conquérante cet après-midi, Gabrielle avait été menée aux bains, nettoyé et présenté au guérisseur. Le guérisseur, un vieil homme qui lui rappelait son père, avait été étonnamment compatissant. Il avait grimacé et secoué la tête quand il avait vu comment ses jambes avaient été endommagées. Il lui avait dit qu'avec le temps, un traitement agressif et de l'exercice, il pensait qu'il pourrait redresser ses jambes et diminuer la douleur.

Gabrielle remarqua que le guérisseur ne semblait pas aussi optimiste, quant à la longueur de sa survie auprès de la Conquérante. Je vais te survivre, tout comme j'ai survécu à tes tortures. Trop de choses en dépendent.

Puisqu'elle ne savait pas si c'était approprié pour elle de s'asseoir sans la Conquérante, Gabrielle erra dans la salle. Ses jambes douloureuses lui confirmèrent une autre réalité - celle-ci était en retard.

Le laquais ouvrit la porte et admit la Conquérante qui était maintenant paré dans une robe rouge vin. Elle fit un geste de la main et renvoya les Gardes qui allèrent reprendre leurs positions de chaque côté de la porte. "Je ne pense pas avoir besoin de vous ici." Elle jeta un regard vers la jeune femme vacillante. Elle n'est pas très menaçante. La seule chose qui pourrait arriver c'est une tache de sang sur un de mes tapis. Xena fut heureuse quand elle vit la femme essayer d'étouffer un halètement. "Comment t'appellent-ils ?" Demanda La Conquérante. Elle les mena devant la salle à manger.

Gabrielle fut de nouveau impressionné par la richesse de la pièce - autour d'une table de teck était disposé dix chaises à hauts dossiers, chacun était recouvert de coussins bleus en velours. "Gabrielle". Les yeux de la jeune femme étaient fixés sur les couverts en or qui ornaient la table recouverte d'une nappe de lin blanc.

Xena inclina la tête face à l'absence de titre honorifique.

"Majes..."

Une main se leva. "Ne te sens pas contrainte de m'honorer si tu n'es pas sincère, Gabrielle."

Gabrielle comprit immédiatement l'avertissement. "Donc le manque de sincérité est considéré comme un mensonge ?"

Xena haussa les épaules, "je suis entouré par des lèches bottes toute la journée. Il est agréable d'entendre quelqu'un dire ce qu'il pense." Avec fluidité, Xena prit place dans son siège à la tête de la table. Elle fit signe à la petite femme de s'asseoir, elle aussi.

Avec reconnaissance, Gabrielle prit place à gauche de la Conquérante, se laissant choir dans les coussins avec un plaisir non masqué, elle expira doucement de soulagement. C'est ce que cela signifie que de gouverner le monde... ou du moins la Grèce… Pas mal. "Peut-être qu'il y en aurait plus s'ils ne craignaient pas votre colère," Elle avait parlé doucement, mais avec assurance. Si je suis pour mourir, au moins cela ne sera pas en vain.

Xena secoua la tête. Personne ne comprend ce que ça prend pour diriger des centaines de milliers de gens. "Ce n'est pas juste la haine des mots qui sont dits, mais plutôt ce qu'ils inspirent les gens à faire."

Comme par magie, des servantes apparurent et commencèrent à servir le dîner. Les riches odeurs de canard fumé, d'espadon grillé, de légumes rôtis et de pains récemment cuits envahirent l'air ambiant ce qui atteignit directement l'estomac de Gabrielle. En guise de réponse, celui-ci libéra un fort grondement, faisant du même coup rougir la jeune femme qui étudiait le plat devant elle.

Xena, qui avait clairement entendu le son, rit sous cape. Rien ne semble faux chez cette femme, chaque réaction rebondit immédiatement à la surface. Ce n'est pas une qualité que je qualifierai de sage, nota-t-elle tristement. Mais c'est tout de même rafraîchissant. Comme Lycéus. "Je vois que tu approuves le menu."

"Tout à fait. Je n'ai pas vu autant de nourriture et un tel faste depuis votre..." elle s'arrêta immédiatement en réalisant ce qu'elle était sur le point de dire.

Un vieil homme qui versait le vin tressaillit quand elle cessa de parler, mettant son erreur encore plus en évidence. Il n'osa pas regarder le visage de la Conquérante. Il savait que sa vue ne serait pas plaisante. Une fois il l'avait vu alors qu'il était tordu de colère, cette vision hantait toujours ses cauchemars. Silencieusement, il s'arrangea pour faire couler le liquide plus rapidement, comme ça il pourrait prendre congé plus vite.

La voix de Xena devint comme une obsidienne, "Finis ce que tu étais en train de dire," ordonna-t-elle.

"Depuis..." Gabrielle commença à essayer de trouver une explication convaincante et comprit qu'il n'y en avait aucune. Dis la vérité. "Avant votre couronnement," chuchota-t-elle..

Le porteur de vin fit une sortie hâtive. Il fut certain que le prochain son qui sortirait de la pièce serait celui du cadavre de la jeune femme quand il s'écraserait sur le sol. C'était dommage, elle était une petite chose très agréable à regarder. Gabrielle crut voir passer un léger sourire sur les lèvres de la Conquérante avant que le masque de marbre qu'elle portait ne revienne à nouveau. "Ça été de dures années. L'effort de guerre pour consolider notre pays a coûté très cher. Mais ça en valait le prix. Et... il y a aussi... même si je ne suis pas a blâmé pour ça… la sécheresse qui c'est abattu sur notre pays l'année dernière. Ou peut-être le suis-je ?"

Gabrielle n'osa pas répondre, et préféra au lieu de cela secouer la tête et attendre de voir si la Conquérante allait ajouter autre chose.

Mitrus entra dans la pièce et pris des petites portions de viande et de poisson. Il les plaça soigneusement dans sa bouche, comme si ce geste pouvait lui sauver la vie si celles-ci contenaient du poison. Après avoir avalé et attendu quelques instants, il s'étira pour goûter le reste des aliments. Il prit un échantillon de chaque nutriment, et les mâcha délicatement. Toujours vivant, il but du vin. Il ne remarqua pas que ce vin était une excellente cuvée, puisqu'il était trop occupé à continuer de respirer. Il détestait son travail, mais les esclaves n'avait pas le loisir de dicter leurs désirs.

La Conquérante lui fit un signe de tête, lui indiquant qu'il était libre de partir. "Ce vin est excellent," reprit aimablement Xena après en avoir prit une gorgée, "tu devrais essayer.".

"Merci." Pas seulement pour le vin, pensa-t-elle. D'une main légèrement tremblante, elle étira le bras et amena le gobelet à ses lèvres.

Xena prit ses ustensiles et commença à manger le repas devant elle. Avec un geste de sa fourchette elle pressa Gabrielle d'en faire de même. Son invité aux cheveux blonds était tout à fait pâle et elle s'inquiéta que celle-ci ne s'évanouisse bientôt si elle ne mangeait pas. "Après que tu ai réussi à réchapper de la crucifixion, pourquoi n'as-tu pas fuis Corinthe ? Je ne l'aurais jamais su."

"Je n'ai nulle part où aller désormais."

"D'où es-tu ? Je peux dire par ton accent que tu n'es pas d'ici."

Son accent avait, en vérité, toujours été un peu rustique. "Un petit village qui se nomme Poteidia."

"C'est en Thrace.".

"C'est exact." Elle prit une bouchée de son espadon et se pâma presque de plaisir. Si c'était son dernier repas, il était parfait. "Mon village à été anéanti par un chef militaire du nom de Draco. Un certain nombre d'entre-nous ont été capturé pour être vendu comme esclaves."

"Tu es une esclave?"

"Non. J'ai échappé à la capture. Mais pas ma sœur. Je ne l'ai jamais revue depuis. Et le village a été complètement brûlé par les hommes de Draco. Ma mère et mon père sont morts dans ce raid. Je suis partie vers le sud. Et en fin de compte je suis venu à Corinthe. Je suis professeur maintenant." Elle récita tout ça en un assaut rapide, elle ne pouvait pas lui permettre de croire qu'elle était une esclave en fuite... pas en plus de tout le reste : insurgée, survivante d'une crucifixion et oracle de vérité à plein temps.

Il doit y avoir plus à cette histoire que n'en dit cette fille, pensa Xena. Personne 'n'échappe aussi simplement' aux hommes de Draco. Ce n'est pas un mensonge, mais ce n'est pas non plus toute la vérité. Je laisse passer - pour cette fois. "Qu'enseignes-tu ?"

"La lecture et l'écriture à certains de vos soldats. Mais quand j'étais plus jeune, je voulais devenir barde," elle sourit mélancoliquement, se rappelant les heures passées dans le grenier à foin avec sa sœur, Lila, parlant de héros, de monstres et d'histoire d'amour.

Juste ce dont le monde à besoin, un autre conteur pour bourrer leur esprit populaire d'histoires fantaisistes. "Tu sers le royaume alors. Nous avons besoin d'hommes qui peuvent communiquer facilement avec moi si nous sommes pour gouverner le monde," conclu Xena.

Le sourcil de Gabrielle s'arqua, elle n'avait jamais considéré sa position comme une aide à l'effort de guerre. "Et s'ils veulent être de meilleurs hommes. Parfois les gens écrivent simplement pour apprendre et partager… pas seulement pour conquérir."

Le visage de Xena se fronça à une telle pensée, "Ça aussi," murmura-t-elle, avec un peu de sarcasme.

Normalement se faire rabrouer de la sorte exaspérait Gabrielle, mais cette fois elle ne ressentit rien d'autre qu'un léger regain d'affection pour la guerrière aux cheveux noirs. Elle n'est pas si épouvantable que ça une fois qu'elle n'est plus sur son trône. Et elle m'a laissé dire ma façon de penser jusqu'à maintenant. N'est-ce pas ce pourquoi j'étais venu ici ? Parce que je croyais que d'une façon ou d'une autre je pourrais faire une différence dans sa vie. Une personne ne peut pas être si cruelle, si elle ce souci, au moins d'une personne.

Ou encore si quelqu'un ce souci d'elle,
corrigea-t-elle. Peut-être est-ce la clé.

Quand ils apportèrent le dessert, les domestiques furent étonnés de trouver Gabrielle toujours en vie. Une des femmes, la plus vieille, celle avec des cheveux grisonnant et qui avait des taches de vieillesse sur les mains, fit un timide sourire d'encouragement à Gabrielle tandis qu'elle posait un plat devant elle. Celle-ci doit être exceptionnelle pour encore respirer. Particulièrement après ce qu'elle a dit plutôt. Gabrielle lui renvoya un sourire, excité par les framboises et la crème fraîche.

La Conquérante observa avec amusement la jeune femme qui attaquait son plat. Gabrielle avait déjà engloutit deux grandes platées de nourriture, mais mangeait toujours comme si elle n'avait encore rien eut à manger que son désert … comme si elle n'avait rien mangé depuis des semaines en fait. Certains de mes soldats ne mangent pas tant en une seule fois. Pas Xena en tout cas, car elle n'aimait pas la sensation de lourdeur qui l'assaillait après un grand repas. Et, en tant que guerrière, elle savait qu'il valait mieux ne pas se laisser aller, et ce, en toutes circonstances.

Avant que Palaemon ait atteint le couloir menant à ses quartiers privés, la Conquérante l'entendit venir. Son horloge interne lui indiqua qu'il était un peu plus en avance que d'habitude. Xena prit son gobelet et vida d'un trait le reste du vin, appréciant la chaleur qui se diffusa dans sa gorge.

On cogna à la massive porte, "Entre," ordonna Xena.

Palaemon entra et salua la Conquérante. Ses yeux se tournèrent vers la jeune femme silencieuse qui prenait place à côté d'elle et il inclina la tête. Il fut charmé de voir son teint se coloré en réponse à son salut. Pendant un instant il crut que sa cicatrice le rendait plus attirant en lui donnant un air mystérieux. Quand la Conquérante se racla doucement la gorge, il reporta son attention là où elle devait être, "Majesté."

"Assois-toi, Palaemon, sers-toi…" dit-elle en faisant un signe de la main vers l'abondance de la table.

Gabrielle était sur le point de lui offrir quelques-unes de ses baies mais il n'y avait que deux assiettes sur la table. À cet instant un domestique entra avec une platée pour le Capitaine. Palaemon remarqua la générosité de Gabrielle et sourit légèrement.

Je vais m'assurer que Palaemon sortes du palais plus souvent. "Quelles nouvelles apportes-tu ?" Demanda Xena, cachant un petit sourire satisfait.

De nouveau, il se concentra sur la question qui lui avait été posé. Il passa une main dans ses cheveux blonds coupés courts, et répondit, "Majesté, j'ai un important message de notre poste à Éphèse." Son silence encouragea Palaemon à continuer. "Il semble que César projette d'expédier une grande quantité d'armes par cette ville à la prochaine lunaison."

César. Les années de bataille l'aidèrent à garder son calme. "Hmm… pour réarmer ses hommes dans la campagne Syrienne ?".

"C'est ce que je crois, Majesté."

Xena sourit de la même façon que si elle avait défait Palaemon. Soudainement la pièce devint grouillante de l'énergie que dégageait la femme aux cheveux noirs qui se leva de son siège. "Ce serait une telle honte de laisser de bonnes armes se faire rançonner par les pauvres soldats romains. Peut-être devrais-je les libérer." Continua-t-elle en parlant des armes.

Les yeux bleus de la Conquérante pâlirent à un point tel que Gabrielle ne fut plus certaine qu'il y avait eut une couleur auparavant. Elle avait vu ce même regard juste avant que celle-ci ne la condamne à la crucifixion.

"J'attends vos ordres, Majesté.".

Ahh… cela énervera César. Peut-être cela le tirera-t-il de sa confortable résidence à Rome et daignera-t-il enfin m'affronter sur le champ de bataille. Tu t'es suffisamment caché dans Ta Rome, César. Sort de là et vient jouer un peu. Mais si tu ne le fais pas… et que je ne peux pas couper la tête du serpent que tu es… cela sera quand même amusant de lui couper la queue. Presque aussi amusant en vérité. Et je le trancherai ce serpent, morceau par morceau, jusqu'à ce que j'en arrive à la tête si besoin est.

"Nous partirons à l'aube. Cela nous prendra presque jusqu'à la prochaine lune pour atteindre le port. Envois un messager au devant à Athos, nous naviguerons de là à Éphèse. Fais préparer le contingent macédonien ils nous accompagneront. Et nous prendrons cent soldats de la Garde Royale avec nous." L'esprit de Xena était emballé par les préparatifs nécessaires à cette campagne, son sang se mit à bouillir à la pensée que César perdrait ses armes… enfin.

Palaemon sentit un picotement excité dévaler sur sa peau. Les yeux de Xena étaient brillants, ses lèvres dessinaient un sourire dément, même ses cheveux semblaient émettre de l'énergie. La dernière fois qu'il avait vu ce regard, la Conquérante venait de conquérir Corinthe et presque toute la Grèce. Cela l'avait rendu riche et il avait obtenu un statut. Il se demanda ce que serait sa récompense pour ça. "Je m'en occupe immédiatement Majesté."

"Et envoie-moi Nestor. Il y a tant de chose à faire.".

Dans ses préparatifs de départ, la Conquérante avait complètement oublié sa jeune compagne de table qui s'était endormi dans sa chaise. Ce n'est seulement que quand Nestor partit avec un parchemin remplit d'instructions pour régenter la ville en son absence que Xena entrevit le visage serein de la jeune femme qui ronflait doucement. Je l'ai complètement oublié. Xena secoua la tête amusée. Elle n'oubliait jamais quand il y avait quelqu'un d'autre en sa compagnie, les années de combats avaient contribué à ce qu'elle ait toujours les sens en alertes, pour anticiper un danger quelconque. Hé bien, cette fille n'est certainement pas un danger pour moi.

"Gabrielle…" dit-elle doucement pour éveiller la jeune femme, pour que celle-ci puisse au moins rejoindre la chambre qu'on lui avait assignée, et allonger ces jambes qui semblait-il étaient fort douloureuse. Xena se rappela comment les jambes de Lycéus l'avaient fait souffrir pendant des mois après sa chute de l'arbre quand ils étaient enfants. Dieux … nous avions grimpé de plus en plus haut, parce que c'est ce que je voulais. Et Lycéus ne disait jamais non à aucune de mes idées. Pas seulement quand nous étions gosses, mais aussi plus tard quand Cortese est venu. "Gabrielle …"

Pas de réponse.

"Gabrielle …" Dit-elle un peu plus fort.

Un doux ronflement sortit de la gorge de la jeune femme.

"Gabrielle …" Soupirant, Xena se pencha et prit doucement la jeune femme de sa chaise. Elle était petite et se moulait parfaitement aux bras de la Conquérante. Elle était étonnamment légère si on pensait à tout ce qu'elle avait mangé, nota mentalement Xena. Le progrès régulier de Xena amena les deux femmes à la porte de ses quartiers privés. De son pied, elle poussa celle-ci partiellement ouverte puis alla déposer son oracle de vérité sur le grand lit. Quelqu'un va au moins en profiter ce soir, pensa Xena. En ce qui me concerne j'ai d'autres plans.

***

Gabrielle se réveilla de bonne heure le matin suivant, et étira lentement ses muscles, en s'abandonnant à la luxuriante sensation des draps de lin frais sous elle. Où suis-je ? Qu'est-ce qui est arrivé hier soir ? Le dîner, Palaemon, envahir Éphèse… oh par les Dieux… je me suis endormi. Et je suis … dans son lit ? Elle pouvait entendre son cœur battre follement dans sa poitrine et jura que le reste du palais pouvait aussi l'entendre. Gabrielle jeta la couverture et balança ses jambes sur le côté du lit. Elles ne font pas si mal ce matin. Non, Gabrielle, elles font mal… c'est juste que, tu es trop terrifié pour sentir la douleur en ce moment.

Un regard rapide par la fenêtre lui confirma que la nuit se terminait, une nuance rose glissait sur l'horizon et elle était reconnaissante pour la lumière à venir. Elle pouvait dire que la Conquérante ne l'avait pas rejointe dans le lit cette nuit, parce que seulement son côté du lit était défait. Gabrielle supposa que la Conquérante avait passé une nuit blanche à préparer son voyage. Elle prit conscience du son rythmique de la pierre à aiguiser contre le métal. La Conquérante aiguisait son épée. En passant une petite main dans ses cheveux d'or rouges, Gabrielle essaya de se défroisser avant de se montrer à l'autre femme.

"Bonjour, Majesté."

Xena accorda un regard à la jeune femme, mais ne changea pas son rythme. "Tu t'es réveillé tôt."

Gabrielle rougit et haussa les épaules, "Apparemment je me suis endormi tôt. Je vous fais mes excuses."

La Conquérante exhorta un petit rire, "je ne peux même pas me rappeler la dernière fois où quelqu'un s'est endormi devant moi. Normalement mes invités sont trop terrifiés par ma présence pour fermer les yeux même pour un clignement." Cette pensé lui fit arrêter son travail et elle porta ses yeux bleus intense sur Gabrielle, "Pourquoi n'as-tu pas peur de moi ?"

Le cœur de Gabrielle s'arrêta sous ce regard intense et soupçonneux qu'elle recevait de la Conquérante. J'ai peur là, tout de suite. Mais je suppose que ça m'aiderait pas de l'admettre… Cela la rendrait encore plus méfiante… comme si j'étais coupable de quelque chose. Gabrielle s'efforça de paraître calme et de maintenir une voix neutre, "Ma vie est déjà à l'amende, Majesté. Que devrais-je craindre de plus ?"

La réponse sembla convenir à Xena et elle retourna à sa tâche. "Nous partons dans deux marques de chandelles. Va voir Hélèna pour tes bagages."

Nous ? Mes bagages ? Aller ? À Éphèse ? "Majesté ?"

Xena ne répondit pas. Elle n'avait pas à expliquer ses décisions à cette jeune femme.

"Majesté ? Vous voulez que j'aille en mission militaire avec vous ?" Gabrielle était embarrassée, elle serait inutile sur un champ de bataille. Elle fit un geste vers ses jambes blessées comme si c'était possible pour quelqu'un de les oublier.

"Pas pour te battre," dit impatiemment Xena, expliquant l'évidence. "Je ne peux pas prendre Nestor avec moi. J'ai besoin que quelqu'un reste ici pour s'occuper des affaires d'état. Alors, tu seras ma servante attitrée. J'ai besoin de quelqu'un, qui, je sais, ne me mentira pas."

Alors là, tu viens de t'embarquer dans toute une affaire, Gabrielle. "Je crois que c'est notre marché : ma vie contre la vérité."

"Allez va maintenant. Nous partons dans moins de deux marques de chandelles. Ne me fais pas attendre."

Gabrielle inclina la tête en vitesse, ses cheveux clairs virevoltèrent autour de ses épaules. "Bien sûr. Excusez-moi alors." Elle quitta la pièce si rapidement qu'elle oublia d'avoir peur de trébucher. Elle savait que cela prendrait un petit miracle pour qu'elle puisse rencontrer l'échéance de la Conquérante.

Exactement deux marques de chandelles plus tard Xena était debout parmi ses Gardes Royaux - les plus compétents - et circulait à pas mesurés devant eux, inspectant chaque homme et femme, s'assurant qu'ils avaient bien été choisis pour cet honneur. Ils étaient debout, le corps rigide, regardaient droit devant, le regard aussi glaciale que celui de leur leader. Ils l'avaient suivi dans de nombreuses batailles auparavant. Ils n'avaient jamais perdu.

Gabrielle observa tout cela de sa place sur un des chariots de provision. Remarquant pour la première fois que ceux-ci étaient totalement différents des autres soldats qu'elle avait vu auparavant. Ils étaient propres, parés de cuirs bien huilés, leurs armures de métal reluisaient et, étonnamment, ils n'arboraient aucunes cicatrices. Personne ne devait jamais avoir été assez près pour lacérer leur peau, du moins pas trop sévèrement, à l'exception notable de Palaemon.

Ils étaient le summum que le royaume puisse offrir. Chacun observait Xena tandis qu'elle marchait à grands pas parmi eux, serrant des ceintures, ajustant des gantelets, inspectant des lames. Gabrielle ne douta pas un instant qu'ils étaient prêts à mourir volontairement pour elle.

Comment devait t'ont se sentir ? Savoir que des gens échangeraient leurs vies contre la vôtre ? Est-ce que ça t'effraie autant que moi ? Gabrielle ne perçue aucune crainte dans l'attitude de Xena.

Satisfaite de ses soldats, Xena marcha vers les chariots de provisions. Elle inspecta ceux-ci rapidement, s'assurant simplement que tout le nécessaire était bien là. Quand elle s'approcha du chariot où Gabrielle était assise, Xena l'examina soigneusement et nota avec approbation les survêtements que la maîtresse de la Garde-Robe lui avait procuré : Des bottes de cuir hautes jusqu'aux genoux, une jupe de coton indigo qui couvrait tout juste le sommet de ses bottes et un chemisier de coton blanc couvert par une cape grise. "As-tu tout ce dont tu as besoin ?"

La femme aux cheveux blonds sourit doucement, elle ne s'était pas attendue à cette question, "Oui, merci." La Conquérante regarda de façon significative le conducteur du chariot, celui qu'elle avait si méticuleusement choisi, en se basant sur son âge avancé. "Ceci est ma servante attitrée. Veille sagement à ce qu'il ne lui arrive rien."

Le vieil homme inclina la tête rigoureusement et tapota chastement la main de Gabrielle. "Majesté, elle sera traitée comme si c'était ma très chère fille."

"C'est ça, veilles-y." Leurs yeux se rencontrèrent pendant un moment avant que la Conquérante ne retourne à ses troupes. Palaemon s'approcha d'elle.

"Tout est à votre convenance, Majesté ?"

La Conquérante inclina la tête un peu crispée. "Tu as bien travaillé, Palaemon." Elle émit un sifflement perçant et un garçon d'étable s'approcha avec son cheval de guerre. Une jument dorée comme le soleil sous son sombre cavalier. La jument renifla la poitrine de Xena juste avant que celle-ci ne saute sur son dos.

C'était la seule marque d'affection qu'aucun n'avait montrée à la Conquérante, nota Gabrielle. Placé sur son grand cheval, Xena s'adressa à ses troupes. "Nous voyagerons jusqu'à Éphèse. De là nous ferons saigner le nez de César." Elle marqua volontairement une pause, "Faites qu'il s'habitue à goûter son propre sang. Car aussi sûrement que nous marcherons sur Éphèse, nous marcherons sur Rome. Et vous serez de ceux qui marcheront triomphant avec moi dans le Colisée."

"À Éphèse!" Cria Palaemon.

"À Éphèse!" Répondirent Cent voix.

"À Xena!"

"À Xena!"

"Pour la Conquérante!".

"Pour la Conquérante!".

Tandis que l'acclamation finale envoyait des frissons dans le dos de Gabrielle, Xena inclina la tête et passa devant par les portes de la ville. Les gens s'agglutinèrent de chaque côté et observèrent la progression de son armée avec crainte. Cela ressemblait plus à la célébration d'une victoire qu'au début d'un voyage.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:55

Chapitre 6

Cette nuit là l'armée monta le camp à l'extérieur de Nexus célèbre pour son temple consacré à Arès. Le temple de marbre noir n'était pas le plus majestueux des temples du Dieu de la Guerre mais il se distinguait par le nombre d'apparitions qu'y avait fait le Dieu en personne. La plupart des gens supposaient que s'était parce que son prêtre était un de ses favoris; Xena savait que c'était surtout parce que c'était le temple le plus près de l'endroit où son armée avait campé quand elle avait assiégé Corinthe.

À minuit la Conquérante entra dans le temple et attendit son mentor.

"Xena," la voix d'Arès ressemblait à une caresse. Le Dieu se matérialisa dans un flash de lumière devant elle, et ouvrit large ses bras pour la saluer.

"Salut, Arès." Elle sourit d'un air satisfait, elle savait qu'elle n'avait pas besoin de s'incliner face au Dieu aux cheveux bruns. Cependant elle inclina légèrement la tête, pour donner une impression de déférence.

"Comment va ma protégée préférée, hmm ?" Il tourna autour de la guerrière, en la déshabillant des yeux, il aimait manifestement ce qu'il voyait. La Conquérante supporta l'examen minutieux, sachant que cela faisait partie du prix a payé pour avoir son appui. Il satisfaisait sa soif de combat, elle satisfaisait sa soif de luxure.

"Je suis en chemin pour Éphèse."

Arès aimait l'insolence de cette femme. Elle défiait régulièrement les Dieux de l'Olympe, lui inclut, à ses yeux cela ne la rendait que plus délicieuse. "Hé bien, alors, c'est gentil de passé."

Une dose de compréhension passa entre les deux.

Arès tira pensivement sur sa barbe. "César ne saura jamais ce qui l'a frappé, hein?"

Xena n'aimait pas qu'il sache que sa mission était plutôt une vendetta personnelle. Cela ne serait pas bien si le Dieu s'impliquait trop dans la situation; Arès aimait rendre les choses intéressantes et ne se gênait pas pour lui mettre des bâtons dans les roues. Elle ne voulait pas le tenter de quelque façon que ce soit. "Éphèse ne saura jamais ce qui l'a frappé". J'ai l'intention de me porter au secours de certaines armes qui passeront par-là. Et un trésor dans le temple d'Artémis que je sais être devenu un peu trop gros."

Cela le distrait. "Oh chiche, tu vas apprivoiser le mauvais côté d'Artémis, huh ? C'est ce que j'aime de toi, Xena, tu ne fais jamais de favoritisme."

Son visage se crispa à la façon de quelqu'un qui vient de mordre un citron, "Artémis a-t-elle jamais fait quelque chose pour moi ?"

Il haussa les épaules, puis posa ses mains sur les hanches de Xena, "Beaucoup de gens pensent que tu lui appartiens à elle… et pas à moi."

Xena s'étrangla presque, "Quoi ? Comme si j'étais une Amazone ? Je pensais que le simple fait d'anéantir leur nation convaincrait les gens du contraire."

"Qu'est-ce que je peux dire ? Tu es une femme …" le dos de sa main frôla son sein "… guerrière. Les gens s'y perdent. C'est compréhensible."

"Je ferai de mon mieux pour clarifier la situation."

"Fais donc cela." Arès lui fit un vague salut de la main et la laissa seule. Cela allait être amusant. Artémis n'allait pas être contente d'apprendre les plans de la Conquérante. Maintenant Arès devait juste trouver une façon de le faire savoir à Artémis… sans la rendre trop méfiante.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:55

Chapitre 7


Quand Xena revint au campement, elle trouva Gabrielle dans sa tente, parmi le désordre, accroupi et appuyé contre un des poteaux. Fronçant les sourcils, elle s'abaissa et mit son genou droit par terre devant la jeune femme, "Qu'est-ce que tu fais encore debout ?"

Gabrielle frotta ses yeux ensommeillés avec sa main, "je pensais que vous pourriez avoir besoin de quelque chose quand vous reviendriez. Je n'étais pas certaine …" Voyant le regard irrité sur le visage de la Conquérante, elle baissa les yeux vers le sol. "Je suis désolée."

"À l'avenir, si je veux quelque chose, je te réveillerai." Répondit Xena, un peu plus brusquement qu'elle n'en avait eut l'intention. Quand elle vit l'expression triste de la jeune femme s'intensifier, Xena se retrouva à donner des explications, "Vois-tu, ces quinze jours de voyage seront un peu difficiles pour toi. Tous ceux qui ne sont pas des soldats formés et habitués à ce train d'enfer, à bivouaquer jour après jour, et à être tout le temps au grand air…" pourquoi je babille ? "… Vas te coucher."

Gabrielle inclina la tête et marcha vers l'autre bout de la tente où elle avait disposé les couvertures qu'on lui avait données. Avec reconnaissance, elle s'allongea, massa les muscles de ses jambes, tira une couverture sur son corps, et glissa rapidement dans le monde des rêves.

Xena observa Gabrielle pendant quelques minutes avant de s'allonger, elle aussi… Ses rêves furent remplis de souvenir d'enfance - avant que tout ne tourne mal.

Le matin suivant Xena était debout avant que les dernières étoiles ne deviennent invisibles dans le ciel. Elle erra dans le campement, s'assurant que les sentinelles étaient alertes, que les cuisiniers préparaient le repas du matin, et que tout était comme il se devait d'être. Exhalant le parfum frais des champs et de la rosée du matin, elle permit à un sourire de traverser son visage. Une inspiration plus profonde lui apporta les riches fragrances de terre noire et des quelques fleurs printanières qui avaient germées ici et là. Se faisant une implacable énergie monta en elle, secouant ses membres, elle se mit à courir vers l'horizon pour saluer le soleil.

Palaemon, ayant vu la Conquérante quitter sa tente, traversa le camp et y entra. Bien qu'il soit peu probable qu'ils guerroient pendant ce voyage, celle-ci avait apporté sa tente de campagne. Elle était assez grande pour contenir une large table, une chaise confortable pour qu'elle puisse se reposer et quatre chaises plus ordinaires pour ses officiers. Les fourrures de couchage étaient d'un côté, au-dessous de son sac de voyage. Pendant que ses yeux embrassaient le tout, Palaemon découvrit la personne qu'il cherchait quand il aperçut des cheveux d'or rouges qui sortaient de sous une couverture de laine.

Se mettant à genoux à ses côtés, il lui toucha doucement l'épaule. "Réveilles-toi."

"Non, je ne veux pas…" vint une réponse grincheuse.

Il secoua la tête pour s'empêcher de rire. Je suis heureux d'avoir décidé de venir réveiller cette jeune femme; la Conquérante n'a aucune tolérance pour les lève-tard. Et c'était sa responsabilité de s'employer à ce que rien n'incommode celle-ci. "Réveilles-toi," répéta-t-il, un peu plus fort cette fois tandis qu'il tirait sur son épaule.

"Hé…" protesta Gabrielle à demi endormi, il introduisit sa main tel un serpent sous les couvertures. "Oh…" soupira-t-elle, en voyant le Capitaine et en se rappelant rapidement qu'elle n'était plus à Corinthe, et encore moins dans sa propre maison. "Bonjour," dit-elle finalement en baillant.

"Il est temps de te lever. La Conquérante est partit courir, comme à chaque matin d'ailleurs, et je dois t'instruire de tes tâches."

"Courir?" Des yeux verts s'ouvrirent d'incrédulité, "qui voudrait gâcher un si céleste matin en courant aux quatre vents?"

"La Conquérante. Lèves-toi, il ne reste que peu de temps avant qu'elle ne reviennes." Il quitta la tente pour lui donner un peu d'intimité pour qu'elle puisse s'habiller.

Quand Gabrielle réapparut, Palaemon commença à lui dépeindre en quoi consisteraient ses tâches pendant le voyage : comment empaqueter les bagages de la Conquérante, comment préparer la tente pour que les porteurs puissent la démonter plus rapidement, où visiter le cuisinier et surveiller la préparation des repas de celle-ci. Cela, souligna Palaemon, était la partie la plus importante de ses tâches. Bien qu'il sache que Xena avait confiance en sa Garde Royale, elle n'était pas naïve. Gabrielle devrait s'assurer que les aliments de la Conquérante n'étaient altérés d'aucune façon, elle servirait donc de goûteur.

"Je suppose que j'ai un rôle à jouer maintenant, huh ?"

Le Capitaine hocha la tête, "On peut dire ça."

"Y a-t-il déjà eu des morts parmi ses goûteurs ?"

"Bien sûr," répondit-il, en haussant ses larges épaules. Quand il vit la jeune femme blanchir, il ajouta rapidement, "Mais jamais d'intoxication alimentaire. La plupart du temps c'était parce qu'ils avaient déplu à la Conquérante."

Avalant avec difficulté elle demanda, "Tu as des trucs à me donner?"

"C'est pour ça que je t'ai réveillé ce matin. Si tu fais ce que je te dis, tout ira bien." Regardant par-dessus son épaule, il vit la Conquérante revenir au campement. "Elle est de retour. Je dois m'occuper de mes hommes." À cela, il tourna les talons et s'en alla.

Gabrielle put voir que la Conquérante était couverte d'une légère sueur probablement due à sa course, elle plongea donc une tasse dans le baril d'eau près du cuisinier et retourna à la tente. On lui avait rendu son bâton pour l'aider à marcher et elle en était reconnaissante car cela soulageait la tension sur ses jambes toujours en réhabilitation.

Quand elle entra, elle trouva la Conquérante en train de se changer… elle détourna promptement les yeux. Xena remarqua la réaction de la jeune femme et un sourire se diffusa à travers ses lèvres. Se raclant la gorge pour obtenir l'attention de Gabrielle, elle se tourna un peu en tenant un chemisier, sa poitrine complètement dénudé. Cela permettait d'avoir une vue prenante sur ses seins.

"Enfin, quelque chose à boire. Donnes-m'en." Se tournant afin de faire entièrement face à Gabrielle, elle fit un léger signe de la main.

Obligée de regarder la Conquérante, Gabrielle résolu de concentrer son regard seulement sur le cou de celle-ci. Et essaya désespérément d'ignorer la chaleur qui s'étendait à travers son visage. "Si c'est ce que tu veux," chuchota-t-elle en lui tendant la tasse.

À ces mots, Xena cru entendre la voix de Lycéus. C'est ce qu'il avait l'habitude de dire quand j'étais trop agressive pour lui; cela signifiait toujours qu'il était fâché contre moi. Xena retint sa main, "Donnes-moi un instant." Elle revint à ses sacoches de selle pour donner l'impression qu'elle cherchait quelque chose. Elle glissa alors le chemisier par-dessus sa tête et le fit glisser sur son corps musclé. Une fois habillée, Xena fit de nouveau face à Gabrielle. "Bois en premier."

"Désolé, j'avais oublié que cela faisait partie de mon nouveau travail." Elle porta la tasse à ses lèvres et en avala quelques gorgées. Elle haussa les épaules, reconnaissante de pouvoir maintenant regarder une Conquérante habillée, "Elle a aussi bon goût, que de l'eau de source."

Elle tendit la tasse vers la main de Xena. La Conquérante but l'eau d'un trait, notant qu'elle goûtait exceptionnellement bonne. "Occupes-toi de préparer la tente pour qu'elle soit démontée…" elle fit un geste de la main vers les conteneurs.

Gabrielle inclina la tête avec impatience, "je sais, Palaemon m'a instruit de mes tâches ce matin. Tout sera comme vous le souhaitez."

"Bien." Xena commença à enfiler ses cuirs et son armure tandis que Gabrielle s'occupait des sacs de couchages et des autres articles de la tente. La jeune femme fredonnait tandis qu'elle travaillait et Xena tressaillit en l'écoutant - c'était absolument mélodieux. Quand Xena fut sur le point de quitter la tente pour allez trouver Palaemon, elle s'arrêta devant les pans de la tente et observa Gabrielle. Elle est heureuse. "Pourquoi es-tu ici ?"

Gabrielle arrêta immédiatement de s'activer en reconnaissant le ton menaçant de la voix de la Conquérante. Elle stoppa net et regarda directement dans les yeux bleu glacier qui la scrutait. "Parce que vous m'avez ordonné de venir."

Xena secoua la tête, et revint dans la tente afin d'imposer sa stature sur la petite femme. "Ce n'est pas ce que je voulais dire et tu le sais. Pourquoi as-tu participé au concours de vérité ? Tu n'as jamais répondu à la question que je t'avais posée lors de notre dîner à savoir pourquoi tu n'avais pas fuis Corinthe, du moins pas clairement."

Son cœur battait la chamade et Gabrielle se demanda si la Conquérante pouvait l'entendre. "C'est que nous avons commencé à parler de ma ville natale. Je n'essayais pas d'éviter de vous répondre, Majesté. Souvenez-vous, je dois toujours dire la vérité."

"Alors quelle est la vérité? Pourquoi es-tu ici?" Elle appuya chaque syllabe clairement.

La vérité, dis-lui la vérité. "Parce que je veux l'être. Je voulais vous rencontrer, vous parler, même si ce n'était seulement qu'une seule fois."

Xena regarda fixement dans les yeux verts qui soutenaient son regard et essaya d'y détecter n'importe quel mensonge. Des années de négociation avec ses ennemis, des chefs militaires et des rois, lui avaient appris à découvrir même la plus subtile des tromperies. En fait, tout ce qu'elle put voir, fut la couleur de l'herbe qui avait l'habitude de pousser sur sa colline préférée près d'Amphipolis. Xena se permit d'afficher un sourire narquois, "c'est de loin la chose la plus ridicule que j'ai jamais entendu, Gabrielle. Sans équivoque, la plus ridicule."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:56

Chapitre 8


L'humeur de l'armée était contagieuse, observa Gabrielle. Partout où ils passaient, les peuplades de la Grèce répondaient avec enthousiasme à l'expédition de la Conquérante. Même si voilà cinq ans, la plupart d'entre eux, étaient réfractaires à l'autorité de celle-ci. Ces mêmes peuplades voulaient tout de même que la Grèce gagne une position légitime en tant que leader du monde. Et si celles-ci prenaient la Conquérante pour accomplir cet exploit, alors il en serait ainsi.

Au bout du sixième jour à passer de villes en villages où la populace applaudissait sans retenue la dirigeante et ses troupes, Gabrielle réalisa la portée du pouvoir que la Conquérante détenait.

J'ai toujours pensé que le seul réel pouvoir de Xena était sa capacité à commander la mort des gens. Mais maintenant je vois ce qu'est son vrai pouvoir - sa capacité d'inspirer l'espoir autant que celle de démoraliser les gens en général. C'est une tragédie quand une vie s'éteint… mais une catastrophe encore plus grande quand ils perdent la volonté de vivre.

En regardant la Conquérante interagir avec ses troupes, Gabrielle comprit pourquoi la confiance qu'ils avaient en ses capacités était inébranlable. Xena chevauchait toujours à l'avant du cortège. Cette position indiquait sa volonté d'être la première à confronter la destinée qui les attendait. Elle n'était pas le genre de général qui se terrait derrière les lignes en envoyant des messages au front. Elle menait.

Voyageant de chaque côté de la Conquérante, Palaemon son lieutenant et Cefanelwai-timbukili, une femme guerrière Égyptienne. Gabrielle sourit en se rappelant comment on lui avait présenté la femme à la peau noire. Tout le monde dans la compagnie l'appelait Cefan en raison de leur incapacité à prononcer correctement son nom. Après ne l'avoir entendu qu'une seule fois, Gabrielle l'avait répété correctement, au grand plaisir de l'intraitable guerrière.

Chaque jour, la Conquérante, Palaemon et Cefan discutaient stratégies. Comme ils approchaient d'une vallée, Xena avait interrogé ses deux meilleurs soldats, "Et si en ce moment même, une armée apparaissait sur cette arête là ? Qu'elle serait la meilleure façon de nous défendre ?" Et quand une pluie fine s'était abattue sur le contingent, elle avait demandé, "Comment pourrions-nous employer ceci à notre avantage ? Que savez-vous des averses dans cette région ?" Sans arrêt, elle les interrogeait et tous les trois évaluaient les réponses.

De temps en temps, la Conquérante se satisfaisait de leurs solutions. La plupart du temps, elle démontrait exactement comment elle ferait si elle était le commandant ennemi. Chaque soir, la Conquérante tenait des séances d'exercices de combat. Peu importe combien de lieux ses soldats avaient parcouru ou à quoi ressemblait le temps. Elle n'avait aucune estime pour les fainéants. Certains soirs, ses troupes courraient avec leurs besaces bourrées de pierres pour développer leur endurance. Alors que d'autres soirs, ils devaient se soumettre à une série de mouvements qui ressemblait à une danse compliquée, mené par la Conquérante ou Cefan.

Chaque soir, ils avaient des entraînements à l'épée et parfois ils devaient alterner avec d'autres armes. Le sommeil était un item de valeur, qui venait après un jour de marche, l'entraînement et le soin quotidien de leur équipement. Cinq marques de chandelles de sommeil semblaient être un luxe. Ils étaient propres ; leurs armes et armures étaient bien entretenues ; et ils croyaient qu'ils pourraient vaincre n'importe quel ennemi qui s'opposerait à eux. Gabrielle le croyait aussi.

Assise autour du feu de camp central avec la Conquérante, Palaemon, Cefan et trois autres officiers, Gabrielle observait les flammes qui projetaient des ombres intéressantes sur leur visage. La cicatrice dentelée sur le faciès du Capitaine semblait moins sinistre et plus engageante chaque jour. Elle aimait la façon dont elle relevait le coin de sa bouche quand il souriait, lui donnant l'air de se moquer de tout. Pas que Palaemon souriait très souvent. Mais elle avait raconté des histoires chaque soir et chaque soir, il semblait un peu plus détendu en sa présence. Ce soir, il lui avait même demandé de raconter une histoire en particulier.

"Bien sûr, je connais l'histoire du Général Sinos." Gabrielle sourit vivement et poussa une mèche de cheveux derrière son oreille droite. "Comme tous les autres Généraux ambitieux, il a cru qu'il pourrait réunir sous sa bannière la plus grande armée jamais vue dans le monde." Se penchant en avant, elle posa les coudes sur ses cuisses et examina les yeux de son auditoire captivé.

Même la Conquérante semble s'intéresser à ce conte… elle s'attend probablement à une tuerie et à une effusion de sang. Gabrielle sourit d'un air satisfait.

"Quand le Général Sinos et ses soldats entrèrent dans la ville de Methades, ils remarquèrent que des centaines de cibles avaient été disposées dans un champ de pratique près de la ville. Chaque cible était percée en son centre par une flèche. Pas une ne déviait du mile, elles avaient atteint leurs cibles et démontraient une précision parfaite."

Cefan, qui était connu pour ses prouesses à l'arc, tira brusquement un pouce vers sa propre poitrine, "Ça ressemble à quelqu'un que je connais." Les autres officiers poussèrent de grands éclats de rires entendus.

Gabrielle essaya non sans difficulté de ne pas rire, connaissant la fin de son histoire et se demandant comment la guerrière se sentirait après qu'elle l'aurait entendu. "Le Général arriva à un raisonnement, 'Avec de tels hommes dans mon armée, je ne pourrai jamais être défait.' Il commença donc à demander partout dans la ville, qui étaient ces archers. Chaque citoyen à qui il posa la question lui répondait que s'était le travail de trois frères, les fils d'Euronae. Mais ils l'avertirent aussi que les frères étaient les idiots du village. 'Je me fous qu'ils se pissent dessus et sentent le putois, tant et aussi longtemps qu'ils peuvent atteindre la cible.'" La voix de Gabrielle était descendue d'une octave en imitant celle du Général, sa bouche avait même pris une forme différente.

"Ils ne feraient pas long feu dans cette armée," s'écria un des officiers. Il baissa la tête et renifla son aisselle, "Nous sentons tous aussi frais que des pâquerettes."

Un officier féminin rit sous cape, "Hmm… j'aime l'odeur de transpiration au petit matin." Plus d'un officier lui offrit de satisfaire sa requête. Elle fronça les sourcils et fit signe d'une main impérieuse à l'attention de tous. Mais Gabrielle la vit cligner de l'œil d'une façon rusée au guerrier qui était assis à ses côtés.

Gabrielle attendit que son audience soit prête avant de continuer. "Le général Sinos se rendit à la maison des trois frères où il fut reçu par leur mère, une femme au visage joviale qui connaissait le désagrément d'élever trois imbéciles. Quand le Général lui expliqua qu'il voulait ses fils pour son armée, elle éclata de rire, à s'en tenir les côtes. Le Général furieux, trouva cette paysanne fort insultante. Il leva alors la main dans l'intention de la frapper, quand elle réussit enfin à dire, 'Général… Général vous ne comprenez pas. Mes garçons ne dessinent pas les cibles pour tirer ensuite. Ils tirent d'abord et dessinent ensuite les cibles.'"

Gabrielle haussa dramatiquement les épaules, "Ainsi les rêves du Général Sinos de posséder la plus grande armée jamais connue en ce monde prirent fin." Tous les soldats autour du feu de camp se mirent de nouveau à rire.

Cefan reçu un coup de coude dans le ventre de la part de Palaemon. "Est-ce cela ton secret, Cefan ?" Lui demanda-t-il en esquivant le coup qu'elle lui rendit.

La Conquérante, qui avait été assise silencieusement au cours du récit, avait incliné sa tête pour saluer Gabrielle. Elle a ensorcelé mes officiers. En moins d'un cycle lunaire. Déjà ils se battent pour avoir une place autour de notre feu, et l'entendre raconter ses histoires. Et je suis soulagée qu'on me garantisse une place.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:56

Chapitre 9

La prêtresse coucha le cerf sur l'autel, étayant son cou pour que le sang se draine plus rapidement dans le bol cérémonial. Observant le liquide sombre remplir le bassin d'or, elle concentra ses pensées sur sa déesse. "Artémis… s'il te plaît… j'ai désespérément besoin de tes conseils. Trois mois se sont écoulés depuis ta dernière visite. S'il te plaît, mets fin à ton silence au plus vite."

Placé à l'embouchure du port d'Éphèse, le temple d'Artémis était la première chose que les visiteurs voyaient en entrant dans la ville. Construit sur une terre marécageuse, une génération de tailleur de pierres avait travaillé pour construire les fondations qui maintenaient le temple en sécurité au-dessus de l'eau. Englobant un secteur rectangulaire de deux tiers d'un furlong par quatre chaînes, l'édifice religieux était souvent cité comme étant un endroit vraiment extraordinaire par les citoyens et les visiteurs.

Cent vingt-sept colonnes s'alignaient sur le portique, chacune d'elles était le cadeau d'un roi. Les colonnes supportaient le toit d'une hauteur d'environ une chaîne et permettaient à la lumière et à l'air de circuler librement dans la structure. Le bâtiment était fait de marbre pâle avec des veines vert foncée et rouges, prêtant ses couleurs à la construction. La décoration intérieure était agrémentée de piliers d'or, de statuettes d'argents et de peintures exquises.

Au centre du temple, surnommé "la Maison de la Déesse", était disposée une statue, la dépeignant comme la protectrice des foyers et de la chasse. Le temple était tout autant un musée qu'un marché, en plus d'être un temple d'adoration. La prêtresse Clymera servait Artémis depuis que sa mère l'avait consacrée à la déesse de la chasse, quand elle était enfant. Maintenant, avec ses cheveux gris clair et son visage gravé par les rides d'une vie entière, elle adressa une pétition à Artémis pour connaître qui serait la prochaine Élue. Ses nuits étaient peuplées par la vision d'une femme qui rétablirait et redonnerait son ancien statut à la Nation Amazone. Elle ne pouvait cependant pas discerner le visage de la femme, ni même si elle faisait partie des Amazones. La seule chose qui était claire était ses yeux; ils étaient d'une couleur verte et douce comme les premières pousses du printemps.

S'arrêtant dans le centre du portique, Clymera regarda les statues massives de quatre guerrières Amazones. Pendant que celle-ci observait fixement les femmes de bronze, un grand frisson lui parcourut l'épine dorsale. De ces quatre là, celle que l'on appelait 'Tana' était sa favorite. Tana représentait une femme guerrière qui s'élevait de terre, prête à frapper son adversaire. Les muscles de ses jambes se distendaient hardiment et, certaines nuits de pleine lune, Clymera avait cru voir la statue se détacher de sa base. Elle aimait aussi le regard de pure détermination dans les yeux de l'Amazone, sachant qu'indépendamment de la proie sur laquelle elle avait jeté son dévolu, celle-ci serait sienne.

C'était le pouvoir de la nation Amazone : la volonté de survivre. Méprisée par les hommes, mal comprise par les femmes et autrefois craintes par tous, les guerrières n'avaient seulement que l'une et l'autre sur qui s'appuyer ainsi que la protection de leur déesse sur laquelle elles pouvaient compter. Xena, la Conquérante, la Destructrice des Nations, la Princesse Guerrière, avait démontré à quel point tout ça était futile. Dans sa conquête systématique de la Grèce, elle avait évincé ces femmes de leurs terres sacrées, avait brûlé leurs villages et avait détruit la plupart de leurs armées.

Celles qui avaient réussi à échapper à ce fléau s'étaient enfuies à Éphèse, la maison d'Artémis, pour prier la délivrance et la vengeance contre le plus grand ennemi que la Nation ait connu. Le fait que ce soit une femme qui leur avait infligé tout ça faisait paraître ce crime encore plus grand.

Jusqu'à maintenant, Clymera croyait que bientôt, l'Élue d'Artémis serait connue. Et elle déposerait le corps de la Conquérante à ses pieds. "Laisse-moi vivre assez longtemps pour voir ce jour glorieux, ma déesse," pria-t-elle.

"Tu vivras," dit Artémis comme elle apparaissait dans un flash de lumière. La déesse aux yeux gris était là, debout, parée pour la chasse en forêt, drapée d'une courte robe verte, portant des bottes de cuirs bruns à mi-cuisse et arborant son arc d'argent et ses flèches dans un carquois attaché à son dos. Ses cheveux étaient de la couleur d'une traînée de poudre et sa peau aussi blanche que la neige.

"Ma déesse," soupira Clymera, en tombant à ses genoux et en appuyant son front contre le granit frais. "Si tu savais à quel point j'ai attendu ta venue."

Touchée par la sincérité contenue dans la voix de sa prêtresse, la déesse dit, "Relève-toi, Clymera." Elle mit le bout de ses doigts chauds sur l'épaule de celle-ci. "J'ai reçu un mot m'indiquant que Xena a l'intention de venir nous visiter. Et je veux que la Nation soit prête pour -l'accueillir - si tu vois ce que je veux dire."

Le cœur de Clymera battit plus rapidement à cette perspective. "Mes prières seront-elles exhaussées ?" Artémis inclina lentement la tête. Elle était incapable de supprimer le sourire qui lui barrait le visage, "Il est temps que le chasseur devienne la proie."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:56

Chapitre 10

Athos trépigna d'excitation tandis que les troupes de la Conquérante faisaient leurs entrées dans la ville. Son intendant avait déjà choisi la meilleure auberge pour loger la Conquérante et ses officiers supérieurs. Le reste des hommes camperait à l'extérieur du port, préparant le matériel pour le voyage à Éphèse. Le contingent macédonien ferait aussi le voyage, et les rejoindrait bientôt.

Les aubergistes étaient un homme d'un certain âge, à qui il manquait quelques dents et sa jeune femme, qui faisait moins que la moitié de son âge. Gabrielle ressentit de la compassion envers la fille qui semblait à peine assez vieille pour avoir eut ses règles, mais qui avait malencontreusement été mariée à quelqu'un de beaucoup plus vieux qu'elle.

L'auberge était agréable, et était décorée de couleurs primaires joyeuses, que Gabrielle soupçonnait être le choix de la jeune fille. Le rez-de-chaussée logeait un espace approprié pour la salle à manger ainsi qu'un bar, adjacent les quartiers privés de l'aubergiste. Le deuxième étage comprenait six chambres et une salle de bain. Les pièces n'étaient pas plus grandes que le plus petit cabinet dans le palais de la Conquérante, mais Gabrielle était heureuse de ne pas dormir sur le sol raboteux.

En réalité, cela n'a pas été si pire. La Conquérante m'a montré comment lisser la terre et comment disposer ma couche et mes couvertures pour que ce soit plus confortable. Elle a dit qu'elle avait passé plus de la moitié de sa vie à dormir à même le sol, dans la saleté. Berk!! Alors cette deuxième nuit où je me suis étendu et où j'ai senti tout mon dos se remettre en place. Dieux… que cela a fait du bien ! Mes jambes semblent un peu mieux depuis.

Perdu dans ses pensées, Gabrielle n'entendit pas la Conquérante qui l'appelait. Une grande main se referma autour de son bras, "Gabrielle", gronda faiblement Xena.

La jeune femme sursauta, rougit, puis leva les yeux pour rencontrer des yeux bleus vaguement amusés. "Désolé, j'étais dans la lune."

"Ça j'avais remarqué. Viens." Avec cet ordre, Xena tourna les talons et quitta l'auberge, laissant le soin à Gabrielle de se dépêcher pour la rattraper.

Utilisant son bâton comme d'un levier pour se donner plus de force et de vitesse, Gabrielle parvint à suivre l'allure de la Conquérante. "Puis-je demander où nous allons ?"

"Tu peux toujours," répondit Xena, la réponse préférée qu'elle donnait à Lycéus, lui était venu immédiatement aux lèvres. Son ouïe aiguisée perçue le soupir à peine audible derrière elle. Elle se débattit pour s'empêcher de rire. "Je veux examiner la ville. Je ne viens pas dans ce secteur très souvent."

"D'accord." Gabrielle se demanda pourquoi la Conquérante l'avait amenée, puis se rendit ensuite compte que se devait être pour l'empêcher d'essayé de s'échapper. "Je ne serais pas parti, vous savez."

La Conquérante fronça légèrement les sourcils et s'arrêta. Elle a l'impression d'être une esclave. Et tu pense qu'elle est une espèce de petite sœur. Merveilleux. Arrête de te mentir. Elle est comme toutes les autres … rien de différent. "Ça ne m'inquiète pas, Gabrielle. Comme tu peux le constater, je n'ai posté aucun garde autour de toi. Retourne à l'auberge."

La Conquérante se retourna brusquement et marcha rapidement au loin, ne se mélangeant pas tout à fait à la foule.

Gabrielle lâcha un profond soupir. Se prodiguant une petite tape sur le front elle murmura, "Fantastique. Je pense que tu as blessé son orgueil. Imagine ça."

Le chahut du marché était considérable. Une nouvelle caravane de commerçant venait d'arrivée dans la ville avec une réserve de marchandise fraîche. La rumeur de l'arrivée menaçante de la Conquérante s'était rapidement répandue. Cela se traduisait par une pluie de dinars qui allait tomber sur la cité étant donné que les soldats allaient boire, manger et passer du bon temps avant leur traversé.

Comme la plupart des marchés, celui-ci était situé au centre de la ville. Des rangées de chariots étaient alignées sur la place centrale, chaque chariot logeait au minimum un marchand fort en voix. La plupart étaient debout sur des caisses aux côtés de leurs marchandises et clamaient leurs aubaines. Entre leurs annonces publiques, ils marchandaient avec les clients en les encerclant et en récoltant leurs dinars. Le marché semblait être arrangé par type de marchandise - les articles de ménage, et les substances alimentaires d'un côté; le métal et le cuir d'un autre. Les autres marchandises étaient placées au centre, à part la vente d'animaux qui se tenait près de l'étable publique. La ville était clairement prospère, et bénéficiait de la richesse du commerce maritime tout autant que celles des terres fertiles avoisinantes.

Xena se rappela la négociation des traités qui avait permis le commerce sans restriction entre Athos et Chios. Cela avait été une négociation typique : elle avait fixé les termes, l'autre partie avait deux choix soit consentir soit faire face à la destruction. Je me demande comment se porte Chios conformément à notre accord. Pas trop bien j'espère. Ou je devrai renégocier. Je ne voudrais pas qu'ils pensent que je me suis amolli.

La Conquérante regardait oisivement une nouvelle bride pour Argo, quand Cefan vint à elle en courant.

"Majesté," elle plaça son poing droit sur son cœur et la salua.

Xena nota la poitrine de son Lieutenant qui se soulevait à chaque respiration pendant qu'elle reprenait son souffle. "Qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Majesté, un des hommes du contingent macédonien est mort et il y a une émeute de commençants dans le quartier Nord."

"La Garde est-elle là ?" La colère déferla dans le corps de Xena comme une crue subite. Le responsable de tout ceci mourra. Lentement. Très lentement.

"Palaemon a appelé la Garde et s'occupe à réprimer le tout. Il m'a envoyé pour vous trouver."

"Conduis-moi là, Cefan. Ne permettons pas à mon Capitaine de s'amuser tout seul."

***

Gabrielle s'était occupée elle-même de préparer la chambre de la Conquérante.

L'aubergiste avait fait un travail respectable et enlever la saleté, mais n'avait fait aucun effort pour ajouter des articles superflus. Gabrielle était incertaine de l'humeur de la Conquérante et ne voulait pas risquer de l'irriter davantage.

Quand elle avait reconnu un des officiers qu'elle avait souvent vu près du feu de camp alors qu'elle racontait ses histoires, elle lui avait demandé de l'escorter au marché. Entre le charme de Gabrielle et sa contenance magnanime, elle avait réquisitionné des tapis persans, du lin égyptien, de la verrerie babylonienne et des huiles turques. C'est un premier round seulement, juste les produits les plus raffinés. J'espère que la Conquérante sera ravie.

Quand ils conclurent leur dernière transaction, Gabrielle et son escorte entendirent des cris venir du quartier Nord. Le choc distinct du métal contre le métal se répercuta par les rues de pierre et la femme aux cheveux blonds commença à se déplacer dans cette direction.

Un essaim de gens déferla autour d'elle comme ils s'enfuyaient de l'affrontement. Deux fois Gabrielle fut presque renversée, seule sa solide poigne sur son bâton l'a maintint debout. La foule la sépara de son escorte, qui criait son nom de toutes ses forces pour qu'elle revienne. Il voulait s'assurer que rien n'arrive à la jeune femme; il adorait ses histoires et craignait la Conquérante.

Atteignant finalement la scène, Gabrielle fut inquiète par ce qu'elle y découvrit. Au bout d'une petite cour un soldat, un membre du contingent macédonien, était mort, la poitrine béatement ouverte et les vêtements trempés de sang. À quelques pieds de lui, dans l'embrasure d'une porte, une jeune fille était assise pelotonné en boule serrée, elle se balançait d'avant en arrière. Les cheveux défait cachaient plus de la moitié du visage de la jeune fille, mais Gabrielle put voir qu'elle avait été sauvagement battue. Par une voûte, Gabrielle put aussi voir et entendre les derniers soubresauts du combat. Elle vit Palaemon et Cefan qui mataient ceux qui s'opposaient à eux. Très peu de gens étaient en réalité aussi imprudents.

Gabrielle revint sur ses pas et se dirigea vers la fille, en faisant attention pour déposer son bâton très doucement afin de ne pas faire aucun bruit brusque. Gabrielle se laissa glissé par terre à côté d'elle, mais fut incapable de réprimer un petit gémissement quand elle plia les jambes avec effort. À ce son, la fille la regarda avec des yeux terrifiés et plongea sur elle.

Sur le coup, Gabrielle crut que la fille l'attaquait. Mais elle sentit les minces bras de la fille entourer ses épaules et son visage s'enfouir dans la cavité de son épaule. Une vague de compassion traversa la conteuse et elle referma ses propres bras autour de la fille qui sanglotait. Caressant ses cheveux emmêlés de sang, Gabrielle fit de petits bruits et essaya de transmettre un peu de sa force à la jeune fille. Par-dessus la tête de la jeune fille, Gabrielle put voir le cadavre du soldat.

Ses yeux se portèrent sur une autre flaque de sang ailleurs sur l'homme et elle comprit ce qui s'était passé. "Shh, shh, il ne peut plus te faire de mal désormais. Ça va aller." Et Gabrielle pria Athéna pour que se soit la vérité.

"Tuez-les !"

"Poursuivez-les!"

"Achevez-les comme ils ont achevé Nilos!"

Les cris sauvages emplirent soudainement la cour comme la Conquérante arrivait sur la scène du meurtre, suivi par ses troupes et trois hommes.

Elle marcha vers le cadavre et se tint debout devant lui, faisant face aux hommes qu'on lui avait livrés pour qu'elle rende un jugement. Palaemon et Cefan les poussèrent et ils tombèrent à genoux devant Xena, le sang sur le pantalon du cadavre continuait de s'épancher et de s'étendre.

Les yeux de la Conquérante se rétrécirent tandis qu'elle méditait sur quel serait leur châtiment. Sa lèvre supérieure se souleva férocement et elle commença à parler, "Vous avez osé lever la main sur une de mes troupes ?"

Lentement, en savourant la frayeur dans leurs yeux, elle tira son épée de son fourreau, le métal poli brilla en un éclat quand le soleil de l'après-midi vint y refléter sa lumière. "Présentez-moi vos mains."

Un des hommes blanchit et tenta de reculer en comprenant l'implication de ses mots. Un autre commença à sangloter. Mais le troisième, le plus vieux des hommes, leva les yeux sur la Conquérante, nullement intimidé et étendit ses bras. Palaemon fit le tour de l'homme qui avait reculé et prit ses poignets pour soutenir grossièrement les bras de l'homme en avant pour qu'ils soient étendus devant son corps. Je remercie d'avance les Dieux que la Conquérante ait la main stable sinon je pourrais perdre quelque chose moi aussi.

Gabrielle qui avait observé la scène avec une horreur perplexe, avait soudainement compris ce qui était sur le point d'arriver. Avec une force inattendue, elle s'évada violemment de l'emprise de la jeune fille et se jeta devant l'épée de la Conquérante qui avait entamé sa descente. "Non! Majesté, non!"

La lame s'arrêta à un cheveu de sa tempe. Avec un grondement, la Conquérante attrapa Gabrielle par sa tunique, et la repoussa violemment en arrière. "Je m'occuperai de toi plus tard!" Elle commença à pousser la jeune femme, mais Gabrielle s'accrocha à son avant-bras.

"Non, s'il vous plaît, Majesté." Ses yeux supplièrent la femme certaine que celle-ci ordonnerait à nouveau sa mise à mort. Dieux, laissé moi au moins sauver ces hommes. Ils ne méritent pas cela. "Regardez le cadavre, Majesté. Regardez où il a été frappé."

Xena se surprit à regarder le corps à la demande de Gabrielle. Elle vit qu'il avait été émasculé. Les yeux de celle-ci se portèrent alors vers la jeune fille dans l'embrasure de la porte et elle remarqua le sang qui souillait sa jupe.

"Oui, votre porc de soldat a posé ses sales pattes sur ma fille !" Cracha le vieil homme. "Il l'a prise, contre sa volonté et un de ses amis m'a retenu tandis qu'il le faisait. Mon seul regret est que vous me coupiez les mains et me priviez du plaisir de tuer aussi cet homme."

Xena fit face à la troupe de soldats qui avait été témoin de la scène. "Qui est le Commandant?"

Un officier du contingent macédonien fit un pas en avant, plaça un poing sur son cœur et salua, "Moi Majesté."

Xena lui trancha proprement la tête. Celle-ci rebondit dans la cour de pierre et atterrit à l'intérieur du ventre ouvert de Nilos. Le corps de l'officier tomba lourdement sur le sol, éclaboussant les captifs de sang chaud.

Gabrielle haleta et détourna les yeux, elle n'avait même pas vu la Conquérante bouger.

"Je ne tolérerai pas un tel comportement parmi mes troupes !" Explosa la Conquérante, plantant les yeux dans le regard courroucé des trois hommes. Tournant ensuite son regard glacial vers la foule, elle continua, "je ne permettrai pas à un officier de vivre s'il m'apporte la disgrâce par sa conduite méprisante. Le soldat qui a participé à cet acte odieux en tenant cet homme me sera livré avant la tombée de la nuit ou j'exécuterai la troupe toute entière."

Lentement, Gabrielle tourna la tête, juste à temps pour voir le père de la jeune fille lécher le sang de l'officier qui avait giclé sur ses lèvres. Elle chancela, des myriades de petits points argentés valsèrent devant ses yeux, puis tout à coup elle ne vit plus rien du tout.

La Conquérante attrapa Gabrielle juste avant qu'elle n'atteigne le pavé. Un bras solidement passé autour de sa taille, Xena tapota doucement la joue de Gabrielle, pour tenter de la réveiller. N'obtenant aucun résultat, elle prit carrément la jeune femme dans ses bras en la soulevant de terre. "Palaemon", appela-t-elle, "ramènes-la à l'auberge. Reste avec elle jusqu'à ce que je sois de retour."

"Oui, Majesté." Il étendit les bras vers la Conquérante et elle y déposa Gabrielle. Elle a le cœur d'un lion. Je ne pense pas avoir jamais eu affaire à quelqu'un d'aussi courageux. Elle se bat même quand elle n'a rien à gagner mais plutôt tout à perdre. Résistant à la forte envie de lui flatter les cheveux, Palaemon se mit en route vers l'auberge.

Xena tourna son attention vers son Lieutenant, "Cefan, dit à mon guérisseur de s'occuper de cette fille." Comme le Lieutenant s'éclipsait pour aller effectuer les ordres, la Conquérante porta la main à sa ceinture et y prit un sac de pièces de monnaie. Elle les jeta au père, qui était toujours agenouillé devant elle. "Tiens, prends ça."

L'escarcelle rebondit sur la poitrine de l'homme qui referma instinctivement ses mains dessus. Juste par son poids, il savait qu'il y avait là au moins deux cents dinars. "Vous pensez que ça va arranger les choses ?"

La Conquérante haussa les épaules, "Considère ça comme sa dot. Aucun homme ne voudra payer pour elle désormais." Elle avisa dans la foule un homme de régiment qui portait les insignes d'un officier et pointa un long doigt vers lui, "Toi. Dis à Paxius de venir au rapport dans mes quartiers immédiatement."

Considérant qu'elle en avait terminé avec tout ceci, la Conquérante franchit le cadavre et les captifs maintenant libres. Le père laissa tomber l'escarcelle d'un air hébété et ses doigts se portèrent au couteau planté dans la poitrine de l'officier mort devant lui. Rapidement il l'arracha et la projeta vers le flanc de la Conquérante qui passait devant lui en l'ignorant.

Seul les réflexes de Xena la sauvèrent d'une blessure sérieuse. Elle regarda fixement l'entaille dans ses cuirs là où la lame avait eut le temps de pénétrer avant qu'elle ne l'attrape avec sa main et une fine entaille laissa échappé une petite gouttelette de sa paume. C'était une blessure superficielle, mais elle savait néanmoins qu'elle aurait besoin de points. Soupirant, elle éloigna son poignet et repoussa ensuite ses cheveux noirs de devant ses yeux, ignorant le sang qui lui macula le front. "Occupes-toi de ta fille. Et fais en sorte que je ne revois jamais ton visage. La prochaine fois, je ne serai peut-être pas aussi charitable."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:57

Chapitre 11

Gabrielle se réveilla dans les bras de Palaemon au moment où il grimpait l'escalier de l'auberge. Elle lâcha un cri de surprise. En sursautant, Palaemon la laissa presque tomber.

"Que s'est-il passé ?"

L'officier atteignit le haut de l'escalier et la déposa doucement. Les yeux de la jeune conteuse étaient agrandis par la crainte et la confusion. "Tu t'es évanoui, Gabrielle. La Conquérante m'a ordonné de te ramener ici."

Les événements qui s'étaient déroulé depuis la dernière marque de chandelle lui revint en mémoire. Gabrielle ressentit à nouveau un vertige et saisit le bras de Palaemon pour se stabiliser.

Elle revit le père de la petite victime lécher le sang sur ses lèvres, et savourer son goût métallique. "A-t-elle ? Ces hommes ?" Cette fois, les mots lui avaient échappé.

"Non, tu l'as arrêté."

Son estomac se calma, mais pas son esprit. "Pourquoi a-t-elle tué cet homme... je veux dire ce soldat ?"

Les yeux de Palaemon se durcirent, ses sourcils se rapprochèrent, et même sa cicatrice sembla ressortir. "Les officiers ont juré allégeance à la Conquérante, ils doivent se faire un devoir de soutenir son honneur. Le viol de villageoises est un acte méprisant et un déshonneur pour elle."

"Mais il n'a pas touché à cette fille. Son père était déjà vengé."

"Mais pas la Conquérante. Elle a été directement atteinte par ce geste." Sa main se referma autour du coude de Gabrielle, et il la guida vers la chambre de la Conquérante. "Tu es encore pâle tu devrais te reposer."

Au contact de sa main, les pensées de Gabrielle retournèrent au jour de son crucifiement.

"Gabrielle, il est temps," avait doucement dit Kaiphus en entrant dans sa cellule.

Il avait remarqué les larmes sur le visage de son professeur, cette femme qui lui avait appris à lire au moyen de sa propre condamnation à mort.

"Oh, c'est toi," avait-elle soupiré, en esquissant un sourire et en s'essuyant les yeux. Elle savait que c'était une tâche ardue pour lui. "Je suis contente."

Il avait laissé échappé un cri étranglé, ne se souciant pas que les autres garde l'entendent. Cette condamnation était injuste, tuer cette fille n'accomplirait rien. À part briser son cœur. "Pas moi. Si je pouvais faire quelque chose, je le ferais."

Gabrielle avait fermé les yeux pendant un long moment en essayant de ne pas considérer que c'était sa dernière conversation avec un ami. "Je le sais, Kai. Mais, je n'aurai pas le sang de ta famille sur les mains quand je rencontrerai Hadès."

"Non," avait acquiescé le garde, "mais j'aurai le tiens." Il avait porté la main à sa ceinture et retiré un petit sachet remplit d'une poudre blanche. "Voilà", il avait pris sa gourde et y avait versé le contenu, pour ensuite l'agiter doucement en mélangeant la poudre et le liquide, "bois ça."

Soudainement incapable de soulever ses bras pour prendre la gourde, Gabrielle l'avait regardé prudemment. "Est-ce que c'est ?" Elle n'avait pu formuler la question qui lui avait brûlé les lèvres et demander si la boisson mettrait un terme prématurément à sa vie. Elle était condamnée à mort, mais elle voulait profiter de chacun des moments qu'il lui restait à vivre.

"Non, non." S'était-il pressé de répondre en serrant la gourde. "Cela atténuera la douleur. La Conquérante a ordonné que tes jambes soient brisées."

Exhalant un profond soupir, Gabrielle avait fait son choix. "Non, Kai. Je ne peux pas. Je ne ferai pas cela." Elle avait vu l'interrogation dans les yeux de son ami. "Je ne peux t'expliquer, c'est vraiment stupide. Mais, je ne peux pas me laisser vaincre de cette façon. Engourdir ma douleur équivaudrait pour moi à un acte de lâcheté."

Il avait voulu argumenter, et la convaincre qu'elle était folle, mais il n'avait pas osé dire un mot en apercevant la détermination dans ses yeux. "Peux-tu me pardonner ?" Lui avait-il demandé enfin.

"Il n'y a rien à pardonner. Me… Me mèneras-tu à la croix ?" Ce ne serait pas long, juste un peu plus de temps avec un ami; ami qui ne pouvait pas même reconnaître son amitié en public par crainte d'y laisser sa propre vie. Mais être en sa présence, lui suffirait.

"Ce sera pour moi une honte et un honneur, Gabrielle." Avait-il répondu en lui passant les chaînes avec lesquelles il était entrer. Il lui avait pris gracieusement le coude et l'avait mené à la croix à laquelle elle était destinée.

Elle s'arrêta et fit face à Palaemon, "Elle va me tuer, n'est-ce pas ?"

Le Capitaine fut déconcerté par sa question. Il n'avait pas même considéré que la Conquérante puisse faire du mal à cette fille, pas après cette quinzaine de jours à voyager ensemble. "Je ne pense pas, Gabrielle. Si elle avait souhaité ta mort, elle ne m'aurait pas ordonné de te ramener ici. Elle t'a elle-même mit dans mes bras. " Et je ne l'ai jamais vu faire une telle chose. Pensa-t-il en son for intérieur.

"Oh," Gabrielle se rappela le son du sang qui affluait à ses oreilles pendant qu'elle tombait lentement vers le sol avant d'être attrapé par de solides et chaleureux bras. "Je suppose que je ferai mieux de terminer les préparatifs de sa chambre alors."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:57

Chapitre 12

Paxius sentit de fines gouttelettes de sueurs descendre le long de son dos. Il aurait vraiment aimé essuyer cet excès d'eau et se mettre au sec, mais il pressentit qu'il valait mieux ne pas bouger.

La Conquérante s'étira de tout son long sur la chaise que Gabrielle avait disposée en guise de trône provisoire. Elle pencha la tête vers l'arrière et regarda le leader du contingent macédonien avec des yeux à demi clos. Ceux qui ne la connaissaient pas supposaient sans doute qu'elle était sur le point de succomber au sommeil. Ceux qui la connaissaient savaient que tel un cobra elle était sur le point de frapper. "Je suis vraiment contrarié, Paxius."

"Majesté," Paxius ne trouva rien de mieux à dire. "Uh, la fille est en vie… Nilos est... mort et son commandant… est mort… Il semble qu'il ne reste aucune offense."

Le froncement de sourcils de Xena s'approfondit. "Je suis offensé, Paxius."

Son regard bifurqua sur son côté, où il put voir une tache rosâtre teinter le bandage de celle-ci. "J'ai entendu dire que vous aviez été attaqué. Je …"

Elle fit un geste vague de sa main, "Une simple éraflure. Je suis offensé parce que tes hommes ne savent pas ce qu'est la discipline. Je suis offensé parce que maintenant mon nom est associé aux violeurs et voyous de la rue. Je suis offensé parce que je ne sais pas si je peux te permettre à toi ou à tes hommes de voyager à mes côtés. Je suis offensé, Paxius. Est-ce que tu comprends ?"

"Majesté, mes hommes et moi sommes prêts à vous servir. Nilos était différent de nous."

"Et tu lui as permis de rester au sein de mon armée ?"

"Je ne le connaissais pas," répondit le Commandant, sans réfléchir.

Xena jeta un œil à Palaemon, qui était dans l'embrasure de la porte. "Palaemon, dis-moi, qui de ma Garde Royale est le soldat le plus prometteur d'entre tous ?"

"Espirith, Majesté."

"Non, non. J'ai dit soldat, pas Officier."

Palaemon pensa aux Gardes qui voyageaient avec eux. Finalement, son choix s'arrêta sur quelqu'un, "Alors ça serait Charis, Majesté."

La Reine sourit, heureuse que Palaemon ait choisi une femme. "Fait venir Charis immédiatement. Je dois discuter stratégie avec le nouveau Commandant du contingent macédonien."

"Majesté !" Protesta Paxius.

Xena se pencha en avant, ses yeux capturèrent ceux de Paxius, "Soit reconnaissant que tout ce que je te prenne soit ton commandement. Maintenant sort d'ici avant que je ne change d'idée."

La main de Palaemon se referma sur le bras de l'ancien commandant et il le tira hors de la pièce.

Gabrielle parla doucement d'où elle avait été assise pendant cet échange. "Ce n'est pas juste une éraflure. J'ai dû recoudre votre plaie pour la refermer."

"Attention, Oracle, j'aurais horreur de t'entendre colporter un mensonge." La Conquérante se tourna et considéra entièrement Gabrielle. Xena répéta ce qu'elle prétendait être la vérité : "ce n'est qu'une simple éraflure, rien de plus. N'as-tu pas assez risqué ta vie pour aujourd'hui ?"

La couleur se retira du visage de Gabrielle tandis qu'elle se remémorait les événements de l'après-midi. "Je ne pouvais pas laisser ces hommes se faire mutiler. Ils protégeaient seulement la jeune fille."

"C'était idiot de te jeter devant mon épée. Tu aurais pu te faire tuer. Et après qui oserait me parler comme tu le fais ?" Xena sourit d'un air mécontent, considérant sa propre question. "Tu dis que j'ai peur de la vérité, que je ne peux pas supporter les mots que l'on chuchote en secret dans mon dos. Ainsi, je vais te permettre d'employer les talents de juristes qui semblent innés chez toi, ou est-ce de la charité malavisée ? Mais pour ce faire, tu dois rester en vie. Parce que je ne ferai pas un voyage spécial au royaume des Enfers pour te voir les mettre en pratique."

Gabrielle étudia pensivement la Conquérante. Ce n'était pas la réponse à laquelle elle s'était attendue, cette femme était intrigante. J'étais si certaine de la connaître... Si certaine qu'elle m'avait révélé ses pensées les plus profondes durant ces dernières semaines. Maintenant, je ne suis même pas sûr que j'ai seulement vu la surface, sans parler de ce qui se trouve en dessous. "Comment dois-je procéder pour m'acquitter de ma nouvelle tâche, très chère Souveraine ?"

Pour un changement c'est tout un changement, pensa Xena en remarquant que Gabrielle avait utilisé un titre plus qu'honorifique pour s'adresser à elle, je me demande pourquoi elle a choisi d'employer ce titre maintenant. "J'ai un pays à diriger. Je dois être forte devant les gens, ou bien ils perdront le respect qu'ils ont pour moi. Je ne peux pas te permettre de remettre mon jugement en cause" la Conquérante leva une main pour empêcher Gabrielle de s'objecter. "et tu l'as fais." La Conquérante observa avec amusement comme la jeune femme refermait la bouche. "Mais je vais te donner la capacité d'agir en tant qu'avocate pour ce que tu crois être la vérité dans de telles situations. À vrai dire, tu seras l'avocate du diable… Tu pourras me parler en priver avant que je ne rende mes sentences. Si c'est possible bien sûr."

"Merci. Ne me déçois pas, Gabrielle. Tes histoires me manqueraient beaucoup."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:57

Chapitre 13

Le premier jour à bord, tandis qu'elle était encore pleine d'excitation et d'anticipation face à cette nouvelle expérience, Gabrielle se pencha par-dessus la rambarde, pour observer l'eau. Elle pouvait toujours voir la côte de Corinthe à l'horizon et était impatiente de voir les rivages d'Éphèse. Cela prendrait trois jours pour y arriver et déjà elle avait hâte. L'eau éclaboussa le côté du bateau, envoyant une bruine d'eau salée sur sa peau. Dans la mer Égée aux eaux limpides elle pouvait voir les bancs de poisson suivre les sillons du navire. Un poisson peut-il se faire assommer si nous devions le frapper avec le bateau ? Un poisson peut-il se noyer en fait ?

"Un Dinar pour tes pensées," dit la Conquérante comme elle la rejoint à la rambarde.

Gabrielle rougit, ne voulant pas partager ses pensées absurdes, elle exposa donc l'évidence. "C'est magnifique."

La Conquérante hocha la tête brièvement et pointa ensuite son index en direction du Nord-Ouest. "J'avais l'habitude de naviguer dans ces eaux avec mon bateau la plupart du temps."

"Tu avais un bateau ?" Gabrielle essaya de s'imaginer la Conquérante en marin. "Je ne le savais pas."

Xena haussa les épaules, les muscles de ses épaules bougèrent sous sa peau, "Je devrais faire transcrire ma Biographie Royale." Elle permit à un sourire ironique de jouer sur ses lèvres et ses yeux redevinrent distants, comme si elle pouvait revoir les événements qu'elle était sur le point de décrire. "Après m'être assuré qu'Amphipolis était à l'abri de Cortese, j'ai voulu veiller à ce que nous ne subissions plus jamais une telle chose de la part de Cortese ou tout autre Seigneur de Guerre aux ambitions malveillantes. J'ai réuni un équipage et nous avons patrouillé les secteurs du Nord et au sud d'Amphipolis."

"Aimais-tu cette vie ?"

La Conquérante respira à fond, remplissant ses poumons avec les odeurs de la mer. "J'aime naviguer : aucun mur, aucun plafond, de l'air frais, du calme. C'est une vie idéale."

"Alors pourquoi l'as-tu quitté?"

César, hurla la voix intérieure de la Conquérante. Mes jambes brisées et mon esprit presque anéantit. M'Lila. Je ne pouvais pas retourner en mer sans elle. Même aujourd'hui je m'attends encore à la voir. Même aujourd'hui je me surprends à espérer la revoir. Et César me l'a prise, m'a prit mon équipage, a emporté ma fierté avec lui. Comme je lui prendrai la sienne en même temps que sa vie. D'abord ses armes, puis sa vie.

Pendant un long moment, Gabrielle cru que la Conquérante ne répondrait pas à sa question. Elle observa les émotions jouer sur les traits de son visage, habituellement si stoïque, fasciné par le mélange de colère, de crainte, de chaleur et de détermination. Finalement, elle parla doucement, "Il est difficile de conquérir la Grèce à partir d'un bateau."

Gabrielle put dire que ce n'était pas la vraie raison, mais elle savait également qu'il était plus sage de ne pas forcer la vérité. Le fait que la Conquérante lui ait révélé tout ça était significatif pour elle. Gabrielle se résolu à ne pas traiter cette confiance à la légère. "J'aime l'eau," chuchota-t-elle, amenant la conversation vers un sujet plus sûr. "Elle est si pleine de mystère."

Xena gratifia la jeune femme aux cheveux blonds d'un sourire indulgent. "Tu sais, durant tout ce temps que j'aie passé à naviguer dans ces eaux, la seule chose que j'ai pu constater c'est qu'elle était… pleine de poisson."

"Tch, quelle chose ennuyeuse à dire," la taquina Gabrielle en retour, quand elle comprit que c'était ce que faisait la Conquérante à ses dépends. "Dis-moi, as-tu jamais vu une sirène tandis que tu naviguais ?"

"Une sirène ? Par tous les Dieux du mont Olympe, de quoi parles-tu ?"

Gabrielle passa en mode barde, "on ne t'as jamais parlé des sirènes auparavant ? Elles faisaient autrefois partie…"

***

La nuit suivante dans la cale du bateau, la Conquérante, Palaemon, Cefan, Charis et Gabrielle étaient resté assis autour d'une grande table ronde. L'équipage avait débarrassé les couverts du repas de la soirée qui était constitué - sans surprise - de poissons dans un léger bouillon. Maintenant, les coudes et les chopes de thé chaud étaient tout ce qui reposait sur la surface en bois.

Xena observa attentivement son nouvel officier. Charis semblait avoir très bien intégré sa rapide promotion, faisant fit du comportement arrogant qui accompagnait normalement une telle ascension. Xena se rappela du moment où Charis avait été nommé comme Garde Royale. Espirith avait trouvé Charis parmi un groupe de soldats Athéniens ; Elle était meilleure que la plupart des hommes de son équipe, bien qu'elle ne soit âgée que de seulement dix-neuf hivers. Six ans plus tard, Charis était le soldat en chef des Gardes de la Conquérante et aurait bientôt été promu commandant.

"Le Contingent devra rester à l'extérieur d'Éphèse jusqu'à ce que je sache où l'expédition romaine passera. Alors je te donnerai des ordres quant à où mener tes troupes."

Charis inclina vigoureusement la tête, c'était la troisième fois qu'ils repassaient les plans. "Je comprends, Majesté, il sera fait comme vous le souhaiter. Et tandis que j'attendrai, je nommerai de nouveaux officiers et des chefs d'équipe."

"Conquérante," Gabrielle souhaita que cela soit le moment approprié pour poser sa question, "puis-je demander pourquoi vous avez laissé Paxius et tous ses officiers derrière nous à Athos ?"

En prenant une longue gorgée de sa tasse, la Conquérante fit un geste vers Cefan pour qu'elle réponde à la question. Voyons si Cefan comprend pourquoi j'ai pris cette décision.

L'Égyptienne se leva pour se montrer à la hauteur du défi qu'on lui offrait, "Je crois que sa Majesté sait qu'un mauvais leader crée de mauvais officiers. Retirer Paxius n'était pas suffisant. La Conquérante a aussi retiré ceux qu'il avait le plus influencé."

Xena sourit, "Exactement. Gabrielle, tu ne donne jamais de promotion à ceux qui obéissent à un leader incompétent. Cela aggrave seulement le problème et le moral des troupes n'en sont que diminuer parce que rien n'a changé."

"Donc, Cefan, espère que je ne m'embrouille jamais," plaisanta Palaemon. "Ou nous chercherons tous les deux de nouveaux emplois."

"Peut-être," se permis la Conquérante, en souriant de façon rusée à son Capitaine. Elle aima la réaction nerveuse qu'elle provoqua. "Palaemon, tu sais en quoi consiste tes ordres quand nous débarquerons à Éphèse ?"

"Oui, Majesté. Je dois aller au conseil Éphésien et leur donner vos salutations les plus sincères. Je dois les informer que vous êtes là pour visiter le marché, allez faire un pèlerinage au temple, allez faire un tour à la bibliothèque, allez au théâtre et profiter des commodités et agréments de la ville. Que vous aimeriez également faire une visite officielle de la ville avec le Proconsul, mais que vous êtes surtout là par loisir, et non pour affaire."

"J'aime particulièrement la partie qui parle de votre intention de faire un pèlerinage au temple d'Artémis, Majesté," rétorqua Cefan, connaissant bien le dédain que la Conquérante avait pour la déesse.

Xena inclina la tête, "j'espère qu'ils trouveront cela intrigant eux aussi. Mon asservissement des Amazones est bien connu et était nécessaire," ajouta-t-elle après coup. "S'ils sont le moindrement soupçonneux à mon égard, ils concluront que je suis ici pour voler le trésor d'Artémis, et ainsi ajouter une insulte finale aux Amazones qu'elle a si gentiment adoptée comme disciple quand elles se sont réfugiées ici. Pendant qu'ils regarderont d'un côté, je frapperai de l'autre."

"Comment découvrirez-vous où sont les armes, Majesté ?" Demanda Charis, constatant que les autres officiers donnaient librement leurs avis ou posaient des questions. Elle ne s'était pas attendu à une telle liberté et ne voulait pas gâcher une occasion d'apprendre.

"J'ai de multiples talents, Charis, de multiple." Posant les mains à plat sur la table, la Conquérante se leva à sa pleine hauteur. "Assurez-vous que les hommes soient prêts. Je veux qu'ils soient concentrés sur notre mission, et non sur les Éphésiennes quand nous apponterons."

Gabrielle ne réussit pas à s'endormir. La Conquérante lui avait affirmé que le bateau la bercerait pour l'endormir comme un enfant dans les bras de sa mère. Après deux jours en haute mer, Gabrielle doutait sérieusement que l'eau ait un quelconque instinct maternel. Elle se sentait bousculé, agité, balancé … pas du tout apaiser. Son amour pour le sol Grec augmentait rapidement. Je regrette de ne pas avoir apporter une poignée de terre avec moi. Au moins je pourrais dire qu'une partie de moi est sur la terre. Comment les gens font-ils pour vivre comme ça ? Je ne me plaindrai plus jamais de dormir à même le sol dure, non plus jamais.

Le seul endroit que Gabrielle trouvait apaisant sur le bateau tout entier était dans les filets qui montaient jusqu'aux voiles. La première nuit elle était lentement montée à mi-chemin du mât et s'était empêtrée dans le cordage. Le mouvement ne l'a dérangeait pas trop et ses yeux pouvaient se concentrer sur l'horizon, la stabilisant ainsi.

Les marins qui montaient la garde la saluèrent silencieusement. La Conquérante avait donné un cours assez intense à l'équipage en ce qui concernait la conduite qu'il devait avoir envers la jeune blonde. Par conséquent, Gabrielle crue que les marins étaient des chevaliers servants et leur répondait avec encore plus de chaleur, rendant inconsciemment la tâche de demeurer galant encore plus difficile pour les hommes.

En montant sur son perchoir préféré, Gabrielle soupira de contentement tandis que ses yeux dérivaient jusqu'aux étoiles accrochées dans le ciel nocturne. Rapidement elle traça ses constellations préférées, le fait de s'assurer elle-même qu'elles étaient toujours là, lui rappelait le temps où sa sœur se joignait à elle dans cette expectative.

"Là, Lila, par-dessus l'arbre, un peu à gauche… celle-ci est la plus brillante. Est-ce que tu la vois?"

"Comment pourrais-je la manquer, Rie ? Tu la pointe à chaque nuit. Je sais que c'est ta favorite."

Gabrielle soupirait profondément, se retournait sur le ventre et arrachait nonchalamment une pincé d'herbe. Lentement ses yeux remontaient pour rencontrer ceux de sa sœur, "je vais suivre cette étoile un jour, Lila et elle me conduira dans des contrées lointaines." Chuchotait-elle doucement, "Je ne veux pas passer le reste de ma vie ici. Je ne veux pas. Je ne le ferai pas."

Lila haussait les épaules, sa sœur aînée avait toujours des idées étranges. Pourquoi quelqu'un partirait-il de Poteideia ? Ce n'était pas une grande ville, mais leur famille avait toujours vécu ici ; Plus de la moitié de la ville était des parents. Et les hommes à qui on les avait promis étaient ici. Gabrielle n'irait nulle part - sauf dans ses rêves. "Pour sûr, Rie. Tu… - oh! Regarde! Une étoile filante! Là!"

En se retournant, Gabrielle put voir la traînée lumineuse comme elle suivait son cours à travers le ciel noir de la nuit. "Hé bien, Lil, je suppose que tu ne seras pas de corvée de ménage demain."

Lila sourit triomphalement, heureuse qu'elles aient fait ce pari.

Avec le sentiment qu'il n'y avait plus rien à dire, Lila roula sur le dos et trouva de nouveau l'étoile préférée de sa sœur. J'espère que tu ne me laisseras jamais seule ici; je ne pense pas que je pourrais en réchapper.

Les yeux de Gabrielle se concentrèrent de nouveau sur cette même étoile qui montrait maintenant la voie vers Éphèse. Tu m'as emporté, n'est-ce pas ? Tu ne m'as pas oublié après tout. Si seulement Lila avaient voulu nous suivre. Dieux, je m'ennuie de toi, Lil. J'espère que tu es toujours sous ces mêmes étoiles avec moi.

Absorbé dans ses souvenirs, elle ne nota pas la forme debout au-dessous d'elle avant que la chaleur d'une voix ne dérive jusqu'à ses oreilles, lui rappelant le temps où sa mère chantait pour endormir ses filles. Cela prit à Gabrielle quelques moments pour comprendre qu'en réalité quelqu'un chantait vraiment, et que ce quelqu'un était la Conquérante.

Regardant en bas, elle vit la Conquérante appuyée contre le mât, ses mains croisées derrière le dos. Les cheveux de celle-ci se soulevaient au rythme de la brise et reflétaient le clair de lune. Quoiqu'elle ne puisse pas voir ses yeux, Gabrielle savait qu'ils étaient du même bleu soyeux que les vêtements de nuit dont la Conquérante s'affublait. Et la voix qu'elle entendit lui rappela un rêve qu'elle avait fait une fois, il y a longtemps.

"Lying here on the boards
One with the flow
With blue sky overhead
The great depths down below
No matter the way I look
Blue's all I see
And the tranquillity
Comes awash over me"

Gabrielle ne reconnue pas la chanson, mais l'aima immédiatement. Se blottissant un peu plus dans les cordes, elle ferma les yeux et se concentra sur la voix de la Conquérante, la laissant l'envahir.

"A vessel strong, a moonlit night
Stars up above
The brisk salted air
Drenches my lungs
No place to go, no time to meet
Freedom at sea
And the tranquillity
Comes awash over me
I understand the sailor's choice
Romance alive
Sailing ships and dreaming dreams
Needing water to thrive
No place on land holds a home for me
I'm cast out to sea
And the tranquillity
Comes awash over me"
"Take not my ship, take not the sail
They are part of my soul
Without the wind, the sea and air
I have no where to go
No matter the way I look
Blue's all I see
And the tranquillity
Comes awash over me"

Gabrielle s'endormit dans le doux bercement de la mer. Et rêva.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:58

Chapitre 14

Elle émergea lentement du sommeil, le rythme du battement de cœur sous son oreille la ramena doucement à la conscience. La peau soyeuse sous sa joue était chaude et souple et elle ne put s'empêcher de grogner en resserrant sa prise sur la femme au-dessous d'elle. Comment par Artémis avons-nous abouti ici ? Je me rappelle le chant … la danse … et puis nous avons bu … et bu, voilà ce qui explique tout. En essayant de ne pas rire et ainsi éveiller sa compagne, elle enleva quelques brindilles de pailles qui s'étaient logées dans les endroits les plus inopportuns et qui la grattait par conséquent.

"Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ?" Murmura Terreis, qui s'était éveillée dès le tout premier grognement.

"Que s'est-il passé pour que nous terminions ainsi dans cette étable ?" Demanda Éphiny. Elle ne pouvait se rappeler clairement les événements de la nuit précédente.

"Ahh … ça c'était ton idée, mon amour." La main de Terreis glissa sur le dos de la guerrière blonde blottie à ses côtés. "Tu t'es fait assez explicite sur certains besoins et tu n'as pas voulu que je te ramène à la maison."

"Notre hutte est seulement à deux cents pas d'ici," gémit Éphiny, incrédule.

"Je sais." Sourit Terreis à sa compagne qui avait pris une teinte rouge profond . "J'ai été plutôt flattée ; vraiment, tu n'as pas à être embarrassée. C'est bon pour la réputation d'une Reine d'être à ce point désirée par sa championne. Mais… je pense que nous avons effrayé les animaux."

Éphiny souleva la tête et regarda les animaux au bas du grenier. "Le mouton semble un peu pâle, Ter."

En riant chaleureusement, la Reine des Amazones amena ses mains jusqu'aux joues d'Éphiny et l'embrassa. "Ils ont toujours cette couleur, chérie." Quand leurs lèvres se séparèrent, elle pinça le nez d'Éphiny. "Maintenant rentrons à la maison. J'ai de la paille dans tous les recoins."

Plusieurs marques de chandelle plus tard, une Terreis beaucoup plus présentable monta les marches du Temple et se dirigea vers l'alcôve de la Déesse. Se mettant à genoux devant la statue de bronze d'Artémis, elle appuya son front et ses paumes contre le granit frais. Elle ne pouvait pas se résoudre à lever les yeux vers la réplique de la déesse.

Clymera, qui était en train d'allumer un des braseros voisins, remarqua la jeune femme rousse qui semblait souffrir de façon évidente. "Douce Artémis," chuchota Clymera en se dépêchant de se rendre aux côtés de Terreis. "Ma Reine ?"

Terreis tressaillit quand elle entendit le titre, c'était comme si une épée lui avait transpercé le cœur. "Clymera, tu ne devrais pas te préparer pour la réunion du Conseil en ce moment ?"

La prêtresse haussa les épaules, tendant ses paumes vides devant elle. "Voulez-vous que je vous laisse seule, ma Reine ?"

"S'il te plait ne m'appelle pas comme ça. Surtout pas si Artémis a finalement arrêté son choix sur une autre Élue que moi."

Clymera regarda la gorge de la jeune femme se serrer plusieurs fois tandis qu'elle combattait contre l'émotion. "Peut-être que ce choix est temporaire." Mais Clymera savait que c'était un pieu mensonge; Artémis n'aurait seulement qu'une Élue. Traditionnellement c'était la Reine de la Nation Amazone. Puisqu'il en était autrement, Terreis devrait mourir pour céder sa place à l'autre femme.

"N'as-tu jamais eu tort auparavant ?" Terreis secoua la tête en réponse à sa propre question. "Peut-être qu'au fond je suis chanceuse. Au moins, j'aurai le temps et la capacité de mettre mes affaires en ordre." Et dire au revoir à ma façon. Dieux, Éphiny … je me languis déjà de toi. Pensa Terreis. Éphiny… elle ne s'en remettra pas. Terreis ferma les yeux, essayant de chasser ses craintes. "Est-ce que l'Élue vient avec la Destructrice ?" Demanda-t-elle doucement, effectuant des calculs mentaux.

Clymera serra doucement l'épaule de la jeune femme, "Je ne sais pas, ma Reine. Je sais seulement qu'elle approche."

"Un quart de lune ? Deux ? Une pleine lune ?" Et ensuite la question qu'elle ne pouvait pas demander l'assaillit : Combien me reste-t-il de temps à vivre, Clymera ? Artémis, comment ai-je pu te déplaire ainsi ? Suis-je une si piètre dirigeante qui ne vaut pas même l'ombre de sa sœur ?

"Reine Terreis, vous devez vivre au jour le jour. C'est tout ce que nous savons toutes les deux. Le Destin tisse ses toiles d'une bien mystérieuse façon, aucune de nous ne connaît exactement l'heure où notre fil de vie sera coupé." La vieille femme étendit sa main et prit le menton de la reine dans sa main ridée. "Vous avez bien servi Artémis. Vous avez réuni le reste de la Nation ensemble ici à Éphèse. Nous avons à nouveau des guerrières, grâce à vous. La Nation croit de nouveau en sa destinée."

"Mais pourquoi je ne peux pas continuer à régner ? Qu'ai-je fait de … mal ?"

"Mon enfant, peut-être est-ce la façon qu'a trouvé Artémis pour te récompenser. Tu seras éternellement jeune dans les Champs Élysées et dans le cœur de notre Nation."

Terreis frotta une main rêche contre ses yeux, "Pourquoi cela ne réussit-il pas à me consoler ?"

"Parce que ton cœur veut rester." Clymera sourit tristement à la femme qui avait récemment été liée à sa championne. "Si ça peut être une consolation pour vous, je soupçonne que je vous rejoindrai bientôt de l'autre côté. En fait, je pourrais même vous accueillir là-bas."

À cette déclaration, Terreis fixa ses yeux sur la prêtresse. "As-tu à nouveau ressenti ces douleurs ?"

Un regard désabusé répondit à sa question, "A cet âge, tout que je ressens c'est de la douleur. Je peux seulement espérer ne pas en être une moi-même, au point où ça en est."

À la plaisanterie de la prêtresse, Terreis rit doucement. "Eh bien, Clymera, nous avons une réunion du Conseil à préparer. Et une Destructrice dont nous devons nous occuper." La Reine se remit sur ses pieds et tendit la main à la vieille dame. La Nation est plus importante que n'importe quel individu, y compris moi. Particulièrement moi. Je suis sensée être prête à sacrifier ma vie pour la Nation. Je déteste juste qu'Artémis me demande de le faire.

"Quand parlerez-vous aux autres de la vision de l'Élue, ma Reine ?" Demanda Clymera comme celle-ci l'a tira sur ses pieds.

Terreis devint songeuse, "Quand je lui donnerai mon Droit de Caste; je suppose que se sera évident pour tout le monde alors."

***

Entrant dans la Hutte du Conseil, Terreis et Clymera saluèrent les cinq autres femmes chargées de la sécurité de la Nation. Une d'entre elles, une grande guerrière aux yeux mielleux ne fit aucune tentative pour cacher son amusement. "Bonjour. Comme ça, toi et Eph êtes la raison pour laquelle mon cheval est si capricieux ce matin ?"

Terreis remua un doigt en direction de sa meilleure amie, "Éponin, les poissons ne sont toujours pas revenus dans un certain étang depuis un incident antérieur impliquant certaines personnes que je ne nommerai pas. Je ne voudrais pas paraître suffisante." La reine prit sa place au bout de la table et prit une attitude majestueuse. "Quels préparatifs ont été faits au Temple ?"

Éponin sortit un rouleau qui détaillait les dispositions qui avaient été prises. Indiquant plusieurs points, elle commença son récit, "J'ai ajouté des gardes ici. Les sentinelles chevauchent maintenant par marque de chandelle. Et j'ai également élargi le périmètre de nos rondes. Si la Destructrice vient à un furlong près du Temple sans que nous le sachions, ça sera seulement parce qu'Arès y est pour quelque chose."

"Et le trésor ? Le marché ?" Demanda Clymera.

La guerrière fronça les sourcils, elle n'avait jamais cru que le temple serait employé à des fins lucratives. Elle augmenterait ses gardes pour protéger la Maison de la Déesse et les objets qui y étaient confinés, mais cela l'irritait de surveiller avec vigilance l'argent de ceux qui n'adoraient pas Artémis. "Ils seront aussi sous bonne garde."

Clymera roula les yeux, sa querelle avec la jeune femme à ce propos était de longue date. "S'ils ne le sont pas, le Proconsul voudra probablement reprendre l'administration du temple. Est-ce que c'est ça que tu voudrais ? Lui remettre notre site sacré pour satisfaire tes petits préjudices ?"

Un rouge profond obscurci le visage de la guerrière. Tremblant de colère, elle se leva à sa pleine hauteur et saisit le bord de la table du Conseil. "Ce que je veux c'est que notre Nation survive et devienne prospère, Clymera. Pas continuer à se mettre à plat ventre devant ces chiens de romains qui osent défier notre déesse. La Destructrice peut avoir leur or, je m'en fiche totalement."

"Ep, cela déplairait à Artémis de se faire dérober toutes les possessions de son temple. Et cela inclut l'argent des commerçants," Terreis parla doucement et fit un geste vers la guerrière peu encline à se rasseoir. "Toute la région ainsi que le temple est sous la protection d'Artémis et ça tant qu'elle n'en décidera pas autrement. Et nous comptons sur Clymera pour nous dicter ses désirs parce que notre Prêtresse a servi cette Nation pendant longtemps et mieux que quiconque. N'est-ce pas?"

Éponin commença à frotter le bois de la table avec son pouce. Elle ne voulait pas relever la tête et voir les reproches dans le regard de sa meilleure amie, ni dans les yeux de Clymera. "Elle a certainement servi pendant de longues années," se permit la guerrière. Le silence se fit. "Et de façon fidèle," termina-t-elle enfin.

Clymera se permit un bref sourire prudent, pour ne pas qu'Éponin le voit, de crainte de la froisser à nouveau. "Merci. Mais n'oubliez pas qu'Artémis nous a donné pour mission de chasser la Destructrice. C'est ce que nous devons faire pour le moment. Des plans de guerre, pas de protection. Elle est la cible que nous devons atteindre."

Énergiquement le Conseil, maintenant stimulé, se pencha en avant pour étudier le plan qui s'était déjà formé dans l'esprit de Terreis.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:58

Chapitre 15

"Le Proconsul d'Éphèse vous accueille, Xena, Conquérante de la Grèce et vous offre la paix tant que vous résiderez dans la ville sainte d'Artémis. Nous vous accueillerons à notre festival du printemps et vous invitons à jouir de l'hospitalité de vos voisins Éphésiens." Le messager du Proconsul se prosterna bien bas après la fin de son discours. Il avait été un peu inquiet de la partie "ville sainte d'Artémis." Ayant été mis au courant de l'aversion que la guerrière avait pour la déesse. Sa seule réaction avait été un léger plissement des yeux, elle n'avait pas dégainé son épée et il se considérait comme béni des Dieux.

Debout sur le pont de son bateau, entouré par sa Garde Royale, Xena était l'incarnation de tous les contes à jamais relatés sur elle. Portant sa signature, c'est à dire son armure de cuirasse noire, la Conquérante représentait tous les sombres cauchemars de ce monde. La seule allusion de lumière était le bleu pâle de ses yeux, bien qu'ils étaient presque sans couleur dans le brillant soleil d'après-midi. "Sincères salutations et paix au bon Proconsul et aux gens d'Éphèsus. La Grèce est heureuse d'effectuer cette visite et veut seulement profiter de vos bonnes faveurs durant son séjour ici." Répondit Xena d'une façon diplomatique assez standard.

Le messager atteint de calvitie inclina la tête, étonné du ton riche de la voix qui l'avait salué. Les contes concernant la brutalité de la Conquérante omettaient toujours les descriptions exubérantes de sa beauté, de son charme et de son charisme. Quelque peu encouragé par la réponse favorable qu'il avait obtenu, il continua d'une voix plus forte, "Le Proconsul vous transmet son désir le plus ardent d'avoir l'honneur de jouir de votre compagnie. Sa maison se verrait ravie si vous deviez consentir à un dîner avec lui ce soir et par le fait même vous joindre à lui pour proclamer l'ouverture du festival."

En plein ce que j'adore: des fonctions diplomatiques. Ils s'attendent toujours à ce que je mange de la viande crue à ces dîners. Peut-être devrais-je faire ça justement. "La Grèce serait heureuse de dîner avec le Proconsul et ainsi jouir de son hospitalité."

Le messager la salua bien bas et se retira, "le Proconsul attend votre venue avec impatience. Il vous offre de vous rafraîchir et prendre un peu de repos auparavant. Quand la lune aura atteint le quart de son voyage, le Proconsul vous accueillera dans ses quartiers."

"Parfait, messager. Dites à votre Proconsul que je viendrai." Xena observa tandis que le héraut se retourna vivement et disparut par où il était venu. Elle avait parlé à tant d'hommes comme ceux-ci auparavant, et chaque fois elle était ravie de les entendre tergiverser dans cette langue diplomatique pleine d'éloge prodigue et de compromis subtil. Après son siège à Corinthe, le seul membre de l'armée vaincu à qui elle avait permit de vivre était le héraut, car lui seul avait agi avec honneur. De tels hommes lui manquaient.

Elle claqua ses doigts, et Palaemon vint à ses côtés, en inclinant la tête. "Majesté ?"

"Vas transmettre les salutations de la Grèce au Proconsul. Impressionne le et rassure le sur les motifs de ma visite, dit lui bien qu'elle ne sera d'aucune conséquence pour lui ou sa cité." S'il me laisse botter les fesses de César en paix, je ne botterai pas les siennes.

La tête blonde de Palaemon s'inclina et ensuite il tourna les talons pour accomplir ses ordres. Passant près de Cefan il fit une pause et tira son lieutenant sur le côté, "Double le nombre de gardes autour de la Conquérante. Les citoyens d'Éphèse n'ont pas celle-ci en très haute estime. Et ce serait embarrassant pour nous si quelqu'un s'approchait assez d'elle pour lui porter préjudice."

L'Égyptienne étudia gravement son Capitaine, "Ce sera fait." En fait, elle avait déjà ordonné un tel changement. "Essai de ne pas traiter le Proconsul de chien ou de porc, ou quelque chose du genre."

La cicatrice sur le visage de Palaemon s'accrocha aux coins de sa bouche et un large sourire y apparut tandis qu'il se rappelait qu'une telle chose s'était déjà produite. "J'ai fais un petit accroc diplomatique et personne ne semblent l'avoir oublié. C'est un chien et un porc; tu te rappelles à quoi ressemblait son nez ?"

Cefan lâcha un grand rire, "je pense que c'était après que la Conquérante ait passé un moment avec lui." Échangeant une poignée de main à la façon des guerriers, Cefan poussa Palaemon vers la passerelle et se déplaça pour se tenir debout près de la Conquérante.

Xena regarda par delà les quatre collines qui entouraient la prospère métropole d'Éphèse, celles-ci créaient une zone de sécurité pour la cité. Peu importe les envahisseurs, ils devraient venir de cinq directions à la fois, et chacune de ses collines leur serait défavorable. Les quatre routes traversaient des pentes qui forceraient les troupes d'envahisseurs à lutter pour y monter, et seraient forcées de passer par la suite au travers d'étroits canyons, et s'ils avaient encore des hommes en vie pour se battre, ils devraient parcourir une vallée ouverte où ils seraient exposés aux embuscades et aux archers. Tenter de conquérir la cité en passant par la mer, était tant qu'à elle une stratégie moins qu'idéale. Le port d'Éphèse était peu profond et devait être continuellement dragué pour que les bateaux soient capables de se rendre en haute mer.

Heureusement, je ne veux pas vaincre Éphèse. Artémis peut l'avoir pour elle toute seule. Xena fit un geste vers la troisième colline. "C'est la route de la Syrie, Cefan. Quand César essaiera de déplacer ses convois d'armes, il devra passer par-là."

"Je ferai partir vos éclaireurs à la première lueur du jour. Vous saurez le nom de chaque caillou qui se trouve sur cette route."

"Assures-toi qu'il en soit ainsi. Et envoies quelques éclaireurs au temple, dis leurs d'être discret, mais assure-toi que les Amazones les voient. Je veux qu'ils fournissent une distraction et écarte les vrais motifs de ma présence ici." Xena marcha au côté du bateau et regarda vers les docks en contrebas qui grouillaient de porteurs occupés à vider les marchandises du navire.

Comme Xena fut sur le point d'appeler son contremaître, Gabrielle vint vers elle en se dépêchant, son bâton la propulsant rapidement. Les joues de la jeune femme étaient en feu et sa peau perlait de petites gouttes de sueur. "Majesté! Cet endroit est merveilleux!"

Xena se trouva dans l'impossibilité de ne pas sourire en réponse à l'enthousiasme de Gabrielle. "Où as-tu été ? En bas sur les docks ?" Elle n'aimait pas l'idée de l'attirante jeune femme errant seule sans escorte autour de cette ville hostile. Et le secteur portuaire de n'importe quelle cité était toujours le moins recommandé de tous, sans compter sur ses résidants.

"En bas sur les docks et un peu vers le marché. Ils ont tout! Et les gens et les couleurs. Tout est si brillant. Je me suis senti … si fade, si petite." Elle fit un geste vers ses vêtements de voyages, qui étaient fonctionnel, mais pas conçus à des fins esthétiques. "Les femmes ici sont si belles. Elles portent des robes exquises. Je ne peux même pas les décrire." Elle fit une pause pour reprendre son souffle, "Êtes-vous déjà venue ici par le passé ?"

"Non, j'ai été un peu occupée pendant ces dix dernières années," répondit Xena, avec une pointe de sarcasme dans la voix. "Je n'ai pas vraiment pu me permettre de prendre des vacances."

Gabrielle fut incertaine de comment interpréter la réponse de la Conquérante. Elle semblait avoir prit un ton presque mélancolique, mais elle ne pouvait pas être certaine de n'y déceler aucun reproche. "Saviez-vous que cette lunaison est consacrée à Artémis ? La ville entière ainsi que les gens des environs viendront pour le festival. Il y a des artistes venus de Perse. J'ai parlé à cet homme qui a dit que le spectacle au théâtre serait incroyable. Il a dit que ces artistes devaient être vraiment fous pour accomplir les exploits qu'ils promettent de faire."

"Combien de temps as-tu passé au marché ?"

Ce n'était pas la réponse que Gabrielle espérait. "Je n'en suis pas certaine. Peut-être la moitié d'une marque de chandelle. Je n'ai pas été partie bien longtemps. Je voulais seulement marcher sur la terre ferme. "Gabrielle mit une main sur son estomac et se balança un peu, indiquant comment elle avait souffert de la vie en mer." Alors j'ai suivi la foule en bas dans la rue et j'ai trouvé ces magasins … Je suis désolé, Majesté. Je n'aurais pas dû partir sans votre permission."

"Hé bien, c'est vrai, Gabrielle, mais ce n'était pas le but de ma question." Mes officiers auraient découvert la moitié de ce qu'elle a fait en deux fois de temps. "Nous sommes dans une ville qui est possiblement une ennemie non déclarée. Éphèse est la cité d'Artémis. Et Artémis est toujours un peu fâchée contre moi pour avoir annihilé ses Amazones de la Grèce. Mais, il est vrai que je ne les ai pas détruits. Et puisque ces dernières ont trouvé refuge ici, cela fait que j'ai encore plus d'ennemis dans cette ville. Et, puisque tu es avec moi, ils sont aussi tes ennemis. Tu te dois d'être très prudente pendant notre séjour ici. Je ne serai pas capable de te protéger continuellement." Xena marqua une pause, étonnée de ses propres paroles. Quand suis-je devenu son protecteur ? "Alors plus d'escapade en douce."

"Bien sûr, Conquérante. Ça n'arrivera plus."

Xena détesta voir l'enthousiasme présent quelques moments auparavant quittés les yeux de la jeune femme. Lycéus était exactement comme elle, tout de feu ou tout de glace. Aucun milieu, jamais. "Parle-moi un peu plus de ces artistes Persiens."

Une étincelle revint rapidement dans les yeux verts qui se soulevèrent pour rencontrer son regard. "Cet homme a dit qu'ils peuvent voler dans les airs sans aide. Et qu'ils se pendent au plafond, s'enroulent dans des cordes et se laissent descendre par terre, seulement pour s'arrêter au dernier moment. Il y a une femme qui peut mettre ses pieds derrière ses oreilles."

Cette dernière déclaration laissa la Conquérante pas très impressionnée, "Pourquoi quelqu'un voudrait faire ça ?"

Le nez de Gabrielle se plissa tandis qu'elle considérait la question. En frottant le bout de celui-ci avec hésitation, elle haussa les épaules, "je ne sais pas. Mais c'est intéressant de savoir qu'elle peut le faire."

"Des tas de gens peuvent faire des trucs intéressants, Gabrielle. Ça ne fait pas d'eux des héros."

Gabrielle avait le pressentiment qu'elle ne parlait plus seulement que de contorsions corporelles. "C'est vrai. Avec qui demeurerons-nous pendant notre séjour ici, Majesté ?"

La Conquérante ajusta la cape sur ses épaules. "Un marchand grec, Salmoneus, que j'ai rendu riche au-delà de ses propres espérances. Et elles étaient déjà passablement grandioses au départ." La Conquérante secoua la tête en se rappelant le petit homme qui l'avait harcelée pour obtenir ses faveurs. Elle avait finalement cédé juste pour le faire partir. En vérité, il l'amusait; il avait été la première personne depuis qu'elle avait vaincu Corinthe qui n'avait pas semblé terrifiée par sa présence.

"Comment avez-vous fait ça ?" Gabrielle était intriguée. Elle n'avait jamais considéré que la Conquérante puisse augmenter la richesse de quelqu'un d'autre que sa propre personne.

Les yeux de Xena errèrent sur les docks, observant les activités et les marchandises qui y étaient empilées. "Ici à Éphèse il y a beaucoup de richesse, et beaucoup d'argent à faire pour les gens entreprenants. Je ne vois aucun mal à ce qu'un grec devienne prospère ici. En fait, il augmente mon prestige, puisque certaines personnes voient maintenant les Grecs comme des gens puissants et pleins de bon sens. De ce fait cela les rend plus loyales vis à vis moi, car il compte sur moi et ma réputation pour rester libre et intouchable à l'étranger. Alors ainsi, j'ai donné à Salmoneus les droits exclusifs d'affrètement d'ici à Corinthe. Tous ceux qui veulent importer ou exporter quelque chose doivent passer par lui."

"Pas étonnant qu'il soit riche."

La Conquérante sourit d'un air satisfait, se rappelant le marchand qu'elle avait heureusement envoyé à l'étranger il y a deux hivers; avec lui ici, loin d'elle, elle n'avait plus à écouter ses diverses transactions sur une base quotidienne. "Je pense que tu l'aimeras. Il parle même plus que toi."

Cefan s'approcha de la Conquérante et la salua. "Majesté, tout est prêt pour le trajet jusqu'à la maison de Salmoneus : les éclaireurs ont patrouillé la route et votre cheval est prêt."

Xena inclina la tête et fit un signe pour que la Garde Royale se réunisse autour d'elle. En attrapant le regard d'un des Gardes, elle l'appela. "Tu devras escorter mon oracle pendant notre trajet en ville. Qu'il ne lui arrive rien de fâcheux. Ou tu regretteras que ça ne te soit pas arrivé à toi. Je me fais bien comprendre ?"

"Oui, Majesté." Le grand soldat marcha au pas et se planta directement devant l'objet de son attention.

Gabrielle vit la Conquérante se mettre en tête du cortège, seule et majestueuse, Xena portait sur ses épaules la réputation et l'honneur de la Grèce. La majorité des gens qu'ils rencontreraiet sur la route ne verrait jamais la Grèce, ne connaîtraient jamais la splendeur de ces villes, ne rencontraient jamais sa population. La seule connaissance des Éphésiens à propos de leur pays voisin était basée sur cette femme qui allait marcher par ses rues.

Elle sait que tous les yeux seront tournés vers elle. Et, c'est loin de l'effrayer, au contraire ça l'excite. Je ne pourrais jamais être l'objet de tant d'attention. Je me prendrais probablement les pieds et trébucherais, ou quelque chose d'affreux dans ce genre là. Et encore elle n'a aucune appréhension. Ou, du moins, elle n'en a pas l'air. Gabrielle observa soigneusement la Conquérante tandis que le cortège commençait à avancer. Elle et son escorte étaient trente pieds derrière Xena et sa garde d'honneur. Gabrielle était la seule non-soldat dans la cohorte et elle ne se sentait pas du tout à sa place.

En jetant un coup d'œil de chaque côté, elle nota le comportement de la Garde Royale. Du moment qu'ils s'étaient mit en branle sur les docks et avaient commencé à marcher au pas vers la ville, les soldats avaient semblé devenir plus grands. Ils s'étaient redressés encore plus droits, avaient rejeté leurs épaules en arrière, et avaient levé leurs mentons bien hauts. Ils étaient l'exemple parfait d'une organisation militaire professionnelle, reflétant l'attitude et le charisme de la Conquérante. Les échos de leurs pas retentirent dans les rues étroites, ce qui fit paraître l'armée encore plus grande et effrayante. Si j'étais Artémis, je serais inquiète, pensa distraitement Gabrielle.

Son attention fut capturée par la beauté de la ville tandis qu'ils la traversaient. Le cortège descendit l'artère centrale, la Rue des Curetes et descendit la pente qui les mena à la zone opulente de la ville. En voyant la Bibliothèque de Celsus, le cœur de Gabrielle manqua quelques battements. Sa façade de marbre d'une exquise beauté. Les deux structures historiques comptaient quatorze colonnes ioniques. Huit des colonnes inférieures étaient entourées par les sculptures de quatre des Muses, mais ils se déplaçaient trop vite pour que Gabrielle puisse les identifier. De grandes marches menaient jusqu'aux trésors contenus dans le bâtiment. Elle espéra que la Conquérante lui permettrait d'y revenir plus tard.

Comme ils passèrent par la Porte de l'Agora, son regard se porta sur le tourbillon d'activité plus loin sur la route. Un groupe de femmes scandait des propos haineux à l'intention de la Conquérante. Leurs mots se confondaient pendant que chacune d'entre elles se débattait pour que sa voix prenne le dessus sur les autres. Puis le silence se fit, quand Xena maîtrisa son cheval et se retourna lentement dans sa selle pour faire face à ses accusateurs.

Gabrielle et la Garde Royale s'arrêtèrent. Cefan et le Garde d'honneur encerclèrent la Conquérante, faisant un rempart protecteur autour d'elle. De sa monture, les yeux de Xena rencontrèrent les yeux de la femme qu'elle jugea être leur leader et permit à un sourire de s'étendre à travers ses lèvres. S'adressant à cette femme rousse elle pencha la tête sur le côté, "je me souviens de toi." Elle remit ensuite le cortège en route, ne s'arrêtant pas de nouveau avant qu'elle n'ait atteint la maison de Salmoneus.

Gabrielle ne fut jamais consciente qu'une autre paire de yeux malveillants l'avait observée à chaque mouvement.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:59

Chapitre 16

"O Puissante Conquérante!" Cria Salmoneus, en se précipitant aussi rapidement à ses côtés que son corps trapu le lui avait permit. "C'est un tel honneur de vous voir à nouveau! Vous avez bonne mine. Diriger vous sied à merveille. Cela doit avoir un lien direct avec le POUVOIR, pas vrai ?" Babilla-t-il ignorant le regard ennuyé qui vint de l'objet de sa sollicitude.

"Oui, en effet, j'adore l'opulence. Et penser que je pourrai me permettre de m'offrir encore plus de confort après que j'aurais reçu tes impôts." En voyant des yeux bleus se fixer sur lui, il sourit faiblement.

"Ce qui est plus que juste, ma Guerrière. Impôts que j'ai payés. Vous pouvez vérifier, si vous voulez."

"Je vais le faire."

"Bien, bien." Dit Salmoneus en caressant sa barbe pensivement, en notant mentalement qu'il devrait parler à son conseiller financier pour qu'il s'occupe de corriger quelques disparités comptables au plus vite. Se forçant à sourire, même en considérant la somme de dinars supplémentaire qu'il devrait envoyer à la Conquérante pour rectifier la situation, il concentra alors son attention sur Palaemon. "Qu'est-ce qui vous est arrivé ?" Dit-il à brûle-pourpoint, ne pensant pas à censurer sa réaction face à la cicatrice de celui-ci.

"J'ai la lui ai faite," répondit la Conquérante. "Palaemon a voulu me tuer avant qu'il ne décide rejoindre mes rangs. Je l'ai un peu aidé à prendre sa décision comme tu vois."

"C'est ce que vous avez fait, Majesté, et très bien." Dit Palaemon en affichant un sourire ironique.

Gabrielle fut estomaquée d'entendre dire que le Capitaine s'était déjà opposé à la Conquérante. Il a changé d'avis. Je me demande ce qui est arrivé. Je devrai harceler Palaemon pour qu'il me raconte ça plus tard. Perdu dans ses pensées, elle fut surprise de sentir des lèvres se poser sur le dos de sa main.

"Et qui est cette belle fleur ?" Demanda Salmoneus, ne lâchant pas la main de celle-ci.

"Gabrielle."

Il sourit. "Un très joli prénom. Je peux vous montrer mes melons dans l'arrière boutique si ça vous chante ?"

Les yeux de Xena se rétrécirent, "Salmoneus. Gabrielle est 'mon' oracle. Je te suggère de ne pas trop t'approcher d'elle."

Immédiatement sa main fut abandonnée et l'homme émit un petit rire étouffé, faisant attention d'essuyer les paumes de ses mains sur sa tunique. "Bien sûr. Vous devez être fatiguées après un si long voyage. Je vais vous montrer vos quartiers." Avec un sourire convivial, il commença à les mener au travers l'énorme maison en fournissant des commentaires ininterrompus. "Cette pièce donne sur le port et offre une vue imprenable sur le temple. Je vends de jolies petites répliques miniatures de celui-ci," dit-il à l'attention de Gabrielle, croyant qu'elle serait une des acheteuses les plus potentielles pour de telles babioles. "Ils sont faits de véritables pierres Éphésienne."

La Conquérante se racla la gorge avec force et Salmoneus se hâta vers le bas de l'escalier en direction du vestibule. Gabrielle jeta un coup d'œil vers Xena par-dessus son épaule et lui sourit, le petit homme était amusant.

"Voici la salle à manger. La verrerie a été importée de Babylone. J'ai payé une petite fortune pour ça ! Quand vous remplissez un de ces verres avec du vin, il change de couleur."

Xena rit sous cape, "Le verre ou le vin ?"

Salmoneus arrêta et considéra la dirigeante, "le verre, bien sûr."

"Bien sûr, Salmoneus. Continues." Elle fit un signe de la main vers le vestibule. Ouvrant en grand une porte, il leur montra une autre pièce. "C'est ma bibliothèque. Apparemment, c'est la mode d'en posséder une dans les grandes maisons d'Éphèse. J'ai fais choisir les parchemins par le bibliothécaire, c'est donc les meilleurs rouleaux."

"Pourrais-je revenir ici plus tard, Salmoneus ?" Demanda Gabrielle, la voix pleine d'émotion. Elle n'avait jamais vu tant de parchemins en un seul endroit auparavant.

Il haussa les épaules, "Certainement. Vous devrez épousseter les chaises par contre."

"Vous n'utiliser pas votre bibliothèque ?" Gabrielle fut choquée de cet aveu. "Je passerais ma vie ici."

"Hmm … bien … Laissez moi vous conduire à vos quartiers. Je suis sûr que vous êtes fatigués du voyage." Il se retourna et continua, en passant par une embrasure.

La Conquérante s'arrêta. "Montres-moi ce qu'il y a dans cette pièce, Salmoneus."

L'homme s'arrêta, rit et secoua la tête. "Majesté, c'est juste une pièce de rangement. Vraiment. Rien d'intéressant à voir."

"Ouvres."

"Puissante Conquérante, ce serait seulement une perte de votre précieux temps à-"

"-Salmoneus," gronda sinistrement Xena.

Avec un lourd soupir, l'homme replet ouvrit la porte, révélant trois ouvriers qui emballaient des caisses d'expéditions avec des assiettes de porcelaines. Ils semblèrent très étonnés de trouver un grand assortiment de gens debout dans l'embrasure de la porte à les observer travailler. "Vous, voyez juste une pièce de rangement," dit Salmoneus, saisissant la poignée pour refermer la porte.

Xena appuya une main contre la porte, la tenant entrebâillé. Avec un regard à son hôte, elle pénétra à l'intérieur et marcha vers les assiettes que les hommes empaquetaient. Elle en fixa une, pendant un long moment, se faisant violence pour se calmer, essayant de se rappeler tous les enseignements de Lao Ma. "Justifie ça, Salmoneus," dit-elle dangereusement.

Salmoneus souhaita à ce moment être n'importe ou ailleurs que dans ce monde. N'importe quel endroit serait mieux qu'ici. "Bien, vous voyez, votre Majesté, bien… les gens ici à Éphèse doivent voir à quoi vous ressemblez. Ils ont entendu tant de rumeurs. Aussi. Ai-je pensé que je pourrais vendre ces assiettes décoratives, commémoratives et de bon goût avec votre portrait peint à la main. J'espérais que vous pourriez signer une centaine d'entre elles pour les éditions limitées."

En entendant cette explication, Gabrielle et Palaemon se dirigèrent vers les caisses et prirent plusieurs assiettes. Celle qui se trouvait dans les mains de Gabrielle était un gros plan de la Conquérante, une description assez précise des traits lisses de son visage, de ses cheveux d'onyx et de ses yeux bleu ciel. "Pas mal," fit-elle remarquer. Pas autant que la vraie mais tout de même.

Palaemon lui montra le plat dans ses mains, une interprétation de la Conquérante à califourchon sur Argo - qui avait été laissé avec regrets derrière eux à Athos. Elle tenait une épée ensanglantée dans une main et son chakram dans l'autre. "Ils l'ont mal reproduit," dit-il en indiquant le chakram sur l'assiette puis celle engainée sur la taille de la Conquérante. "Et le design sur le ses cuirs n'est pas tout à fait exact non plus."

"Bien, bien, continuons, voulez-vous ?" Dit Salmoneus, en battant des mains nerveusement et en tentant de les pousser hors de la pièce.

Gabrielle ne bougea pas, elle était trop occupée à fouiller les caisses cherchant une autre interprétation. Quand elle en trouva une, elle renifla et se mit à rire en appliquant une main fermement contre sa bouche.

Salmoneus savait exactement quelle assiette Gabrielle avait trouvé et il commença à se tourner vers la porte. Il se retrouva stoppé net par un mur inflexible de chair, de cuir et en armure. "Reste avec nous, Salmoneus." Grogna Xena en commençant à se déplacer vers les caisses. "Fais-moi voir ça, Gabrielle."

En souriant avec regret, Gabrielle lui tendit l'assiette. Elle observa le rouge écarlate se frayer un chemin sur le cou et le visage de la Conquérante. Celle-ci était couchée sur un lit complètement dévêtu, son épée et son armure traînaient sur le plancher, et de plus on pouvait y lire un titre ' la Femme Guerrière.'

"Il est évidemment que c'est l'interprétation qu'un artiste à fait de vos… attributs… puisque je n'ai jamais eus le…" il s'arrêta quand il vit blanchir les articulations de la main qui tenait toujours l'assiette. "Nous ne sommes pas obligées de vendre celle-ci. J'essayais juste d'aider… à adoucir votre… image."

"Salmoneus, je m'attends à entendre des bruits de vaisselles qui se brise toute la nuit, me suis-je bien fais comprendre ? Ou tu regretteras ceci encore plus que tes impôts sous-payés."

"Comment avez-vous su - ?" Il s'arrêta, avant de complètement s'incriminer lui-même. "Oui, votre Impératrice, mais je crois que nous passons à côté d'une bonne opportunité ici."

Xena leva une main, bloquant la vue du visage du petit homme. "N'y pense même pas…" Se retournant brusquement, elle sortit dans le vestibule.

Tandis que Gabrielle la suivit, elle chuchota, "Garde-moi un exemplaire de chaque, tu veux bien Salmoneus ?"

Il inclina la tête, "Il y a une autre vraiment jolie, je crois que tu l'aimeras." Non repenti, il les rejoignit pour le reste de la visite dans le vestibule et continua le tour de sa maison.

***

Même beaucoup plus tard, debout dans la salle de réception de la maison du Proconsul, Gabrielle eut beaucoup de difficulté à ne pas éclater de rire. Elle avait eut ce problème tout du long de la visite chez Salmoneus et savait que cela la hanterait pendant encore un bon moment. Le regard sur le visage de la Conquérante avait été impayable.

Son comportement influençait Palaemon qui, en raison de la nature de sa cicatrice faciale, était incapable de complètement déguiser son propre amusement. Intentionnellement il refusait de rencontrer les yeux de la Conquérante, redoutant de s'effondrer de rire, s'il le faisait. Et il n'avait certainement pas l'intention qu'elle le défie à une session de combat vu l'humeur dans laquelle elle se trouvait.

La Conquérante pour sa part essayait d'ignorer ses deux subalternes, ce qui était difficile parce que le Capitaine était debout à son côté et Gabrielle debout de l'autre. Elle savait ce qui les faisaient agir de cette façon; elle ne partageait cependant pas leur sens de l'humour. Peut-être cela avait-il été une erreur de vouloir demeurer chez Salmoneus.

Ils furent rejoints dans la salle de réception par le Proconsul et ses deux esclaves. Le Proconsul était un petit homme grassouillet. Ses cheveux étaient bouclés, ce qui, accentuait la forme lunaire de son visage. Il portait un peignoir blanc qui lui descendait jusqu'aux chevilles ainsi que des manches qui se terminaient, un peu au-dessus de ses mains potelées.

La Conquérante examina l'épave devant elle avec un dédain à peine caché. C'est ce que les autorités romaines permettaient et encourageaient même. Maintenez-les obèses, idiots et bienheureux - au moins ceux de la classe supérieure - et enrayé la rébellion. Construire un empire avec des faibles n'est jamais une bonne idée.

Gabrielle huma l'air ambiant, relevant la forte odeur qui arriva dans la pièce au même moment que le Proconsul. Elle examina oisivement son peignoir et nota qu'il obtiendrait beaucoup plus de succès avec une couleur plus sombre. Je remercie les Dieux que la Conquérante ne se laisse pas aller à la décrépitude comme cet homme. Est-ce cela que provoque le pouvoir et la richesse sur certaines personnes ?

Un esclave déposa un grand bassin d'eau sur le sol et l'autre s'agenouilla devant la Conquérante. L'esclave étudia le bout des bottes de Xena tandis qu'il attendait l'ordre qui lui permettrait de les enlever et de lui laver les pieds.

La Conquérante comprit la signification de ce geste, "Procède."

"Attendez," s'écria puissamment Gabrielle, levant une main et stoppant les esclaves qui s'agitaient autour d'elle. "Majesté ?"

Xena se demanda ce qui contrariait tant Gabrielle. "Parles". La jeune femme sourit en la remerciant discrètement puis tourna son regard vers le Proconsul. La Conquérante était intriguée par la dureté qui s'était installée sur les traits normalement doucereux du visage de la jeune femme et du changement de son regard.

"Proconsul, désirez-vous discréditer la Dirigeante de la Grèce dans votre propre maison et apportez ainsi le déshonneur sur vous, votre demeure et tous Éphèse ?" Demanda-t-elle doucement.

Les yeux de Palaemon se rétrécirent, sa main se porta instinctivement sur le pommeau de son épée. Il n'avait jamais aimé le Proconsul, et ce, depuis leur première rencontre et son affection pour lui ne grandissait pas. Si Gabrielle disait que cette belette insultait sa Reine, il ne s'en tirerait pas comme ça.

Le front du Proconsul se couvrit de sueur et il prit conscience du sérieux de la situation dans laquelle il s'était mit. Xena n'avait pas bougé, ni même respirer, depuis que la jeune femme aux cheveux d'or rouge avait demandé la permission de parler. Il expulsa un souffle chevrotant et essaya de paraître calme, "je ne comprends pas ce que vous voulez dire. C'est notre tradition de laver les pieds de nos invités."

"Pas ceux des invités royaux." Des yeux verts le regardèrent avec défi, et audace dans l'expectative qu'il tente de la contredire. "Vos coutumes dictent que les pieds des invités royaux ne doivent pas être touchés par un esclave. Aucun invités royaux n'est contraints à se faire laver les pieds car ont présume, qu'ils apportent le sol de leur patrie dans votre maison, ce qui est un honneur. Ou dans le cas échéant le maître de la maison doit laver lui-même leurs pieds royaux, pour montrer sa déférence envers leurs souverains."

"Comment ?" Balbutia le Proconsul, étonné qu'elle sache tout ça. Il avait planifié que cela allait être son petit secret, quelque chose dont il pourrait se vanter au conseil Éphésien plus tard. Maintenant cela ne semblait pas être un si bon plan. Pas avec cette démone sombre qui le regardait fixement d'un air accusateur.

Gabrielle se tourna vers la Conquérante, "J'ai lu cela dans la bibliothèque de Salmoneus. J'ai alors demandé à son domestique si c'était une tradition courante. Il m'a assuré que oui. Je ne voulais pas que vous soyez déshonoré, Majesté."

Des yeux bleus et très en colère se tournèrent vers le Proconsul qui était tout à fait pâle maintenant. "Mauvais choix." Dit-elle à Palaemon, "Rassemble la Garde, nous partons."

"Immédiatement, Majesté." Palaemon salua la Conquérante. Comme il se retourna, il rencontra les yeux du Proconsul, et lui jeta un regard froid et découvrit les dents, le châtiment promettait mais il savait que cela serait remit à plus tard.

L'attention de la Conquérante se concentra sur le Proconsul, qui la regardait comme s'il allait tomber dans les pommes d'un moment à l'autre. En secouant la tête, elle parla d'une voix doucereuse, "je ne t'aurais pas porté préjudice pendant mon séjour ici. Maintenant tu ne me laisse pas le choix. Cependant avant que je ne te tue, il reste peut-être une solution. Fais-toi coopératif durant mon séjour ici et je te récompenserai en préservant ta cité. De l'autre côté si tu persiste sur cette mauvaise pente, je détruirai ta ville. Et ni toi, ni ton armée, ni même Artémis ne serez capable de m'arrêter. Mais soit certain que tu seras puni, je te promets une mort rapide."

L'homme tomba à genoux devant la Conquérante, tirant sur l'ourlet de sa cape. "S'il vous plaît, Conquérante… ne faites pas ça."

Xena haussa les épaules, tirant sa cape. "Pourquoi pas ? Ne viens-tu pas de m'insulter, d'insulter la Grèce toute entière. Je ne peux pas supporter ça, ni te permettre de ne pas punir ton geste."

"C'était une erreur, Conquérante. Une abhéra …" Il s'arrêta, quand il l'a vit commencer à tirer son épée. Ne lui ment pas. "J'ai eu tort. J'ai été stupide."

Xena s'accroupit, et posa son coude sur son genou. "Toutes les actions ont des conséquences, Proconsul. Tu t'attendais à ce que ton action me fasse tomber en disgrâce. Mais, au lieu de cela, c'est toi qui es victime de cette disgrâce."

"Ayez, pitié." Pria-t-il, les yeux remplis de larmes qui roulaient maintenant abondamment sur ses joues trempées se répandant partout sur son peignoir.

La Conquérante rit tandis qu'elle se levait à sa pleine hauteur. Elle secoua la tête, et se tourna pour le laisser à son triste sort et pour qu'il s'inquiète de son destin. Elle était presque certaine que seule cette attente le tuerait.

"Majesté ?" Dit doucement Gabrielle comme celle-ci passait à ses côtés en l'ignorant.

Autre chose ? "Oui, Gabrielle ?"

"La Pitié pourrait être une option envisageable." Gabrielle ignora le Proconsul comme il criait son accord. Je n'ai pas vraiment besoin que tu te ranges de mon côté espèce de crétin, pensa-t-elle en regardant en direction du Proconsul. "Un allié vivant vaut mieux qu'un ennemi mort."

Xena fronça les sourcils, en repliant ses bras sur sa poitrine. "Cela dépend de l'allié."

Gabrielle dirigea son attention vers l'homme qui la regardait avec des yeux suppliants. "Que connaissez-vous des expéditions en dedans et en dehors de la ville ?"

Une étincelle d'espoir enflamma l'homme. "Tout! Je sais tout!" Il essaya d'ignorer l'engourdissement qui s'était emparé de ses jambes depuis qu'il était à genoux. Il n'osa pas se remettre sur ses pieds.

Se contraignant à être patiente et à ne pas imiter la colère de la Conquérante, Gabrielle demanda, "Quels genres de choses ? S'il vous plaît, soyez spécifique."

"Je sais tout. Ce qui entre dans le port. Ce qui quitte la cité. Que ce soit par la mer ou par les routes. Des permis sont exigés pour des raisons fiscales, je dois tous les approuver. Et cela m'aide à assigner nos gardes sur la route. Par exemple, je sais si une expédition très importante veut se rendre à Miletus alors je peux déployer une plus grande escorte sur notre territoire."

Les yeux de Gabrielle rencontrèrent significativement ceux de la Conquérante face à la réponse du Proconsul.

Xena accepta le plan proposé par Gabrielle. Gardant les yeux fermement fixés sur Gabrielle, elle s'adressa au Proconsul, "Palaemon viendra ici demain. Si tu réponds correctement à ses questions, tu auras la vie sauve." Xena fit un geste vers la porte, indiquant à Gabrielle que la conversation était terminée. Par-dessus son épaule, elle s'adressa de nouveau à lui, "Et ne pense pas pouvoir te sauver en courant ou bien filer en douce. Je laisserai un escadron ici pour m'assurer de ton intégrité."

À l'extérieur dans la cour, la Conquérante referma sa main autour du bras de Gabrielle, et tira la petite femme à l'écart. "Merci, Gabrielle."

Les traits de Gabrielle se détendirent et un large sourire apparut sur son visage comme elle examinait la Conquérante. "Ça m'a fait plaisir. Je ne pouvais pas supporter qu'il vous insulte." Non, plus maintenant. Pas quand je commence à te connaître. Et que je découvre une femme que je peux respecter, une femme à qui je peux maintenant parler librement.

"Je sais qu'on me prend pour une barbare, même en Grèce." Elle secoua la tête d'un air piteux, "Particulièrement en Grèce."

Dans les yeux de Xena, pour un bref instant, Gabrielle put entrevoir la douleur que la Conquérante ressentait face à son peuple qui la détestait. Cela fit battre son cœur inexplicablement pour cette femme, elle-même devrait la détester pour ce qu'elle lui avait fait, mais elle n'y arrivait pas, plus maintenant. Elle ne pouvait plus trouver cette haine en elle. "C'est seulement parce que la Grèce ne connaît pas la dirigeante que je connais."

Xena essaya de trouver n'importe quelle insincérité dans les yeux verts qui soutenaient les siens. Tout ce qu'elle y trouva fut le printemps à Amphipolis. Xena essaya de formuler une réplique appropriée, mais s'en trouva incapable. Chaque fois qu'elle commençait à répondre, sa gorge se resserrait et ses yeux la piquaient. Je ne me rappel même pas la dernière fois où un de mes sujets ne m'a pas regardé comme si j'étais un démon sortit des Enfers ? J'ai essayé de tuer cette fille pour avoir eut le culot de parler une fois auparavant et maintenant elle lève la voix pour me protéger. Finalement, elle réussit à dire quelque chose, "j'ai cru comprendre qu'il y avait une troupe d'artistes qui venait…" Je peux à peine parler, et encore moins penser convenablement maintenant. D'où a-t-elle dit que cette damnée troupe venait ?

"Perse," fournit Gabrielle en guise de réponse, notant le malaise de la Conquérante.

Xena inclina la tête, en resserrant momentanément sa prise sur le bras de Gabrielle. "De Perse oui." Exhalant un profond soupir Xena continua, "je me demandais si tu aimerais les voir performer ce soir. Puisque nos autres plans ont été si grossièrement annulés."

"Pensez-vous que nous pourrons y avoir des places ?" Demanda la femme aux cheveux blonds, ne voulant pas se faire de faux espoirs pour ensuite être déçue.

Cette fois se fut Xena qui esquissa un de ses rarissimes sourires et qui alluma dans ses yeux une nuance bleue vibrante. "Je pense que je pourrais être en mesure de nous dénicher des billets. Ma réputation de barbare devrait être utile pour accomplir autre chose, qu'effrayer les femmes et les petits enfants." Regardant par-dessus l'épaule de Gabrielle, elle fit signe à Palaemon.

"Majesté?"

"Une soirée au théâtre est à l'ordre du jour, Palaemon. Prends cinq hommes et prends des dispositions à cet effet je veux de bonnes places pour nous. Et une sécurité appropriée."

"Oui, Majesté. Ce sera fait." Je ne pensais même pas qu'elle pouvait reconnaître un théâtre, encore moins y aller. Il choisit rapidement quelques hommes pour l'accompagner et ils se mirent en route. Ce soir ça continue seulement à s'améliorer. Je me demande ce qui peut encore arriver d'intéressant ?
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 7:59

Chapitre 17

Gabrielle était complètement surexcitée. Rien dans son éducation à Poteideia, ni dans son temps passé à Corinthe, ne l'avait préparée pour le théâtre Éphésien. Situé à mi-chemin du Mont Prion, le théâtre pouvait accueillir plus de cinquante milles spectateurs et il était rempli à pleine capacité pour la performance de ce soir. Gabrielle essaya d'étudier les visages d'autant de gens qu'elle le put, intriguée par la multitude de nationalités différentes représentées. "D'où vient cet homme, Majesté ?" Demanda-t-elle, indiquant un homme portant un turban blanc.

Les yeux de la Conquérante se dirigèrent vers le bras de Gabrielle pour ensuite suivre la direction de son doigt avant de pouvoir discerner l'homme. "Je dirais qu'il est de Perse, comme les artistes."

"Hmm. Je me demandais à quoi ils ressemblaient," répondit la jeune femme. "Et la femme, trois - non - quatre personnes plus à gauche. D'où vient-elle ?"

Xena trouva la femme facilement. Elle portait une robe bleue saphir, qui accentuait la teinte olivâtre de sa peau, ses yeux sombres et ses cheveux d'un noir d'encre. Une amulette d'or encerclait son biceps gauche. "Elle est Égyptienne. Comme Cefan."

Un sillon apparut entre les sourcils de Gabrielle, "Mais Cefan à la peau tellement plus foncée. Et ses cheveux sont bouclés."

"C'est vrai. Les parents de Cefan se sont installés en Égypte quand elle était enfant. Elle est de la nation plus au sud. De ce que Cefan m'a dit, ce sont des gens féroces. Mais elle se considère Égyptienne. C'est la seule maison qu'elle n'a jamais connue, en plus de la Grèce."

Hochant la tête en guise de compréhension, Gabrielle vit une autre personne et s'informa. "Et cet homme ?"

L'homme en question était grand, avec une longue barbe. Il portait une robe pourpre sous sa tunique blanche, les replis de ses manches étaient cousus de fils d'or. Sur sa tunique était gravé des symboles au niveau de son cœur - un dragon pareil à un serpent dévorant sa propre queue. Ses yeux semblaient errer sur la foule, s'arrêtant quand ils rencontrèrent le regard fixe de la Conquérante. "C'est un mage, Gabrielle. Il vaut mieux rester loin des hommes comme lui."

"Pourquoi, que font-ils ?"

"Ils vous trompent." La réponse s'échappa de ses lèvres avec plus d'amertume qu'elle ne l'aurait voulu. En se raclant la gorge, elle continua, "Et toi, mon oracle, tu ne dis seulement que la vérité" Xena dit cette dernière phrase d'un ton léger, ne voulant pas gâcher l'humeur de la soirée.

"Toujours, Conquérante." Soupira-t-elle en se recalant dans son siège pour attendre que le spectacle commence. La Conquérante s'était à demi tournée dans son siège pour attirer l'attention de Palaemon. "Bon choix."

Le Capitaine inclina la tête, "Merci, Majesté. Mais en fait c'est votre influence qui m'a permis d'arranger ceci. Le manager du théâtre tenait à tout prix à vous loger et à ce que tout soit selon vos bons vœux."

Xena rit sous cape et regarda la première rangée, puis la section centrale dans laquelle elles se trouvaient. Et les quatre rangées derrière elle qui avait été réservées pour ses gardes. "De quelle atrocité l'as-tu menacé s'il ne se soumettait pas volontairement ?"

"Majesté, je lui ai simplement fait comprendre qu'il était dans son intérêt d'entretenir des relations favorables avec vous. Je suis heureux que cet Éphésien ne soit pas aussi stupide que celui que nous venons de quitter." Il inclina la tête, amenant sa bouche près de son oreille. "Tuerai-je le Proconsul demain, Majesté ?" Il savait que Gabrielle ne devait pas entendre sa question, la Conquérante ne le voudrait pas non plus d'ailleurs.

La bouche de Xena se rétracta en une mince ligne. "Laisse-le vivre, pour le moment. Mais … assure-toi qu'il soit incapable d'avertir les hommes de César. Cela me déplairait énormément."

"Oui, Majesté, comme vous voudrez." Palaemon commença à considérer les diverses façons de faire pour atteindre les objectifs de son Général.

Tout à coup, l'air de la nuit fut rempli de sons d'instruments peu familiers à Gabrielle. En jetant un coup d'œil en direction des musiciens, elle vit un certain nombre d'hommes et de femmes étrangement vêtus dans une alcôve en forme de coquillage. Ils manipulaient toutes sortes d'instruments à cordes et à vent, qu'elle ne reconnaissait pas. Mais elle trouvait que les sons qu'ils produisaient étaient envoûtants. En fermant les yeux, elle permit à la musique de s'insinuer en elle et de s'emparer d'elle.

Prenant une profonde inspiration, elle sentit la fumée parfumée des torches qui embaumait l'air de la nuit, elle constata que tout était parfait. Je ne pense pas avoir été aussi heureuse depuis Draco. Je parcours finalement des contrées lointaines. Je suis dans ce qui doit être le plus grand théâtre au monde Et je suis assise à côté de la femme la plus redoutée au monde.

Je ne pensais jamais finir comme ça.

La Conquérante réussit à m'étonner jour après jour et elle se montre au-dessus de toutes mes espérances. J'ai participé au concours de vérité pour pouvoir lui parler. Je voulais lui dire qu'elle n'avait pas à être la dirigeante brutale qu'elle était, qu'elle n'avait pas à faire souffrir les gens pour les forcer à se conformer à ses exigences et accepter ses décrets. Je pensais qu'elle recourait à la violence parce qu'elle n'était pas assez intelligente pour faire autrement. Maintenant, je sais que c'est faux. Elle est un des leaders les plus brillants que j'ai jamais rencontrés. C'est simplement sa douleur et son appréhension à être trahie qui font que ses premières pensées sont toujours enclines à la violence.

Je regrette de ne pas savoir ce qui lui est arrivé pour qu'elle devienne comme ça.

Inconsciemment, la main de Gabrielle se déplaça aux bas de ses jambes et elle massa légèrement ses muscles. Elles ne me font presque plus mal maintenant. Je n'ai plus autant besoin de mon bâton qu'auparavant quand je marche. Et l'huile que la Conquérante m'a donnée et dont elle fait usage pour me masser atténue l'engourdissement et la douleur de mes muscles. C'est stupéfiant comme je marche toujours mieux après une de ces séances. Le plus surprenant, c'est que je pense que tout ce voyage et toutes ces marches à pied ont été bénéfiques pour moi. Arrol me traitait comme si j'étais un objet fragile et cassant après l'épisode de la croix. Peut-être que cela a même ralenti ma guérison. Je pense que dans moins d'un autre quartier de lune, je n'aurai même plus besoin de mon bâton.

"Gabrielle," Chuchota Xena, notant le regard lointain dans les yeux de sa jeune oracle.

Gabrielle sursauta légèrement dans son siège et avec embarras ses yeux rencontrèrent ceux de la Conquérante. "Désolée, je réfléchissais."

"Le spectacle commence."

Ses yeux se tournèrent vers la scène et elle vit un bouffon, paré dans un costume blanc. Une multitude de rubans rouge, vert, jaune et bleu étaient suspendus au costume. Le visage du bouffon était peint en blanc, à part ses lèvres qui étaient peintes en rouge. Même les cheveux bruns de l'homme avaient été recouverts de poudre pour correspondre au costume. Le bouffon prit une corde sur le plancher de la scène et commença à la faire tournoyer autour de son corps.

Gabrielle était fascinée, la corde semblait prendre vie dans les mains du bouffon. Elle observa pendant qu'il la laissa filer dans les airs, la faisant se tordre en des formes diverses. Il la jeta alors sur un des chevrons de l'auvent au-dessus de la scène. Elle vit encore deux hommes parés comme des bouffons apparaître sur le chevron, ils marchèrent sur le mince rebord comme s'ils avaient marché sur la terre ferme. Haletant, elle pointa son doigt vers un des bouffons qui venait d'effectuer un saut périlleux dans les airs et qui avait atterrit sans difficulté sur le même chevron d'où il s'était élancé.

Xena avait déjà vu des cirques comme celui-là auparavant. Les acrobates étaient toujours stupéfiants à regarder, mais elle n'avait jamais pensé ressentir ce qu'elle ressentait à les observer avec quelqu'un comme Gabrielle. La jeune oracle était emballée par toutes les nouvelles choses qu'elle voyait. C'est pourquoi Xena observait la femme aux cheveux blonds presque autant qu'elle observait les artistes.

Les bouffons qui se déplaçaient sur la poutre, garantirent la corde et en attachèrent deux autres. Bientôt les trois hommes montaient aux cordes. Employant l'élan de leurs corps, ils commencèrent à se balancer sur les cordes en faisant des cercles au-dessus de la scène. Alors, dans un mouvement rapide, ils lâchèrent leur corde respective et se lancèrent sur celle qui se trouvait devant eux se remplaçant mutuellement. Ils répétèrent cette manœuvre encore deux fois, afin que chaque bouffon se retrouve sur sa propre corde. Un murmure collectif monta de l'audience, les bouffons ne semblaient pas encore avoir atteint les limites de leurs talents. Ils s'élancèrent une fois de plus vers les poutres et exécutèrent un équilibre parfait sur les mains, pour ensuite se laisser glisser vers la scène.

Un autre murmure. Celui-là de soulagement quand les bouffons saisirent leurs cordes au dernier moment, stoppant leur chute à moins d'une tête de la scène.

Se laissant légèrement tomber par terre, les trois hommes saluèrent profondément et quittèrent la scène. Un homme passa à l'intérieur d'une grande roue. L'homme était paré dans un costume bleu foncé qui couvrait son corps tout entier, y compris sa tête, avec seulement des fentes étroites pour ses yeux et sa bouche.

La roue était faite de métal et son diamètre était à peine plus grand que l'homme qui se trouvait à l'intérieur. La roue était modelée en deux cercles liés ensemble par six barres espacées de façon égale autour de sa circonférence. Il y avait aussi plusieurs courroies en cuir à l'intérieur de celle-ci pour que l'homme puisse s'y accrocher. En changeant son centre de gravité, l'homme pouvait propulser la roue à travers la scène.

"Je serais si étourdie," chuchota Gabrielle à la Conquérante, tandis qu'elle regardait l'homme se retourner à l'envers. À cette réplique, l'homme arrêta la roue quand il fut à l'horizontal par rapport au sol. D'un mouvement de ses hanches, il recommença à rouler dans l'autre sens jusqu'à ce qu'il atteigne l'autre côté de la scène, l'homme renversa les épaules. À ce mouvement, la roue commença à rouler sur le rebord de la scène, pareille à un dinar qui tournoie sur la surface lisse d'une table. Chaque fois, il semblait que la roue viendrait se poser à plat sur la scène, mais à chaque fois l'homme courbait son dos et le cycle recommencerait à nouveau. L'audience applaudit à tout rompre, acclamant avec force l'homme qui faisait preuve d'une coordination hors du commun. Gabrielle se joignit à eux.

L'homme redressa alors la roue et commença à se déplacer à travers la scène. Pensant qu'il n'y avait peut-être pas d'autres numéros à venir, Gabrielle tourna les yeux vers sa compagne et découvrit que la Conquérante l'observait. Avant que l'une ou l'autre ne puisse parler, un balbutiement venant de l'auditoire attira leur attention à nouveau vers l'homme.

Il s'était propulsé sur la roue et replongeait à l'intérieur comme elle était sur le point de lui rouler dessus. Il refit ce mouvement plusieurs fois, plongeant dedans et dehors de la roue métallique, même pas une seule fois il ne dérapa, glissa ou s'arrêta. Il rappelait à Gabrielle les poissons qu'elle avait observés pendant leur traversée à Éphèse, ceux qui avaient suivi les sillons du bateau en sautant de temps à autre au-dessus de la surface.

L'homme dans la roue quitta la scène tandis que trois grands cerceaux suspendus s'abaissèrent des poutrelles. À l'intérieur de chaque cerceau se trouvait une fille, qui prenait des poses artistiques. Les cerceaux furent abaissés à des hauteurs différentes et les filles commencèrent leurs mouvements chorégraphiques. Elles tournoyaient, se roulant autour d'eux gracieusement, s'arrêtant quand leurs pieds s'accrochaient autour de ceux-ci et se tenaient là suspendues à l'envers dans les airs.

C'était une étrange vision, car elles portaient un costume blanc qui semblait souillé de sang au niveau des poignets et de la poitrine. Elles ressemblaient à des cadavres accrochés au-dessus de la terre, suspendus là, sans vie.

Un retour en arrière qui ramena Gabrielle vers la croix, elle laissa échapper un faible gémissement et ferma les yeux. Tu n'es plus là-bas désormais. Tu es en lieux sûrs. Tu es en sécurité. Respire, Gabrielle.

"Est-ce que ça va ?" Demanda la Conquérante contre son oreille.

Gabrielle secoua la tête vigoureusement pour chasser cette image de sa tête. "Oui, merci." Puis elle fixa des yeux résolus sur les acrobates.

Xena jeta un coup d'œil vers la scène essayant de discerner ce qui avait pu bouleverser sa compagne. Alors elle comprit - ceux qui lui avaient particulièrement déplu était toujours crucifiés à l'envers et on leur transperçait le flanc avec une épée. Ces trois filles avaient inconsciemment chorégraphié cette pose.

Ça lui rappelle la croix sur laquelle tu l'as toi-même mise. Tu peux prétendre qu'elle est seulement quelqu'un qui s'est par hasard présenté pour le concours, mais la vérité reste que tu as essayé de la tuer. Obligeant ses pensées à se calmer, Xena recommença à regarder le spectacle.

Une des filles se retourna et flotta ainsi au-dessus de la scène les bras enroulés à l'intérieur du cercle, sans rien d'autre. Tandis qu'elle se balançait et que son corps se tendit, une autre fille plongea et s'agrippa à celle-ci. Ensemble elles se balancèrent au-dessus de la scène, toutes les deux dépendantes de la force des bras de la première.

Une femme dans l'audience cria quand la fille lâcha son cerceau, ce qui les fit tomber à toute vitesse vers le sol, avant qu'elle ne touche le sol la troisième attrapa un autre cerceau et les agrippa de ses mains. Là, elle se balancèrent jusqu'à ce qu'une des filles effectue un saut périlleux et atterrisse en sécurité sur la scène. Les deux autres en firent de même et bientôt toutes les trois saluèrent la foule.

"WOW," s'écria Gabrielle, essayant de soulager le regard préoccupé que la Conquérante lui accordait. Les trois cerceaux remontèrent et trois rubans rouges s'abaissèrent. Une femme marcha sur la scène. Elle était parée de la même nuance rouge que les rubans. Elle s'avança encore et saisit le ruban du centre et se mit à grimper jusqu'en haut. Une fois là, elle commença à effectuer une série de mouvements en employant les trois rubans - s'y enroulant, s'y accrochant, et se glissant entre eux.

Cela ressemblait à une danse pensa Gabrielle, sauf que celle-ci était exécutée à environ cinq longueurs de corps du sol. La femme fit une pause et enroula un des rubans autour de sa cuisse droite. Une fois garantie, elle lâcha tous les rubans et commença à balancer son corps, qui était maintenant soutenu seulement par le ruban en place autour de sa cuisse. Elle exécuta une danse des voiles, en employant les rubans à cet effet. "C'est très beau, n'est-ce pas ?" Demanda la Conquérante.

Gabrielle hocha la tête, "Elle a un parfait contrôle de son corps. Je n'ai jamais rien vu de tel."

La femme se plia et enroula maintenant un des rubans fermement autour de sa taille. Alors elle sembla glisser et partir à la renverse. Dégringolant vers la terre, les rubans semblaient s'être emmêlés autour d'elle, on aurait dit qu'une épouvantable erreur avait été commise.

L'audience retint son souffle attendant l'inévitable.

Gabrielle, incapable de se porter au secours de la femme, tendit la main et saisit celle de la Conquérante en fermant les yeux. Elle les ouvrit quand elle entendit les applaudissements sauvages de la foule. La femme avait arrêté sa chute à environ une main du plancher. Son corps était droit, planant sur sa surface, chaque muscle de son corps lui obéissant parfaitement.

Gabrielle pensa à applaudir et ce fut à cet instant qu'elle remarqua qu'elle s'était emparée de la main de la Conquérante. La première pensée qui lui traversa l'esprit fut que la main de celle-ci était beaucoup plus douce qu'elle ne l'aurait cru. Cela doit être le résultat de toute l'huile qu'elle utilise pour son épée et ses cuirs. Ce n'est certainement pas parce qu'elle n'est pas habituée de travailler dur. Incapable de se retenir, un de ses doigts traça un chemin le long de la paume de la Conquérante.

Une paire de yeux très bleus captura les siens pour ensuite regarder en bas vers leurs mains entrelacées. Un petit sourire traversa les lèvres de Xena comme elle prit fermement la main plus petite de Gabrielle entièrement dans la sienne. Son pouce caressa doucement le dos de la main de la jeune femme, envoyant une intense sensation de chaleur entre elle et sa compagne. Peut-être peut-elle me pardonner pour le mal que je lui ai fait après tout.

Gabrielle décida qu'il y avait assez de gens dans l'auditoire qui applaudissait. Ses mains ne seraient pas nécessaires ; Elles pouvaient rester à l'endroit où elles se trouvaient pour tout le reste de la nuit.

De l'autre côté, Palaemon observa la Conquérante tenir la main de la jeune femme avec une tendresse qu'il ne lui avait jamais vu démontrer auparavant. Il ferma les yeux et pour un court instant, il put presque sentir la chaleur de la main de Gabrielle comme si elle avait été dans la sienne. Et il sut à coup sûr que son cœur ne serait jamais plus tout à fait le même.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:00

Chapitre 18

Le matin suivant trouva la Conquérante éveillée avant l'aube, occupée à discuter avec Palaemon et Cefan. Xena s'était éveillée plus en forme et régénérée qu'elle ne l'avait été depuis des semaines. "A-t-on envoyé les sentinelles sur la route ?" La vie était belle. Elle allait humilier César, duper les Amazones et revenir à Corinthe avec une nouvelle amie. Un voyage très profitable après tout.

"Ils ont quitté voilà environ la moitié d'une marque de chandelle, Majesté. Nous aurons leur rapport avant la tombée de la nuit." Xena inclina la tête pensivement, "Vois à ce qu'ils se rapportent à moi directement. Palaemon, es-tu prêt pour ta petite visite à ton Proconsul Éphésien préféré ?"

"Majesté, vous saurez quand César projette de déplacer ses armes et quel itinéraire il empruntera."

"Assure-toi de la véracité de ses dires avant de le rendre incapable de répandre la nouvelle. Je ne voudrais pas me faire couper l'herbe sous les pieds. Et il doit savoir ce qu'implique la pénalité s'il raconte des mensonges." Son regard se durcit ne laissant aucun doute sur ce qu'elle voulait dire par pénalité.

Palaemon gronda, "Ce sera fait, Majesté." Il était toujours en rogne par le traitement qu'avait fomenté le Proconsul envers sa dirigeante. Il avait depuis longtemps décidé que son honneur était lié avec celui de son leader.

La Conquérante connaissait les sentiments que son capitaine nourrissait à son égard et cela lui donnait l'assurance que ses ordres seraient appliqués à la lettre. "Parfait. Cefan, as-tu détruit toutes ces insipides assiettes que Salmoneus avait fait faire ?"

La guerrière à la peau sombre rit et fléchit son biceps, "Elles ont été réduites en poussière, Majesté. Ça m'a rappelé mon enfance. Les fois où j'essayais d'aider ma mère à la cuisine, inévitablement je finissais toujours par casser quelque chose. Je me suis bien amusée cette nuit. Et mes hommes aussi."

Et moi donc, pensa la Conquérante se rappelant les moments passés en compagnie de Gabrielle. Secouant la tête, elle laissa son regard errer autour de la grande propriété de Salmoneus. "Où est notre hôte ? Il n'est pas encore venu me gratifier de ses flatteries. Quelque chose ne va pas avec lui ?"

Il était impossible de ne pas voir la teinte légèrement colorée que prirent les joues de Cefan. "J'ai peur d'avoir un rapport avec ça, Majesté." Le silence de Xena l'encouragea à continuer. "Je l'ai surpris pendant qu'il essayait de sauver certaines assiettes compromettantes de la destruction cette nuit. Je … uh … lui ai expliqué … que ce n'était pas une bonne idée."

"Tu ne l'as tout de même pas tué ?" Demanda la Conquérante, légèrement étonnée de se rendre compte qu'elle se faisait du souci pour ce jovial vendeur.

"Non, non, Majesté. Je pense que je lui ai fait peur. Il a décrété qu'il devait aller jeter un œil sur ses affaires quelque part à l'extérieur d'Éphèse."

Xena retint un rire, imaginant le petit homme costaud prendre la poudre d'escampette après avoir fait la rencontre de son intense lieutenant. "Bien, au moins ce sera plus tranquille par ici pendant quelque temps." Mais elle avait espéré que son hôte tiendrait compagnie à Gabrielle. Elle devrait trouver une alternative. "J'ai l'intention de faire une petite visite au temple d'Artémis aujourd'hui. Je dois fournir une distraction aux Amazones. Et éviter que les romains ne soupçonnent les vrais motifs de ma présence ici."

"Devrais-je vous escorter, Majesté ? Les Amazones ne prendront pas votre visite sur le site de leur temple sacré à la légère." Dit raisonnablement Cefan.

"Non." Une idée se forma dans son esprit. "Je veux que tu escortes Gabrielle aujourd'hui. Elle voudra visiter certains sites d'Éphèse et elle ne peut pas venir avec moi."

L'Égyptienne avala avec difficulté et employa chacune de ses ressources intérieures pour ne pas réagir. Sous la table, sa main se serra en un poing et ses ongles s'enfoncèrent dans la paume de sa main. "Pardonnez-moi, Majesté ?"

La Conquérante fixa ses yeux bleus pâles sur son lieutenant. "Tu as un problème avec cet ordre, Cefan ?"

"Non, Majesté, bien-sûr que non."

Un sourire traversa les lèvres de la Conquérante, mais il était exempt de chaleur, "Bien". La Conquérante quitta la pièce sans dire un mot.

Palaemon se retourna vers son commandant en second et secoua la tête, "Quel est le problème?"

"C'est sa domestique. Quand suis-je devenue une bonne d'enfants pour fille estropiée ? Je suis un officier de la Garde Royale, je te seconde."

Une grande main se leva pour arrêter les protestations de la femme. "Gabrielle est son nom. Et si la Conquérante te dit que tu dois l'escorter, tu le fais."

Les yeux bruns de Cefan semblèrent s'obscurcir et plus encore quand elle se pencha en avant pour parler à l'oreille de son commandant. "Il ne te semble pas étrange qu'une femme que la Conquérante à condamner à la crucifixion soit toujours vivante et qui plus est, voyage avec nous ? Elle est tout miel, raconte des histoires et séduit même la Conquérante en personne. Je n'y crois pas. Pardonnerais-tu quelqu'un qui a essayé de te tuer ?"

Entendant cela Palaemon fut sur le point de protester, elle étendit la main et saisit son poignet, avant qu'il ne puisse le faire. "Et comment penses-tu qu'elle ait réussi à descendre de cette croix ? Quelqu'un doit l'avoir aidée. Probablement un membre du personnel de la Conquérante. Nous savons que celle-ci a des ennemis, même dans ses rangs, probablement même dans la Garde. Pourquoi devons-nous accepter cette fille sans rien dire et sans douter d'elle ? Et pourquoi dois-je lui servir de guide touristique ? "

Palaemon dut admettre qu'elle marquait un point. Gabrielle ne semble pas avoir une once d'hostilité envers la Conquérante, mais peut-être est-elle bonne actrice. C'est une conteuse vraiment hors pair. "Cefan, je suis certain que tu seras le meilleur guide touristique qu'Éphèse n'ait jamais connu. Je dois m'occuper de mes ordres. Et toi aussi."

Dans un souffle Cefan murmura, "Mais je ne suis pas obligée d'aimer ça."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:00

Chapitre 19

La Conquérante commença descendre vers le temple juste après l'aube. Accompagnée d'un escadron de Gardes Royales qui restait à une distance respectable, son approche semblait donc solitaire. C'était une déclaration ouverte qu'elle faisait aux Amazones : je vous ai défaits toute seule en Grèce et je peux faire la même chose ici à Éphèse. Elle entendit un cri d'oiseau tandis qu'elle approchait du site et reconnut le signal des sentinelles Amazones. Un sourire sauvage se dessina sur ses lèvres, puis elle leva le bras derrière sa tête et défit le lacet qui retenait sa chevelure. La légère brise méditerranéenne souleva quelques mèches sombres, la faisant paraître encore plus primitive et dangereuse. C'était exactement l'image qu'elle voulait donner.

Elle ne l'admettrait jamais à personne, mais elle trouvait que le temple était magnifique, quoique ce soit une honte qu'il ait été consacré à Artémis. Bien-sûr, elle aurait encore moins voulu qu'il soit dédié à Arès.

Aucun des Dieux de l'Olympe n'était digne d'être adoré et elle le savait. Ils étaient aussi malléables que les mortels, et parfois même plus. Ils avaient aussi leurs petites querelles et leurs petits conflits et à vrai dire, elle les considérait comme des êtres pas très intelligents.

Tandis que cette pensée lui traversait l'esprit, elle frissonna instinctivement, ressentant la présence de son sombre mentor. "Hello, Arès."

Le Dieu de la Guerre se matérialisa à côté d'elle et se pencha en avant en laissant ses lèvres frôler sa joue. "Xena". Ses doigts tracèrent un chemin le long de son oreille jusqu'en bas de son épaule. "Tu t'es levée tôt."

Elle rencontra son regard fixe et fronça les sourcils, "Qu'est-ce que tu veux ?"

Le Dieu se redressa à sa pleine hauteur et caressa sa barbe pensivement. "Toi". Ses yeux vagabondèrent sur son corps musclé et ses mains suivirent.

La Conquérante roula ses yeux, les hommes - Dieux ou pas - étaient si prévisibles. "Je suis un peu occupée en ce moment." Dit-elle en secouant la tête, puis elle reprit sa route vers le temple.

"Artémis sait que tu viens. Les Amazones sont prêtes à te recevoir."

Xena s'arrêta encore une fois et se tourna pour faire face au Dieu. "Je n'ai pas exactement caché mon arrivée à Éphèse, Arès. Où veux-tu en venir ?"

"Il se pourrait qu'elles aient une ou deux surprises en réserve pour toi. Sois prudente. Je ne voudrais pas que mon Élue se fasse esquinter d'aucune façon que ce soit. Pas quand j'ai tant de projet pour elle." Il lui agrippa le menton et l'embrassa sauvagement, la revendiquant comme si elle était sienne. "N'oublie pas à qui tu appartiens."

Xena planta ses yeux fermement dans les siens. "À moi-même. Toujours, à moi-même."

"Nous verrons," lui promit-il pour ensuite disparaître dans un flash de lumière.

***

Éponin postée aux côtés de Terreis devant le temple, avait observé l'approche de la Conquérante. "Pourquoi s'est-elle arrêtée, Ter ?"

La Reine des Amazones haussa les épaules, "Je n'en sais rien." Aucune des deux femmes n'avait vu Arès se matérialiser devant Xena, l'empêchant du coup de progresser. "Combien d'hommes sont avec elle ?"

Éponin se tourna vers la sentinelle pour leur soutirer cette information, "Vingt. Ils sont à trente pieds d'elle, dispersés ici et là. Nous pourrions les vaincre, ma Reine."

"Non, pas encore. Quand nous attaquerons, Éponin, ce sera pour tuer la Destructrice, et pas seulement pour la blesser."

Éponin détestait ne pas passer à l'action quand l'objet de sa haine était à portée de tir. Sa main se porta à la poignée de son épée, pour s'assurer encore une fois qu'elle était bien en place. Rien n'aurait fait plus plaisir à la grande guerrière que dégainer son épée à l'arête tranchante comme un rasoir, lâcher un cri de guerre et courir engager la Destructrice en combat singulier. Son épée avait appartenu à sa mère, qui avait aussi été une vaillante guerrière. C'était la même lame qu'elle avait utilisée pour défaire Fila, la dernière grande menace de la Nation. "Je prie Artémis pour que ce soit bientôt."

Terreis se rappela les mots de Clymera et les répéta, "Bientôt la Conquérante sera à genoux." Et bientôt je serai aux portes des Champs Élysées. J'espère que je verrai la Conquérante mourir d'abord.

"Que fait-elle maintenant ?" Demanda Éponin, exaspérée de ne rien faire, et n'ayant pas confiance en sa propre vue. La Reine souleva les épaules, "Assise. Elle est assise."

Xena étouffa un rire comme elle s'installa sur le banc près de l'entrée du temple. Elle savait que les Amazones se demanderaient ce qu'elle faisait, et pourquoi elle n'essayait pas d'entrer au temple. Négligemment elle se pencha en arrière contre la pierre et ferma les yeux, en se détendant dans la chaleur du soleil et l'odeur saline de la mer. Levant sa main droite, elle fit signe à un de ses hommes.

Le soldat se dépêcha de donner à la Conquérante les articles qu'elle lui avait précédemment confiés. "Autre chose, Majesté ?"

En secouant la tête, elle remercia le jeune soldat fraîchement rasé. Déroulant le parchemin, elle commença à esquisser la disposition du temple avec le bâton de charbon de bois qu'il lui avait remis. Elle n'avait pas fait cela depuis la fois ou elle s'était préparée à envahir Corinthe, quand elle s'était assise sur une colline voisine et avait personnellement esquissé une carte complète de la ville. Cela avait été très avantageux pour elle, elle avait mémorisé chaque allée, chaque bâtiment, chaque sortie et entrée. Mémoriser les détails l'avait toujours bien servie.

Elle savait aussi que cela rendrait les Amazones folles. Et Xena fut contente de s'être assise là et les tenir toute la journée occupée à garder leur attention fixée sur elle et non pas sur son vrai objectif. Les hommes de César, la Conquérante sentit qu'elle allait venir à bout de ce petit problème. Même si les Amazones devaient s'allier à eux, ce sera seulement un plus grand défi. Fais-leur croire que c'est après leur or que tu en as - ce qu'elle prendrait peut-être en guise de prime pour sa Garde Royale - et reste près de leur temple.

Éponin pouvait à peine se retenir. Trois marques de chandelles étaient déjà passées et rien n'était arrivé. "Est-ce que cette maudite démone va rester là toute la journée à faire des croquis ? Nourrit-elle le projet de vendre à gros prix ses portraits aux visiteurs du temple?" La guerrière dégaina à nouveau son épée.

La Reine des Amazones se pencha et retira l'épée des mains d'Éponin. "Tu me rends nerveuse, Ep." Reposant sa lame à travers ses genoux, Terreis fixa à nouveau la guerrière aux cheveux noirs qui était toujours assise en train de dessiner. "Avais-tu jamais pensé la revoir ?"

Un grognement se fit entendre. "J'avais espéré la revoir sur un champ de bataille, quand nous aurions repris nos terres légitimes en Grèce."

"Je me rappelle l'avoir regardée tuer Melosa et, pendant des années, tout ce à quoi j'ai pu rêver était de prendre ma revanche. Mais quand elle nous a conduits hors de la Grèce et nous a forcés à nous retrancher ici… je me suis surprise moi-même à espérer ne jamais la revoir."

Éponin fut étonnée. "Tu ne veux pas venger la mort de ta sœur ? Elle l'a tuée Varia sous le drapeau blanc de la trêve."

La Reine repoussa une mèche rousse de ses yeux et fit tout son possible pour se calmer et garder une attitude calme. "J'ai toujours su que sa présence signifierait ma mort."

"De quoi parles-tu, Ter ?" Dit la grande femme en poussant son épaule, essayant de changer les idées de son amie. "Il y a une centaine d'Amazones qui mourront avant qu'elle ne puisse te faire du mal."

"Si le souhait d'Artémis est que je meurs, alors cent Amazones auront perdu leur vie en vain. Et je ne suis pas plus importante que la Nation." Terreis s'empara de la main droite d'Éponin, l'étreignant fermement. "Si quelque chose devait m'arriver, promets-moi que tu t'occuperas d'Éphiny."

Éponin n'aimait pas la façon dont Terreis parlait ; elle savait que les soldats qui parlaient de leurs morts, avaient déjà un pied dans la tombe. "Rien ne t'arrivera. Je ne ferai pas de promesses que je ne pourrai pas tenir."

"J'ai besoin que tu me le promettes, mon amie. Éphiny a toujours été un peu-"

"Fragile." La coupa Éponin.

La Reine hocha la tête, sa sœur de sang n'avait jamais été de forte constitution et était la plus gentille personne qu'elle connaisse. Elle était une guerrière adéquate, mais n'avait pas l'esprit féroce qui était nécessaire pour exceller au combat, comme Éponin d'ailleurs. Sa plus grande force résidait en sa capacité à négocier des accords entre des parties disparates. Terreis s'inquiétait pour sa compagne, elle voulait s'assurer que l'on s'occupe d'Éphiny après sa mort. Elle était certaine que la Nation s'occuperait des besoins physiques d'Éphiny - Les Amazones s'occupaient toujours très bien de leur amie, tout particulièrement de la veuve de la Reine - mais Terreis voulait que quelqu'un se charge spécifiquement des besoins émotionnels de sa compagne. Il est temps d'obtenir quelques faveurs, Pensa Terreis. "Ouais, fragile. Et si je ne suis plus ici pour la protéger, je m'attends, à ce que toi, ma meilleure amie, le fasse."

Éponin la regarda avec les yeux grands comme des soucoupes, "Tu veux que je me lie à elle ? Ter… nous nous entre-tuerions … ça ne marcherait jamais …" bafouilla-t-elle.

Terreis était atterrée. Elle n'avait même pas pensé un seul instant à ce que quelqu'un d'autre se lie avec Éphiny. "J'espère qu'elle me pleurera un peu plus longtemps que ça tout de même," fut la seule réponse qu'elle réussit à formuler. C'était inévitable, Éphiny était trop sentimentale pour ne pas tomber amoureuse de nouveau, Terreis n'avait juste pas pensé à cela encore. En refoulant ses larmes, elle continua, "Non, tu n'es pas forcée de te lier à elle, Ep. Promets-moi seulement que tu veilleras sur elle. Comme tu l'as toujours fait pour moi."

La guerrière vit le désespoir dans les yeux de Terreis et inclina lentement la tête, puis échangea une étreinte avec sa Reine, sa meilleure amie. "Je te le promets, mon amie. Et j'ai l'intention de faire en sorte que cette promesse ne soit pas applicable avant cinquante bonnes années."

"Merci, Éponin."

Les deux Amazones retournèrent leur attention vers la figure sombre et silencieuse de l'autre côté de la route.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:00

Chapitre 20

Gabrielle était debout au pied de la Bibliothèque de Celsus et laissait son regard vagabonder lentement sur l'étonnante façade. Dans sa brève marche vers la bibliothèque, elle n'avait pas oublié la décoration qui ornait le bâtiment et avait été transportée quand Cefan lui avait annoncé qu'elles pourraient la visiter ce matin.

Elle avait été déçue que la Conquérante soit partie avant même qu'elle ne se réveille. Mais pas surprise puisqu'elle voyageait avec la dirigeante depuis assez longtemps pour savoir que Xena se levait toujours avant l'aube. Comment fait-elle ? Ce n'est pas naturel. Mais, en fait, elle ne fait rien comme les autres. Peut-être est-ce pour ça qu'elle est la Conquérante et que le reste d'entre nous ne l'est pas. Elle ne put s'empêcher de remarquer que Cefan n'avait pas l'air heureuse de l'accompagner. Cela surprit tout de même Gabrielle, parce qu'elle considérait la guerrière égyptienne comme une sorte d'amie. Elles avaient certes passé beaucoup de temps ensemble pendant le voyage depuis Corinthe, mais toujours en compagnie de la Conquérante ou de Palaemon.

Les quatre statues sur la plus haute marche représentaient quatre Muses. En montant sur celle-ci, Gabrielle fut bientôt devant Calliopé, la muse de la poésie épique. Sa main se porta involontairement sur la tablette à écrire qui se trouvait dans la main de la statue. "Je chante la chanson de Zeus, Roi des Dieux…" chuchota-t-elle, s'imaginant être un barde, choisie par la muse.

En arpentant le promontoire du bâtiment, elle remarqua que les trois autres muses dépeintes étaient Erato, Euterpe et Thalie. Elle trouva cela intéressant que les Éphésiens aient omis de représenter les muses de la tragédie, des hymnes sacrés, de l'astronomie et de la danse. C'était probablement une réflexion des valeurs de la communauté. En chassant cette pensée, elle entra par les grandes portes à deux battants et en eut le souffle coupé.

Jamais auparavant, elle n'avait vu autant de parchemins en un seul et même endroit. Il y avait des rangées et des rangées de casier à parchemin, où ceux-ci étaient soigneusement roulés et attachés, tous catégorisés et classés. Elle se sentit gênée à l'idée de se retrouver dans une salle avec tant d'érudit passionné. Plus que cela, elle se sentit indigne. Elle regarda le bâton qu'elle tenait à la main, celui qui soulageait la pression sur ses jambes fatiguées, et eut honte du bruit qu'il faisait sur le plancher de marbre pendant qu'elle essayait de se déplacer à travers les interminables rangées. Ses vêtements aussi affichaient clairement qu'elle était étrangère à cette communauté littéraire, elle était toujours parée de ses vêtements de voyage, les mêmes qu'elle portait depuis qu'ils étaient partis de Corinthe, tandis que les savants de la bibliothèque portaient des toges colorées.

Je ne cadre pas du tout avec cet environnement. Je ne suis plus la petite fille de Potidée, qui poursuivait les étoiles et qui rêvait d'aventures. Je ne suis plus le professeur de Corinthe, qui apprenait le Grec aux soldats sans instruction. Je ne suis même plus l'oracle de vérité que la Conquérante voit en moi. Je ne suis que Gabrielle. Et je pense que ce n'est pas assez. La voix rauque de Cefan la tira de ses pensées. "Est-ce que tu projettes de rester ici pendant un bon moment ?"

Gabrielle hocha la tête, se souvenant où elle était et comprenant qu'une telle opportunité ne se représenterait peut-être pas. "C'est ce que j'espérais, lieutenant." Instinctivement, elle savait qu'elle ne devait pas se montrer trop familière avec la guerrière ce matin.

"Si cela ne te fait rien, je vais aller à l'extérieur prendre un peu d'air frais. Je n'ai jamais été très attirée par la lecture. Je préfère vivre des aventures plutôt que les lire."

À la surprise de Cefan, Gabrielle hocha vigoureusement la tête, "Je me sentirais comme ça si j'étais à votre place. Vous avez fait tant de choses que la plupart des gens ne rêvent même pas de faire. Je resterai à l'intérieur, juste ici. Je ne partirai pas sans vous, je le promets."

Gabrielle commença à se promener entre les rangées, lisant les cartes d'index pour savoir où certains types de rouleaux étaient placés. Elle trouva la section sur l'histoire et le folklore des Amazones et commença à dérouler certains parchemins pour les lire.

Convaincue de la sincérité de la jeune femme, Cefan grogna une réponse et alla attendre au grand air. Elle était toujours fâchée de la décision de la Conquérante, à savoir qu'elle surveille avec vigilance cette petite blonde. Un autre officier de la Garde aurait pu faire ce travail aussi bien. Elle était certaine que c'était une sorte de punition que lui infligeait la Conquérante.

À la mi-matinée, le soleil avait réchauffé sa peau et elle rajusta son armure de cuir. Un filet de sueur roula au bas de son dos et de son cou, elle s'essuya distraitement, puis tira le poignard qu'elle cachait dans sa botte. En donnant de petits coups négligeants à la lame, elle se débattit pour ne pas tomber raide morte d'ennui.

Jetant un coup d'œil vers le bas de la Rue des Curètes, Cefan se rendit compte que le temple n'était pas à plus de dix toises à pied. L'oracle de la Conquérante semble absorbé dans sa lecture depuis déjà plusieurs marques de chandelles. Aussi je pense que cela ne ferait pas de mal si j'allais jeter un coup d'œil sur ce qui se passe là-bas. Et peut-être pourrais-je trouver quelque chose de plus utile à faire.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:01

Chapitre 21

Éponin éprouvait une extrême frustration vis à vis de la Destructrice des Nations. Elle pouvait à peine croire que la femme qu'elle détestait le plus au monde pouvait se contenter de simplement rester assise là, à ne rien faire de toute la matinée à part dessiner. "Elle doit préparer quelque chose, Ter. Je pense qu'il vaudrait mieux qu'une de nous aille se placer un peu plus près d'elle. Juste au cas où elle tenterait une attaque sournoise." Cela sonna faux même à ses propres oreilles, mais elle était sur le point de perdre la raison.

Sa Reine et meilleure amie comprit exactement ce qui n'avait pas été dit. "Tu peux t'approcher, mais ne t'engage à rien d'autre sans ma permission explicite. Nous frapperons la Destructrice seulement sur mon ordre."

En se remettant gaiement sur ses pieds, la guerrière fut à mi-chemin de la pente avant même d'avoir entendu la fin des instructions de sa Reine. Jetant un coup d'œil par-dessus son épaule, elle fit un signe de tête approbateur et continua.

Les yeux de la Conquérante se levèrent de son parchemin tandis que l'Amazone se rapprochait plus près d'elle. Elle se força à conserver un regard impassible. Son plan fonctionnait. Les Amazones étaient nerveuses et incertaines de ses plans. Cela en valait la peine et le temps, surtout si Palaemon obtenait les informations qu'elle voulait. Je vais te botter les fesses, César.

Cette Amazone était plus impressionnante que ceux dont elle se souvenait avoir chassé de son pays. Celle-ci était à l'évidence plus préparée à affronter une menace - elle semblait en meilleure forme, ses armes et armures étaient bien soignés et son visage ne dévoilait pas une once de peur. Peut-être que s'il y avait eu plus de guerrières comme celle-là il y a sept ans quand elle avait éliminé la menace Amazone, la Conquérante aurait eu plus de difficulté. Trop peu, trop tard.

Éponin s'arrêta à environ dix pas de la Destructrice et s'accroupit. Puis elle fixa son regard sur elle et attendit.

***

Cefan se déplaça prudemment par les rues, en se tenant dans l'ombre des bâtiments. La dernière chose qu'elle voulait était de se faire repérer par la Conquérante ou encore par un membre de la Garde Royale. Désobéir à un ordre direct du général n'était pas une chose très sage à faire, surtout pour elle, mais elle estima que c'était sa seule option. Elle avait évidemment fait quelque chose pour déplaire à la Conquérante et seule une bonne action serait exigée pour regagner les bonnes grâces de son leader.

De sa place, elle pouvait voir la Conquérante sur le banc et la guerrière Amazone tout près de celle-ci qui l'observait fixement. Elle se demanda ce que pouvait bien être le plan de la Conquérante et s'empourpra une fois de plus quand elle comprit qu'elle n'y était pas impliquée. Un flash rouge attira son attention et ses yeux se dirigèrent vers l'Amazone postée sur les marches du temple.

Un regard et Cefan fut certaine que cette rousse était la Reine des Amazones. La femme avait un comportement majestueux et portait des cuirs plus décorés. Elle n'avait jamais vu d'Amazone avant sa visite à Éphèse, donc elle ne reconnaissait pas les symboles de rang dont celles-ci faisaient usage. Mais elle savait que c'était la femme pour laquelle la Conquérante s'était arrêtée, celle qui lui avait crié des injures lors de son entrée dans la cité. Si la Conquérante l'avait reconnue, c'est qu'elle devait être importante.

Cefan nota que la femme semblait être seule, elle commença à évaluer ses options.

***

Quelques minutes après que le lieutenant l'eut quittée, Gabrielle termina de lire son premier parchemin qu'elle roula avec soin. Celui-ci décrivait le temple d'Artémis et son importance pour la Nation Amazone. Maintenant la jeune femme avait le désir accablant d'aller au temple et comparer les splendeurs qu'elle venait de lire à son sujet. Après avoir soigneusement replacé le rouleau là où elle l'avait pris, Gabrielle quitta la bibliothèque.

Debout dans la rue bondée et esquivant la multitude de piétons, elle tourna sur elle-même dans le but de repérer son chaperon. "Cefan, où êtes-vous ?" Demanda-t-elle distraitement. En regardant l'orientation du soleil, elle se rendit compte qu'il était à peu près midi. Gabrielle qui s'était éveillée seulement quelques marques de chandelles plus tôt, elle conclut donc que Cefan devait s'être éveillée en même temps que la Conquérante. Ce qui signifiait qu'elle avait prit son petit-déjeuner très tôt et que probablement elle devait être quelque part en train de manger.

Gabrielle regarda au haut puis au bas de la rue pour y trouver n'importe quel signe d'un marchand d'aliment, mais n'en vit pas. Elle lâcha un profond soupir. Sa curiosité avait atteint son apogée et elle voulait désespérément aller au temple. Cefan m'a demandé si j'avais projeté de rester ici pour quelques marques de chandelles. Elle est probablement allée quelque part et planifie de revenir me chercher plus tard. Elle ne le saura jamais si je vais y jeter un bref coup d'œil. Elle hocha la tête, contente de sa déduction, et commença à marcher vers le temple.

***

Xena se leva et appela de nouveau son jeune garde. Il vint vers elle en trottant, évitant de jeter un regard à l'Amazone stoïque qui était accroupie tout près. Il fit une révérence, et plaça son poing sur son cœur, "Oui, Majesté ?"

La Conquérante parcourut le jeune homme du regard plus soigneusement cette fois. Il avait récemment été promu dans ses rangs de Garde D'élite et elle était impressionnée par son comportement. Elle prit note mentalement de dire à Palaemon de commencer à passer plus de temps avec le jeune homme. "Occupe-toi à ce que ce dessin soit préservé et porte-le à mes quartiers."

"Oui, Majesté. Ça sera fait." Soigneusement, afin de ne pas déranger la gravure au charbon de bois, il roula et lia le parchemin, puis prit congé.

Xena se tourna lentement et laissa son regard se fixer sur l'Amazone accroupie près d'elle. Ses yeux bleus se durcirent et se rétrécirent. Dans un dialecte amazonien, elle s'adressa à la guerrière, "Une allégeance représente un vrai solide, plus solide qu'un tas de pierres. Peut-être Artémis devrait considérer cela et s'interroger à savoir si elle est digne d'un tel temple."

Laissant une Éponin abasourdi derrière elle, la Conquérante tourna les talons et partit. Ses hommes se regroupèrent en rang serré autour d'elle.

***

Tout devint clair pour Cefan quand elle vit la Conquérante se retirer. Xena n'avait pas attaqué le temple parce qu'elle ne voulait pas entrer en conflit avec les Amazones. Mais elle avait voulu que celles-ci soient appréhensives vis à vis de ses plans et ainsi détourner leur attention. Qu'est-ce qui détournerait irrémédiablement leur attention sinon le meurtre fortuit de leur Reine ? Personne ne m'a vue ici. La Conquérante est partie, avec son escorte. Ces Amazones doivent nécessairement avoir d'autres ennemis à part Xena. Si je peux terrasser leur Reine, elles n'en seront que plus affaiblies. Et rien ne pourra plus arrêter la Conquérante d'atteindre ses buts ici à Éphèse.

Se reculant encore un peu plus dans l'ombre, elle tira une flèche de son carquois qu'elle portait à l'épaule. Soigneusement elle l'encocha sur son arc qui craqua sous la pression. Cefan savaient qu'elle serait capable de décocher deux ou trois flèches avant de s'enfuir. Elle savait aussi que son habileté serait suffisante pour atteindre la Reine des Amazones.

Gabrielle était debout dans la cour, au pied de l'escalier du temple. Elle avait une vue époustouflante, plus encore que ce qu'elle avait eu à partir de la mer. Le marbre scintillait, les colonnes, les statues, tout enchantait ses yeux. Utilisant son bâton, elle grimpa les marches du temple et se retrouva debout à côté d'une femme extraordinaire. Avec ses cheveux roux de la couleur du coucher du soleil et ses yeux de la couleur de la terre fertile, elle ressemblait à l'image que Gabrielle se faisait d'Artémis.

"Excuse-moi," Dit Gabrielle en se rapprochant à une longueur de bras de la femme. "Pourrais-tu me dire où je pourrais trouver une offrande pour la déesse ?"

Des yeux bruns se tournèrent vers elle et se figèrent de surprise. Terreis lâcha un soupir loqueteux tandis que ses jambes se dérobaient sous elle.

En voyant la détresse évidente de la femme, Gabrielle s'approcha encore, "Est-ce que ça va ? Puis-je t'aider ?"

C'est elle. Ces yeux verts confirment mon destin. Tout est terminé pour moi. "Tu es l'Élue d'Artémis," Dit-elle au moment où la flèche s'empala dans sa poitrine.

Gabrielle cria quand la femme s'effondra par terre à ses pieds, une flèche saillait grossièrement de son corps. Craignant une nouvelle attaque, Gabrielle se laissa tomber et couvrit le corps de la femme rousse avec le sien. Elle ferma les yeux résolument et attendit qu'une autre flèche vienne la frapper.

Cefan jura quand elle vit Gabrielle sur les marches du temple, et encore, au moment où elle fit mouche avec sa flèche qui avait assurément atteint sa cible. "Je le savais !" S'écria-t-elle, ne tenant pas compte du danger encouru. "Espèce de fille de Centaure, c'est une traîtresse !" Elle encocha sa deuxième flèche et tira, visant Gabrielle.

Éponin vit Terreis s'effondrer et fit des pieds et des mains pour arriver jusqu'à elle quand la seconde flèche lui transperça le dos, juste au-dessous de l'épaule. Ignorant la douleur, la guerrière acheva sa course, appelant ses sœurs Amazones et protégeant la Reine en tentant de trouver l'assaillant.

Se repoussant de la femme, Gabrielle regarda sa propre poitrine qui était maintenant couverte de sang. Elle sentit des larmes rouler sur ses joues en voyant le résultat de cet acte insensé.

Terreis lutta pour rester consciente sachant qu'il lui restait peu de temps. Elle entendit le cri d'Éponin, bien qu'il semblait venir de loin et indistinct, puis elle sentit son contact. Éponin murmurait des paroles de réconforts que les trois femmes savaient sonner faux. La Reine concentra son attention sur la femme aux cheveux blonds qui prendrait bientôt sa place dans la Nation. Elle souleva sa main droite tremblante et la plaça sur l'épaule de Gabrielle. "Artémis t'a bénie. Tu es l'Élue." Terreis toussa et une mince couche de sang colora ses lèvres. "Je te donne mon droit de caste."

"Quoi ?" Bafouilla Gabrielle. "Je ne comprends pas. Droit de caste ?"

Les yeux furieux d'Éponin se fixèrent sur Terreis. "Ter, tu ne peux pas faire ça."

Tournant la tête pour voir Éponin, dans son champ de vision qui se rétrécissait à chaque seconde, elle inclina légèrement la tête. "Je le veux. C'est … l'Élue d'Artémis. Et, tu dois te rappeler ta promesse."

Pour la première fois de sa vie, Éponin ne fit rien pour essayer de cacher les larmes qui coulaient librement sur ses joues. Elle aurait volontiers échangé sa vie contre celle de son amie. "Je tiendrai parole, ma Reine. Nous, nous reverrons de l'autre côté."

Un dernier souffle chancelant remplit les poumons de Terreis. Tandis qu'elle exhalait, elle réussit à former ses dernières paroles, "Dis à Éphiny que je suis désolée de la quitter."

Éponin prit maladroitement la Reine dans ses bras, tenant son corps aussi fermement qu'elle le put malgré la flèche qui lui avait transpercé le dos. Elle caressa ses cheveux roux, puis ferma les yeux sans vie de Terreis.

Sept guerrières Amazones arrivèrent en courant sur la scène et l'une d'elles agrippa violemment le bras de Gabrielle pour la remettre sur ses pieds. Un couteau se plaqua sur la gorge de la jeune femme. L'Amazone supposa qu'elle devait être celle qui avait attaqué leur Reine.

D'une voix entrecoupée par l'émotion Éponin réussi à aligner quelques mots. "Lâche-la. Elle a le droit de caste." À cette déclaration, qui troubla une fois de plus Gabrielle, les femmes qui venaient d'arriver commencèrent à protester à voix forte. "La ferme !" Tonna Éponin, les faisant toutes se taire. "Vous trois, cherchez celui qui a fait ça. Le reste, aidez-moi à porter le corps de notre Reine au village."

Les trois femmes descendirent les marches du temple et fouillèrent le secteur. Les autres obéirent à la guerrière, et soulevèrent doucement le corps de leur Reine. Éponin se redressa sur ses pieds et attrapa le bras de Gabrielle. "Tu viens avec moi."

Avant que Gabrielle ne puisse protester, on la tira dans le temple, loin de la lumière du soleil et de la vue de Cefan.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:01

Chapitre 22

Gabrielle n'avait aucune idée d'où elle se trouvait. On l'avait poussée et tirée et poussé et conduite plus profondément dans la terre. Ses jambes lui faisaient mal, ses muscles et ses articulations avaient grand besoin de repos après avoir trop marché et trop peu utilisé le bâton dans sa main gauche.

Ces femmes féroces avaient refusé de la laisser s'en aller et l'avait poussée dans le temple où leur officier en chef avait rapidement expliqué la situation à une veille prêtresse. Ensemble la bande s'était rendu derrière l'autel et avait emprunté un escalier dissimulé, puis un autre.

Une fois là, elles étaient passées dans une pièce remplie d'or et de trésors. Gabrielle n'avait jamais rien vu de tel de toute sa vie. Elle se demanda si même la Conquérante avait autant d'or dans les voûtes de son palais à Corinthe.

Le long du chemin, elles avaient été rejointes par une escorte armée de plus de trente femmes. À la fin des voûtes, une porte dérobée s'ouvrit. Avant qu'elles n'aient commencé leur voyage, une des guerrières s'était empressée de pourvoir la blessure d'Éponin, lui prodiguant les premiers soins avant qu'elles ne puissent atteindre la hutte de la guérisseuse.

Cinq guerrières passèrent les premières par l'entrée, suivie par celles qui portaient le corps de la morte, alors, la guerrière aux cheveux bruns qui avait saisi Gabrielle la tira en avant et dix autres guerrières les suivirent. Les autres restèrent en arrière pour garder la porte qu'elles verrouillèrent.

Gabrielle fut entraînée dans un long tunnel, avec pour seule lumière, les torches disposées sur le mur à chaque dix pas. Les premières guerrières allumaient les torches au fur et à mesure qu'elles les rencontraient, l'oracle n'avait aucune façon de savoir quelle était la longueur du couloir. Il sembla ne jamais se terminer et la douleur commença à nouveau à se faire sentir dans ses membres inférieurs l'empêchant de penser.

"S'il te plaît," Dit-elle à la guerrière qui avait toujours une poigne ferme sur son bras, "lâche-moi. Je ne pourrais même pas m'enfuir si je le voulais."

Éponin regarda la jeune femme qui allait devenir sa futur Reine et lâcha un grand soupir contrarié. Sa main se retira, mais elle ne dit rien.

Sa meilleure amie était morte et avait donné son droit de caste à quelqu'un qui ne semblait pas digne de cet honneur. Et il y avait toujours Éphiny dont elle devrait s'occuper une fois qu'elles auraient atteint le village.

"Où m'amenez-vous ? Qu'est-ce qui se passe ?"

Le silence d'Éponin demeura inchangé. Clymera nous expliquera tout ça plus tard. Elle n'avait pas semblé étonnée du tout de la mort de Terreis et ni non plus de l'aspect de cette fille.

Éponin ne voulait rien avoir à faire avec cette situation, qui ne faisait seulement qu'empirer. Elles avaient besoin de quelqu'un qui puisse les mener en temps de crise. Pas de cette foutue fille.

Le niveau de frustration de Gabrielle atteignit une fois de plus son apogée. Cefan se demandait sûrement où elle était maintenant. Elle ferma les yeux, pour essayer de stopper les larmes qui menaçaient tout à coup de couler. S'il vous plaît, ne laissez pas la Conquérante penser que je me suis enfuie comme une bonne à rien. Non pas maintenant. Nous venons à peine de devenir des amies … et je n'en ai pas eu depuis si longtemps. J'ai été stupide de vouloir voir ce satané temple. Stupide, stupide, stupide.

Les larmes vinrent finalement laver sa frustration et furent bientôt remplacées par une douleur profonde tandis que Gabrielle regrettait ne pas pouvoir revenir en arrière. Tout ce qu'elle souhaitait maintenant était de ne jamais avoir quitté la bibliothèque où elle avait promis de rester. Comment saura-t-elle où me trouver ? Pour tout ce qu'elle en sait, je me serai embarquée à bord du premier bateau en partance pour la Grèce ou pour n'importe quelle autre destination. Et ça si seulement elle s'en souciait ?

La marche forcée continua pendant une autre marque de chandelle et se termina au moment où Gabrielle fut certaine qu'elle allait s'effondrer de douleur. Elle put enfin sentir l'air doucereux de la surface et une lumière brillante apparut devant elle, lui faisant cligner les yeux jusqu'à ce qu'ils se soient adaptés au changement.

Elles émergèrent d'une caverne et se retrouvèrent à l'entrée d'un petit village. Deux des sentinelles étaient accourues et s'en étaient retournées pour rassembler le village. Éponin, tout comme la chef de l'armée Amazone, se rendit compte qu'elle allait hériter de la terrible tâche d'informer la Nation de la mort de Terreis. Elle espérait seulement pouvoir trouver Éphiny d'abord.

Les cris des femmes du village se firent entendre quand la garde d'honneur qui portait le corps de la Reine sortit de la forêt avoisinante et entra dans le village. Soigneusement, Terreis fut déposée sur une des longues tables de la salle à manger.

Éponin laissa Gabrielle et marcha à grands pas vers une des femmes. "Où est Éphiny ?" Demanda-t-elle. Un cri ressemblant à celui d'un animal blessé répondit à sa question.

Effrayés, tous les yeux se tournèrent vers Éphiny, qui était debout à l'entrée d'une des huttes, les yeux fixés sur le cadavre de sa compagne. "Non !" Cria-t-elle de nouveau, réussissant cette fois à former un mot intelligible. Son corps tremblait violemment et deux de ses sœurs Amazones marchèrent vers elle pour la soutenir, tandis que ses jambes n'étaient plus capables de la supporter. "Non", balbutia-t-elle.

Gabrielle n'avait aucune idée de qui était cette femme, mais néanmoins elle sentit des larmes de sympathie couler sur ses joues. La femme aux cheveux bouclés lui rappelait elle-même quand elle avait trouvé les restes fumants de la maison de ses parents. Elle regarda la femme qui était soutenue par ses amies se frayer un chemin et s'effondrer sur le cadavre.

"Quel était son nom ?" Demanda Gabrielle à la guerrière qui était debout à ses côtés et la surveillait tandis qu'Éponin s'était précipitée vers Éphiny pour la serrer avec force dans ses bras.

La femme jeta un coup d'œil féroce vers l'oracle, démontrant son irritation et lui indiquant clairement qu'elle ne la considérait pas comme la Reine des Amazones. "Son nom était Terreis. Et elle était notre Reine."

"Et l'autre ?"

"Éphiny. Sa compagne."

Gabrielle inclina la tête solennellement. "Et la femme qui est avec elle maintenant ?"

Un autre regard exaspéré rencontra le sien. Comment cette jeune femme ne pouvait pas savoir ces choses et avoir été admis dans leur village ? "Sa sœur Éponin".

"Sa sœur ?"

Maintenant l'Amazone plaça ses mains sur ses hanches et parla d'un ton acide. "Nous sommes toutes des sœurs. Si tu as d'autres questions, tu devras les adresser au Conseil."

Gabrielle comprit l'allusion pas trop subtile et se tut.

Venant de l'Est, une autre femme entra dans le village, Gabrielle reconnut la prêtresse du temple.

La vieille femme vint immédiatement vers elle et referma ses deux mains sur celles de Gabrielle. Les mains de la prêtresse étaient froides, mais Gabrielle put sentir la force qui s'en dégageait.

Les yeux de la prêtresse rencontrèrent ceux de la jeune femme et elle la scruta pendant un long moment, découvrant apparemment quelque chose que Gabrielle ne pouvait pas discerner. Elle finit par lâcher un soupir de satisfaction. "Bienvenue à la maison."

Gabrielle fronça les sourcils quand la prêtresse termina sa phrase. "Je ne suis pas certaine de comprendre ce que vous voulez dire."

La prêtresse esquissa un petit sourire, "Tu comprendras. Je te vois dans mes rêves depuis un bon moment déjà. Excuse-moi, s'il te plaît." Avec une révérence, qui étonna Gabrielle, la prêtresse se dirigea vers Éphiny et Éponin.

"Terreis est en paix aux côtés d'Artémis maintenant, Éphiny," Dit-elle comme elle plaça la main sur l'épaule de celle-ci. "Elle connaissait sa destinée et l'avait acceptée."

Soudainement, les pleurs s'arrêtèrent et des yeux gris pâles se fixèrent sur la prêtresse. "Elle le savait ?" Murmura Éphiny. Éponin ferma les yeux, souhaitant que ce cauchemar se termine - la mort de Terreis et maintenant la révélation de Clymera. Son étreinte sur Éphiny se resserra comme elle se rappelait la promesse faite à son amie.

Clymera savait que cette vérité serait dure à encaisser pour Éphiny, mais il fallait qu'elle soit dite. La Nation devait accepter le passage du droit de caste de Terreis à cette étrangère. La seule façon de s'en assurer était de révéler que Terreis savait et que s'était la volonté d'Artémis. "Oui, elle le savait. Et cela lui a fait mal de laisser sa place à l'Élue d'Artémis.

"Elle était l'Élue d'Artémis," corrigea Éphiny, avec une lueur dangereuse dans les yeux.

"Oui, en tant que Reine des amazones elle l'était. Mais les visions m'ont révélé qui sera celle qui allait pourvoir à l'avenir de notre Nation. Elle est l'Élue d'Artémis et elle a reçu le droit de caste de Terreis."

"On n'est pas forcé de parler de tout cela maintenant," gronda Éponin.

"Tu as tort," répliqua Clymera, "maintenant est le meilleur moment d'entre tous."

Éphiny se retourna dans les bras d'Éponin et étudia le visage de la guerrière. "À qui Ter a-t-elle donné son droit de caste ? Toi ?" Elle cracha le dernier mot, dans le but de la blesser. Éphiny s'était toujours sentie jalouse du rapport que sa compagne partageait avec Éponin.

"Non. Elle." Dit Éponin en faisant un geste vers la jeune étrangère dont la bouche était grande ouverte et qui avait attentivement écouté cet échange.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:01

Chapitre 23

Xena était tout à fait satisfaite du déroulement de sa journée. Cela avait été tellement amusant de rester assise là à torturer les Amazones. Le soleil était bon, l'air marin faisait toujours des miracles sur son humeur et elle n'avait pas dessiné depuis très longtemps. Elle était tout de même déçue que Gabrielle ne soit pas encore revenue de la bibliothèque quand elle arriva à la maison de Salmoneus, mais elle savait que sa jeune oracle ne tarderait pas à revenir.

Palaemon arriva peu après la Conquérante. Plaçant son poing sur son cœur, il la salua profondément, puis lui adressa un sourire sauvage. "C'est fait, Majesté."

"Bien. Donne-moi ton rapport, Palaemon." Répondit-elle en lui indiquant une chaise pour qu'il puisse s'asseoir, tandis qu'elle se recalait dans les coussins de velours de sa propre chaise.

"Les armes de César seront expédiées demain. Son bras droit, Brutus, est en ville pour surveiller le convoi. Ils utiliseront la route sud et cela aura lieu à l'aube, Majesté."

La Conquérante découvrit ses dents, elle pouvait déjà goûter la victoire du lendemain. "Excellent. Tu as laissé le Proconsul en vie, n'est-ce pas ?"

"Je l'ai fait, Majesté. Mais il sera incapable de communiquer pendant quelque temps. À part, quelques mots très basiques. J'ai peur que sa mâchoire ait été fracturée, ainsi que tous ses doigts et tous ses orteils."

Un regard amusé passa sur les traits du visage de la régente. "Ses orteils, Palaemon ?"

Il haussa les épaules, se rappelant les cris perçants du Proconsul quand il les lui avait cassés un à un. "Je ne voulais pas qu'il décide de devenir créatif avec une plume. Ou encore qu'il se sauve en courant si jamais il nous avait menti."

"Très bien anticipé."

"Puis-je demander comment cela est allé au temple, Majesté ?"

La Conquérante rit, "Parfaitement. Elles ont leur petite cervelle toute embrouillée maintenant, elles n'ont aucune idée de ce que je projette de faire. Elles sont si pitoyables et arrogantes de penser que je me soucie de leur petit village sans intérêt.

"Éphèse et Artémis peuvent les garder pour eux, je m'en moque complètement ; Tant qu'elles restent loin de la Grèce." Elle redressa le menton pensivement, "Pas que je m'objecterais à prendre une partie de l'or qui garnit leur coffre. Mais je crois que je me limiterai à voler seulement César. Les Amazones ne représentent aucun défi et je préférerais garder Éphèse en tant qu'associé au niveau commercial... Pour le moment du moins."

Pour sa question suivante, Palaemon essaya de dissimuler un petit sourire satisfait, mais sa tentative ne fut pas complètement couronnée de succès. "Avez-vous aimé le cirque hier soir, Majesté ?"

Le regard de Xena se fixa ardemment sur le sien, répondant à certaines de ses questions muettes. "Oui j'ai aimé, en fait."

"J'en suis heureux." Palaemon se demanda distraitement si Gabrielle n'avait pas une sœur pour lui quelque part.

Pas autant que moi. J'aime tellement l'avoir auprès de moi. Elle est la première personne depuis très longtemps, de laquelle je ne ressens aucune menace. Elle ne me regarde pas, non plus, comme si j'étais une hydre à deux têtes. En plus, elle n'est pas mal du tout : des cheveux d'or rouges, des yeux verts tendres, un mignon petit nez et son sourire, le plus joli que j'ai jamais vu. J'aime quand elle parle dans son sommeil - même si c'est surtout des mots insensés et des rires bébêtes. En fait, elle semble toujours parler; remerciez les Dieux que j'aime le son de sa voix. Quand est-elle devenue plus que mon oracle de vérité ? Plus que la remplaçante de Lycéus, plus qu'une famille pour moi. Quoique je n'en ai pas vraiment une avec qui la comparer ces derniers temps.

Palaemon regarda la douceur inondée le visage de la Conquérante et il bénit le jour où Gabrielle avait marché dans la salle du trône. Il s'était battu à côté de Xena pendant des années et n'avait jamais vu rien de tel sur son visage jusqu'à présent. Il désirait d'autant plus être debout à ses côtés pour combattre, et même s'il ne faisait que la protéger. Pour l'amour de Gabrielle.

Claquant la paume de ses mains sur ses cuisses, elle se remit sur ses pieds. "Assez de cela, Palaemon, nous avons un détournement à préparer. Allons jeter un coup d'œil à la carte que les sentinelles ont dessiné et décidons où tendre nos filets."

"Volontiers, Majesté. Demain sera un jour mémorable. Certainement une que César n'oubliera pas de si tôt en tout cas."

Elle sourit tandis qu'elle repoussait une mèche de cheveux noirs comme la nuit de ses yeux, "J'ai l'intention de le hanter jusque dans ses rêves, Palaemon." Paré dans ses cuirs noirs, ses yeux bleus perçants brillaient d'un feu ardent, elle ressemblait à un fantôme.

Xena expliqua son plan pour s'emparer des armes de César à Palaemon. Indiquant plusieurs points le long du chemin, elle indiqua où les soldats devraient être postés. Bien qu'ils aient l'itinéraire, elle savait qu'ils allaient probablement dévier de leur route. Les hommes de César ne feraient sûrement pas confiance à un gouvernement étranger pour protéger cette information. À la fin, Xena réfléchit ; elle tracerait un autre itinéraire que celui que le Proconsul lui avait donné, au cas où il aurait été dans le coup. Mais elle savait qu'un autre itinéraire était presque aussi valable que le vrai.

Elle appela un des gardes de rang inférieur et lui remit un parchemin scellé. "Porte ça à Charis. Dis-lui de venir me rejoindre ce soir, une marque de chandelle après le coucher du soleil, nous avons à discuter de nos préparatifs." Le soldat la salua et sortit rapidement. Une fois, un messager était sorti un peu plus lentement qu'il n'aurait dû, le pauvre s'était retrouvé avec le poignard de la Conquérante planté solidement dans la cuisse.

Xena et Palaemon discutaient des assignations de troupe quand Cefan fit irruption dans la pièce. La Conquérante n'avait jamais vu l'Égyptienne si affligée. Plaçant son poing sur son cœur, elle salua. "Majesté."

"Rapport." À ce moment, elle réalisa 'qui' manquait. "Où est Gabrielle ?"

Cefan sut qu'elle devrait agir prudemment en entendant le ton de la voix dangereux de la Conquérante. "Majesté, c'est ce pourquoi je suis ici."

"A-t-elle été blessée ? Où est-elle ?" Xena fit un pas en avant et se redressa à sa pleine hauteur.

"Majesté, elle est avec les Amazones."

"Quoi ?" S'étrangla Xena, saisissant son lieutenant par les épaules, elle la poussa violemment contre le mur de plâtre. "Comment au nom de tous les Dieux as-tu permis qu'elles la capturent ?"

"Elle n'a pas été capturée."

"Alors comment ? Explique-toi, soldat."

Cefan se lécha les lèvres et prit une inspiration aussi profonde que le poids de la Conquérante appuyée contre elle le lui permit. "Elle m'a demandé d'aller au temple, je l'ai donc amenée là-bas. Elle avait lu quelques parchemins dans la bibliothèque, j'ai donc supposé qu'elle voulait voir ce qu'ils avaient décrit. Quand nous sommes arrivées là, elle a grimpé les marches du temple et s'est précipitée dans les bras de plusieurs de leurs guerrières qui attendaient. Une d'entre elles, une grande femme, aux cheveux bruns, m'a attaquée, m'empêchant d'atteindre Gabrielle. Tandis que je me débattais, elle a disparu avec elles dans le temple. Une fois que j'ai été capable de prendre la clef des champs, je suis revenue directement ici." Pas tout à fait ce qui c'est passé, mais je ne peux pas dire à la Conquérante que je l'ai laissée seule ou encore ce que je faisais au temple.

La poigne de la Conquérante diminua et la colère dans ses yeux se transforma en douleur.

Cefan continua, "Majesté, je crains qu'elle ne soit une espionne pour le compte des Amazones et qu'elle ait l'intention de vous trahir." L'Égyptienne en avait déduit que ce devait être la vérité, incapable de voir aucune autre raison pour laquelle Gabrielle aurait risqué sa vie pour une étrangère.

Palaemon secoua la tête, pas convaincu. "Une espionne ? Je ne crois pas !"

L'Égyptienne fronça les sourcils, "Tu n'étais pas là, Palaemon. Tu ne l'as pas vue se jeter dans les bras des ennemis de notre dirigeante. Et, Majesté, la Reine des Amazones est morte. Elle a été atteinte par une flèche."

Les sourcils de Xena se froncèrent. "Je viens à peine de quitter le temple. Comment tout cela a-t-il pu se produire ? Qui l'a tuée ?" Tout à coup tout sembla lui filer entre les mains, elle perdait le contrôle.

Un autre mensonge, mais plus facile. "Personne ne sait, Majesté. Cela ressemblait à l'attaque d'un tireur isolé." Dit Cefan.

"Et Gabrielle, qu'a-t-elle fait ? A-t-elle été impliquée dans l'attaque ?"

"Non, Majesté, elle a tenté de sauver leur Reine. Et ensuite elle est partie avec les Amazones. Elle semblait être l'une d'entre elles."

Palaemon se tourna vers la Conquérante. Risquant sa vie, il plaça une main sur son bras. "Gabrielle ne ferait pas ça, Majesté. Elle a maintes fois eu l'occasion de partir et elle ne l'a jamais fait. Elle a choisi de rester avec vous."

Xena se trouva incapable d'entendre clairement, son cœur sombrait dans la douleur.

"Elle n'a jamais eu de meilleure raison de partir," répliqua Cefan. "Elle connaît votre désir de vous emparer des armes de César, Majesté. Elle pourrait persuader les Amazones de former une alliance avec César."

César, le nom se répercuta dans la tête de la Conquérante. Elle est comme César.

"C'est insensé !" Répondit Palaemon.

La Conquérante libéra entièrement son lieutenant, recula, et amena ses mains à ses oreilles. "Assez ! Fermez-la tous les deux !"

Elle pouvait à peine entendre ce qui se disait, le son de son sang qui martelait ses tympans était assourdissant. Une douleur incroyable commença à s'insinuer dans ses tempes et se diffusa dans sa nuque et sa gorge. Elle avait la nausée et pouvait goûter la bile au fond de sa gorge.

Ne fais confiance à personne. Ne fais confiance à personne. Ne fais jamais confiance à personne. Souviens-toi de ça dorénavant, Xena, la Conquérante. Tu as été idiote de te soucier de cette fille. Idiote d'avoir fait confiance à ses yeux doux et à ses paroles mielleuses. Une idiote de la pire espèce - celle qui a mené tes hommes vers le danger en étant une imbécile. Pendant dix ans, depuis la mort de Lycéus, tu t'es concentrée sur ce qui importait. Tu as permis à une distraction d'entrer dans ta vie. C'est la façon qu'ont trouvé les Moires pour te punir d'avoir oublié ce qu'était vraiment ta destinée. Concentre-toi. Ne fais confiance à personne. Concentre-toi.

Quand elle releva les yeux, une dureté impassible apparaissait sur son visage et dans ses yeux, ceux-ci arboraient une couleur grise obscure. "Nous détruirons les Amazones une bonne fois pour toute," dit-elle lentement, en appuyant chaque syllabe. "Éphèse se rappellera mes deux plus sanglantes victoires - la destruction de la Nation Amazone et l'humiliation de César."

Palaemon sentit son cœur se briser, voir la douleur dans laquelle se trouvait sa dirigeante lui était insupportable, il avait bien vu de la joie dans ses yeux un peu plus tôt. "Majesté, envoyez-moi pour enquêter sur ce qui s'est passé. Je suis certain qu'il y a une explication à tout ça. Je vous en apporterai la preuve, je le jure sur votre trône."

Cefan ne put pas croire ce qu'elle venait d'entendre de la bouche de son Capitaine. Il ne comprend pas ce qu'elle a fait ? "Palaemon, sois honnête avec toi-même. Tu es amoureux de cette fille."

Xena et Palaemon reculèrent tous les deux, frappés par ses mots. "Tu n'y es pas du tout, Cefan !" Ragea Palaemon.

Cela devint soudainement très clair à l'Égyptienne. Les échos de la conversation qu'elle avait eue ce matin avec Palaemon lui revinrent en mémoire. Palaemon est la taupe ! Cefan se retourna vers la Conquérante et commença à exposer ses arguments. "Majesté, comment Gabrielle est-elle descendue de la croix sur laquelle vous l'aviez mise ? Comment aurait-elle pu retirer les clous et s'enfuir par ses propres moyens ? Ses jambes étaient cassées. Quelqu'un a dû l'aider à descendre. Quelqu'un a dû la sauver. Qui aurait pu se rendre aussi près des croix, à part un de vos hommes ? Et quelqu'un du rang de Palaemon ne se serait jamais fait questionner s'il avait permis à un prisonnier d'être décroché de la croix un peu plus tôt que prévu."

"Majesté !" Palaemon secoua la tête, pour démentir férocement le tout. Il n'avait pas le temps de dénier les accusations qui pesaient contre lui, parce que la Conquérante s'avançait vers lui. "Ce n'est pas vrai."

Étirant la main derrière ses épaules, Xena commença à tirer son épée. "J'ai remarqué que tu la surveillais avec intérêt depuis qu'elle est arrivée. Comment expliques-tu ça, Capitaine ?"

En reculant vers la porte, Palaemon savait qu'il avait mieux à faire que tirer son épée. Il savait qu'une fois sa lame dégainée, la Conquérante attaquerait. S'il pouvait se dégager, il pourrait sauver sa vie et celle de Gabrielle. S'il était très chanceux. "Je vous sers corps et âme, Majesté. Vous me connaissez. Vous connaissez tout de ma vie et vous savez que mon épée est vôtre."

La Conquérante inclina lentement la tête et un sourire sardonique gagna ses lèvres. "Ton épée ne suffit plus, je veux également ton cœur et ta tête." Elle fit tournoyer son épée de façon intimidante, cela indiquait également qu'elle ne jouait plus, elle allait le tuer.

"Vous pourrez les avoir, Majesté, une fois que j'aurai défait vos vrais ennemis. Si vous pouvez toujours trouver une faute en moi après cela." Palaemon sentit les talons de ses bottes touchées le seuil de la grande porte. Il avait maintenant une ligne directe pour battre en retraite, s'il était assez rapide.

Il balaya des yeux le secteur autour de lui dans l'espoir de créer une diversion, pour se gagner le temps dont il avait besoin pour atteindre la sortie. Sur la table basse tout près de lui, il avisa une urne, qui, l'espérait-il sincèrement, contenait les cendres d'un des parents morts de Salmoneus.

Tout un chacun sembla se déplacer au même moment. Xena avança vers sa cible. Cefan dégaina son épée, pour se joindre à elle. Et Palaemon saisit l'urne et lança son contenu au visage de la Conquérante en furie. Tournant les talons, il courut à en perdre haleine, ne tenant plus compte de rien d'autre que son objectif.

Xena toussa quand les cendres se répandirent sur son visage, l'aveuglant tandis que la poussière envahit ses yeux.

S'essuyant avec rage, elle se tourna vers Cefan. "Trouve-le et ramène-le moi. Mort ou Vif. Peu m'importe."

"Et la fille ?" Demanda Cefan.

"Je m'occuperai d'elle plus tard. Ramène-moi d'abord Palaemon."

"Ce sera fait, Majesté." Une lueur rageuse s'alluma dans ses yeux et elle bomba le torse. "Mort à ceux qui vous ont trahis." Puis elle partit à la recherche de celui qui avait osé se soulever contre la Conquérante.

Xena ne répondit pas, au lieu de cela, elle se laissa lourdement choir dans une chaise, sentant tout à coup le poids du monde entier peser sur ses épaules. Atlas ne connaît rien du fardeau que je porte en ce moment. "Oh, Gabrielle, j'aurais pu t'aimer."
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:02

Chapitre 24

L'atmosphère était légèrement plus calme dans le village des Amazones. Éponin et Clymera avaient convoqué une réunion du Conseil et Gabrielle avait prit part à cette rencontre. Elle avait observé pendant que les autres membres étaient entrées et avaient pris place. Seul le siège au bout de la table était resté vide, personne ne désirait prendre la place de Terreis. Éponin et Clymera étaient assises de chaque côté de la jeune femme. Puis suivait une guerrière prénommée Solari, la guérisseuse prénommée Aria, la dresseuse de chevaux Rana et Éphiny.

Éphiny était toujours sous le choc, ses yeux étaient rouges et sa peau blafarde. Elle semblait sur le point de s'effondrer et Gabrielle s'inquiétait vraiment pour elle. Les autres Amazones semblaient aller mieux et la jeune femme était heureuse que ce soit le cas.

Clymera, étant l'aînée des femmes, assuma la présidence de la réunion. "Je veux exprimer mes sympathies les plus sincères à Éphiny. Terreis était une Reine bonne et honorable. Elle a dirigé notre Nation avec diligence et son amitié me manquera. Je partage ta douleur, ayant moi-même perdu ma compagne il y a moins de trois hivers, je sais à quel point c'est épouvantable de subir une telle perte et mon cœur souffre pour toi."

Toutes les autres femmes murmurèrent leur approbation face à la déclaration de Clymera, et Solari mit doucement son bras autour des épaules d'Éphiny.

"Maintenant il est de notre devoir en tant que Conseil Dirigeant de la Nation d'annoncer le successeur trône de Terreis. Juste avant de trépasser, Terreis a donné son droit de caste à Gabrielle." Clymera marqua une pause pour laisser aux femmes le temps d'absorber ce qu'elle venait d'annoncer, sachant qu'à part Éponin et Éphiny, cette nouvelle serait un choc pour toutes les autres.

Solari jeta un regard furibond à la jeune femme assise en face d'elle. Une erreur." Remarquant que la femme était jeune, inexpérimentée, estropiée, et qu'elle n'était pas Amazone mais grecque. "Je ne peux pas le croire. Pourquoi Terreis aurait-elle donné son droit à une non-Amazone ?" Ce fut la question la plus aimable qu'elle put formuler à ce moment.

Éponin haussa les épaules, "je ne sais pas pourquoi, mais j'ai été témoin, Sol."

"Peut-être," rétorqua Solari, "voulait-elle te le donner, mais au lieu de cela …"

"Tu ne sais pas à quel point je souhaiterais que tu ai raison." Tu ne sais pas à quel point je regrette que ce ne soit pas pour moi qu'on prépare le bûcher pour les obsèques.

La curiosité de Gabrielle prit une fois de plus le dessus. "Excusez-moi, mais je me demandais si quelqu'un pourrait enfin m'expliquer ce qu'elle m'a donné au juste ? Parce que je suis un peu dans le noir en ce moment." La jeune femme était fatiguée d'entendre les gens parler d'elle et non pas à elle.

Rana soupira, "Par les Dieux, elle ne le sait même pas !"

"Je ne suis pas une Amazone," répliqua Gabrielle, ses joues s'empourprèrent d'irritation. Elle avait été plus que patiente et maintenant elle voulait des réponses. "Je n'ai pas demandé cette chose, quoi qu'elle soit. Je serais heureuse de la rendre."

"Tu ne peux pas," Dit doucement Clymera.

"Pourquoi pas ? C'est à moi maintenant, pas vrai ?" S'impatienta Gabrielle, prête à prouver à ces femmes qu'elle était aussi forte qu'elles l'étaient. Elle regarda autour d'elle, ses yeux firent le tour de la table et ne trouva aucune femme pour contredire que cette chose était sienne maintenant. "Pourquoi je ne m'en débarrasserais pas et une d'entre vous pourrait alors gentiment m'indiquer la route pour retourner à Éphèse ?"

"Gabrielle," répondit la vieille femme, "cette chose ne peut seulement se transmettre que par la mort."

"Oh." Tout espoir se draina hors de Gabrielle.

"Nous serions heureuses de…" murmura Aria.

Clymera jeta un coup d'œil courroucé à Aria qui se trémoussa mal à l'aise dans son siège, et fit face à la guérisseuse, "ce n'est certainement pas une façon de t'adresser à ta Nouvelle Reine, Aria."

"Reine ?" Balbutia Gabrielle en un écho. J'aurais vraiment dû rester à la bibliothèque.

La Prêtresse continua, "Vous n'auriez jamais toléré un tel manque de respect envers Terreis."

"Terreis était la Reine des Amazones. Elle était le vrai leader de notre Nation. Elle était bonne et forte et elle nous a sauvés de la Destructrice," répondit Aria avec passion. "Elle avait gagné notre respect, Clymera, et elle le méritait."

Éponin passa nonchalamment une main dans son épaisse chevelure, se détestant déjà pour les choses qu'elle allait dire. "Terreis a donné son droit de caste à cette fille. Ne devrions nous pas respecter Terreis autant dans la mort que dans la vie ?" Toutefois Ter, j'aurais apprécié discuter cette décision avec toi.

"Vous voulez que je sois votre Reine ?" S'exclama enfin Gabrielle, essayant de saisir le concept et n'y réussissant pas. La Conquérante ne va certainement pas aimer ça.

Trois 'non' et trois 'oui' résonnèrent dans la hutte. Clymera regarda fixement les femmes qui avaient protesté, réprimandant silencieusement chacune d'entre elles, heureuse qu'Éphiny ne soit pas l'une d'elles. "J'ai eu des visions de toi, Gabrielle. Des visions de toi nous menant contre notre plus grand ennemi et je nous ai vu, la vaincre, elle, et c'était toi qui étais à notre tête."

"Elle ?" Répéta Gabrielle, redoutant déjà de connaître l'identité de cet ennemi.

"Xena, Conquérante de la Grèce, Princesse Guerrière, Destructrice des Nations et Ennemie d'Artémis." Les petites mains de Gabrielle couvrirent son visage, tandis qu'elle tentait sans succès de dissimuler son choc et l'horreur de considérer la Conquérante comme une ennemie. C'est de pire en pire, cela ne fait juste qu'empirer et empirer.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Alyss Sam 21 Mai - 8:02

Chapitre 25

Palaemon passa en courant dans les rues d'Éphèse comme s'il avait été lui-même une harpie affolée avant d'atteindre la zone du marché centrale. Là, parmi la foule, il s'efforça de se calmer, et de se mêler à l'activité ambiante. Il essuya la sueur sur son front avec sa manche et se rendit compte qu'il devait absolument changer de vêtements. Son uniforme de Capitaine était reconnaissable de loin et beaucoup trop visible.

Il commença à chercher un vendeur de vêtements. Palaemon décida de se faire passer pour un Éphésien. La coloration de sa peau le trahirait, le rendant même encore plus suspect. Au lieu de ça, il chercha un marchand grec. Quand il en trouva un, il se glissa à l'intérieur de sa tente, essayant de disparaître de la circulation. Le marchand recula en voyant un officier de la Garde Royale. "Comment puis-je vous aider ?" Le ton insolent qu'avait employé l'homme indiquait clairement qu'il ne souhaitait pas vraiment être d'aucune aide.

Palaemon fronça les sourcils, n'ayant pas envie de négocier avec l'hostilité de cet homme en plus de tout le reste. "J'ai besoin de me trouver de nouveaux vêtements de voyage."

L'homme hésita, "Pourquoi ? La Conquérante ne vous autorise pas à porter autre chose que vos uniformes." Il ne voulait rien avoir à faire avec un déserteur. Déjà que la Conquérante était assez terrifiante quand on était dans ses bonnes grâces, qu'est ce que se serait avec un inconnu qui ne l'était pas. Il ne voulait pas avoir affaire à elle d'aucune façon.

Palaemon appuya un couteau sur la gorge du marchand et lui envoya son souffle chaud sur le visage. "Ne m'oblige pas à te prendre tes propres vêtements."

Les mains du marchand se tendirent devant son corps, indiquant qu'il allait obtempérer. "Prenez tout ce que vous voulez et partez."

Palaemon hocha vivement la tête, rengaina son poignard et choisit une tunique qui semblait lui aller. Une fois son choix fait, il se déshabilla et se changea. S'assurant que ses armes étaient toujours clairement visibles, il passa un peignoir sur ses épaules et l'ajusta convenablement. Puis il partit aussi furtivement qu'il était arrivé.

Le marchand lâcha un soupir de soulagement, très reconnaissant d'être toujours vivant. En se prenant la tête dans les mains. Il sursauta quand quelqu'un entra à nouveau dans sa tente. "Par les Dieux, ne me fais plus jamais ça," gronda-t-il à son visiteur.

L'autre grec inclina la tête avec bienveillance. "Est-ce que ça va, Arrol ?"

L'homme haussa les épaules, "je pense que oui."

***

Palaemon n'était pas certain de savoir comment faire pour retrouver Gabrielle, mais il savait que le temps pour les subtilités était depuis longtemps passé. La lueur démente dans les yeux de sa régente avait transformé son cœur en pierre, et il savait combien celui de Xena était devenu de glace en l'espace d'un instant.

Le seul point de départ logique pour sa recherche était le temple. Le dernier endroit où Gabrielle avait été vue, si Cefan disait vrai, corrigea-t-il mentalement. Il ne pouvait pas comprendre ce qui c'était passé avec son lieutenant. Pourquoi a-t-elle amené Gabrielle au temple pour commencer ? Cefan savait que la Conquérante projetait d'aller au temple pour embêter les Amazones. Pourquoi a-t-elle délibérément mit Gabrielle dans une situation dangereuse ? À moins de vouloir elle-même se rapprocher de l'action. Cefan n'était pas particulièrement enchantée de son assignation du jour.

Les rues et ruelles transversales fournirent un itinéraire un peu plus sûr pour le Capitaine. Éphèse était peuplé d'une grande quantité de résidants et les rues étaient bondées de gens qui vaquaient à leurs occupations. En se déplaçant avec assurance, mais pas trop rapidement, Palaemon réussit à se fondre dans la foule. Il regrettait ne pas avoir quelque chose pour couvrir sa tête, mais ce n'était pas la coutume chez les hommes Éphésiens et cela servirait seulement à attirer l'attention sur lui.

La culture multi-ethnique d'Éphèse servit bien au Capitaine. Un peu paniqué, il ne prêta pas attention aux vêtements colorés et brillants des hommes et des femmes. Il ne s'arrêta pas non plus pour examiner la multitude de stands qui offraient de petites statuettes d'ivoires représentant Artémis et son temple. Un petit quartette de musiciens jouait des airs religieux près de la Porte d'Agora et il ne fit pas non plus de pause pour les écouter. Tout ce que fit Palaemon fut de se concentrer brièvement sur chaque personne qu'il rencontrait, pour déterminer s'ils représentaient une menace potentielle.

Il attendit que le crépuscule soit tombé avant de s'approcher du temple. Il était heureux de ne pas avoir vu ou même rencontrer n'importe laquelle des troupes de la Conquérante qui devait fouiller la ville à sa recherche. Peut-être, avait-elle décidé de le laisser faire. Palaemon secoua la tête, pour chasser cette idée ridicule. Il n'avait jamais vu Xena relâcher une proie. Et ceux qu'elle pourchassait, elle les retrouvait toujours. Le parcours à travers l'allée à découvert du temple serait le trajet le plus dangereux qu'il n'ait jamais emprunté.

Inspirant une longue bouffée d'air et se rappelant qu'il protégeait non seulement sa propre vie, mais aussi celle de Gabrielle, Palaemon emprunta la promenade à vive allure.

Il était à mi-chemin quand il entendit un rire insignifiant. "Penses-tu vraiment qu'elle voudra de toi maintenant qu'elle est retournée parmi ses Amazones ?"

Palaemon stoppa net et dégaina son épée, puis se retourna en direction de la voix. "Cefan, pourquoi fais-tu ça ?"

L'Égyptienne sortie des ombres au pied du temple. Elle avait attendu là pendant plusieurs marques de chandelles, sachant que s'était la seule destination logique pour Palaemon. "Juste à penser que je t'admirais. Maintenant je te méprise." Son épée se balança dans un arc paresseux devant elle.

"Il doit y avoir une explication à tout ceci, Cefan. Penses-y."

"Je l'ai fais. Et la Conquérante m'a demandé de lui apporter ta langue perfide." Sur ce, Cefan s'avança en balançant son épée et le visa à la tête.

Palaemon para rapidement son coup avec son épée. Il recula de quelques pas et nota que plusieurs Amazones étaient maintenant debout au sommet de l'escalier. Se rappelant que ce n'était pas un combat d'entraînement, il feinta et frappa sur la droite en tentant de la désarmer.

Son coup porta et le métal vibra dans les mains de Cefan, mais elle tint bon. Ils commencèrent à échanger des coups, le bruit du métal chantait dans l'air du soir créant une musique funeste pour leur danse mortelle.

Ils se tournèrent autour l'un et l'autre, évaluant les forces et les faiblesses qu'ils connaissaient bien pour avoir combattu côte à côte pendant plusieurs années. Elle savait qu'il préférait parachever un cycle rapide de coups, pour étourdir et fatiguer son adversaire. Il savait qu'elle aimait frapper bas et happer son ennemi, afin de pouvoir lui trancher la gorge. Pendant de longues minutes ils se battirent, n'obtenant ni l'un ni l'autre l'avantage.

Un heurt de métal et ils se retrouvèrent appuyés l'un contre l'autre, leur épée embrouillés. "Arrête cette folie, Cefan," plaida Palaemon.

"Jamais," elle jura, se débattit, se libéra enfin et lui donna un coup de pied derrière la jambe, essayant de lui faucher les pieds.

Le Capitaine sauta par-dessus sa jambe et abattit son épée à l'arrière de sa cuisse comme elle passait. Il sentit sa lame trancher sa chair et l'Égyptienne hurla de douleur. "Cefan, va-t-en. Je ne veux pas te tuer."

Elle réussit à se remettre debout, en mettant son poids sur sa jambe gauche et indemne. Le sang coula abondamment de la blessure, mais elle sembla ne pas remarquer le sable souillé au-dessous d'elle. "Allez Capitaine. Battons-nous." Cefan resta là sans bouger à attendre qu'il se déplace à sa portée.

Palaemon, comprit qu'il avait blessé son adversaire, et continua à s'éloigner d'elle, augmentant ainsi la distance entre eux. "Je ne te tuerai pas, Cefan. Pas tant que je n'y suis pas forcé."

"Sois damné, Palaemon ! Bats-toi !" Cefan se déplaça pour décroître la distance entre elle et le Capitaine, mais sa blessure était trop profonde et elle avait déjà perdu beaucoup trop de sang. Sa jambe se déroba sous elle et elle tomba par terre.

En Atteignant l'escalier, il jeta un coup d'œil aux Amazones qui étaient toujours debout prêtes à attaquer. Il rengaina son épée et se retourna pour monter l'escalier.

Comme il se tourna, il sentit qu'un poignard s'enfonçait dans son bras. Hurlant de douleur, il stoppa son ascension. Il tomba à genoux sur la surface de marbre dure, gémit un peu puis retira la lame de sa chair. Déchirant une bande de tissu de sa tunique, il l'entoura autour de son bras blessé et l'attacha solidement.

C'est à ce moment qu'il remarqua qu'il était entouré par un mur vivant d'Amazones. Et elles ne semblaient pas trop heureuses de le voir là, sur leur site sacré.

***

La Conquérante rencontra Charis et les sentinelles comme prévu pour revoir leur plan d'attaque du lendemain matin. Depuis la défection de Palaemon, Xena avait retravaillé les détails pour que ses connaissances soient inutiles aux Amazones ou aux Romains.

Elle avait attendu un mot sur la capture ou la mort de Palaemon pendant le reste de l'après-midi, mais rien de tel n'était venu. Quand le soleil glissa sur l'horizon rougeâtre, la Conquérante sut que le moment de faire quelque chose était venu. Elle convoqua ses Gardes Royales et elle se tint là debout devant eux, sa peau miroitant sous le soleil couchant. "Le temps est venu pour nous, de détruire la Nation Amazone.
Alyss
Alyss

Messages : 246
Date d'inscription : 19/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G) Empty Re: Série Aftermath - Partie 1 : L’Arbre de Vie (X/G)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum